Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

lundi 23 janvier 2017

La mosquée de Sayyidah Rouqayya bint al-Hussein [مسجد السيدة رقية]



Au cœur de l'un du quartier chi'ite de Damas le plus saint, la mosquée de Sayyidah Rouqayya [مسجد السيدة رقية]… Cette mosquée a été totalement reconstruite en 1993, grâce à des fonds iraniens, autour d'un ancien tombeau d'une fille de Hussein, arrière-petite-fille du prophète Mahomet. Cette mosquée de Rouqayya est un lieu de pèlerinage pour les chiites qui viennent plus particulièrement d’Iran ou d'Irak. Son décor de faïence bleue lui confère un air tout à fait insolite d'art persan en Syrie ; dans la salle funéraire, le style iranien se signale encore par les voûtes surbaissées, les miroirs et les céramiques habillant les murs, les portes dorées ornées d'émaux. Les chuchotements des femmes faisant écho aux psalmodies des hommes confèrent au lieu une atmosphère de profonde dévotion.

















Sur plusieurs photos l'on remarquera des jeunes-gens vêtus d'une tunique jaune barrée de rouge… Nous avons visité le sanctuaire au même moment qu'un groupe de pèlerins irakiens. Ces jeunes-gens étaient, entre autres services, chargés d'assister les personnes handicapées du groupe. Attentifs, à la sortie des lieux saints ils les attendaient avec des fauteuils roulants… Une organisation, une discipline, une solidarité remarquables chez ces chi'ites. 




*   *   *

Vieux Damas, district Amarah Juwaniyyah


Le district d'Amarah au sein du Vieux Damas



Dans le Vieux Damas, la rue al-Kallaseh en allant vers la Rouqayya depuis le souk al-Hamidyeh
شارع الكلاسة دمشق القديمة






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire