Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

lundi 23 janvier 2017

Le Musée national de Damas



Jouxtant la Takiya al-Soulaymaniya, le Musée national n'a jamais été oublié lors de nos séjour à Damas avec la Communauté Syrienne de France bien que l'accès aux salles d'exposition soit actuellement fermé c'est toujours avec plaisir que l'on s'attardera dans les jardins, la bibliothèque, la buvette…

Le Musée national [المتحف الوطني] de Damas est le musée le plus grand et le plus important de toute la Syrie. Une visite qui devrait être incontournable pour tout voyageur. Malheureusement, les collections les plus précieuses ayant été mises en sécurité, le Musée est actuellement fermé au public. Seule est offerte une visite pour une longue flânerie dans les jardins parmi de nombreuses statues et mosaïques des périodes romaine, byzantine, arabe… et la découverte de l'entrée du musée, une reconstitution de la porte du château omeyyade de Qasr al-Hayr al-Gharbi [قصرالحير الغربي], l'une des œuvres maîtresses de l'architecte-urbaniste et archéologue Michel Écochard (1936). Mince consolation : si les photos n'étaient pas autorisées lors de la visite des salles du Musée, dans les jardins vous pourrez tout photographier librement… Ensuite vous pourrez enrichir votre collection de timbres ou dénicher des livres introuvables ailleurs à la librairie qui s'ouvrira spécialement pour vous… avant de retourner dans les jardins prendre un verre à la buvette, fort agréable et bien fréquentée en toute saison…

J'ai eu la chance de visiter ce musée il y a longtemps, c'était bien avant cette foutue guerre… J'y ai passé de longues heures, accompagné ou pas d'un guide… Il y avait des guides francophones particulièrement passionnants… Autant que je me souvienne le musée abrite de riches collections, d'un site préhistorique tel Tell Abu Hureyra [تل أبو هريرة] sur l'Euphrate à l'est d'Alep, de sites antiques tels que Tel Mardikh / Ebla (تل مرديخ / ايبلا], Ras Shamra / Ougarit [رآس شمرا / آوغاريت] et Tel al-Hariri / Mari  [تل الحريري / ماري]… … et de nombreuses autres pièces des époques romaine, byzantine, de sites arabes et islamiques, et de temps plus récents. Souvenir de nombreuses visites de ce musée avant ou au retour d'escapades sur des sites… eux-mêmes aujourd'hui inaccessibles… 





Façade du musée : reconstitution de la porte du château omeyyade de Qasr al-Hayr al-Gharbi conçue par l'architecte français Michel Écochard




Dans les jardins du Musée national, au fond les minarets de la "Takiyya al-Soulaymaniyya"


Nombreux sont les Damascènes qui aiment à se promener dans les jardins du Musée,
et à lier connaissance…


Dans les jardins du Musée national, un bar-restaurant fort agréable en toute saison





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire