Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

samedi 28 janvier 2017

Arrivée à Bab Touma, découverte du vieux Damas… Bab Charqi, rue Droite…



Dès notre arrivée dans cette maison du temps jadis : Beit Zaman, le charme d'un accueil


Nouveau voyage avec la Communauté Syrienne de France… Déjà le sixième proposé… Venant de Beyrouth par la route, arrivée à Damas… Entrée dans la vieille ville par Bab Touma, rue Bab Touma… Installation dans un de ces hôtels de charme tel que seule Damas peut en cacher… Puis, très vite, envie irrésistible, quelle que soit l'heure d'arrivée, quelle que soit la fatigue du voyage de découvrir cette vieille ville de Damas…

Chacun aura immédiatement compris comment s'orienter à Damas… Toute la ville moderne s'est étendue à partir de la vieille ville… Avant toute promenade dans Damas et ses extensions hors de cette vieille ville et la logique de leurs excroissances, familiarisation avec la cité antique. Malgré un enchevêtrement de ruelles qui a priori peut paraître inextricable notamment du fait du relief accidenté de Bab Touma et de ses environs, le plan de la vieille ville se révèlera dans toute sa clarté. Nous nous réfèrerons aux origines de Damas et sa modélisation par les Romains. Une ancienne ville romaine est toujours bâtie autant que possible dans un espace rectangulaire… Ses rues se coupent à angle droit d'est en ouest, ce sont les "decumani" et du nord au sud, les "cardines"… Une ville romaine comprend deux axes principaux : d'est en ouest, le "decumanus maximus" et du nord au sud, le "cardo maximus". Leur intersection marque le centre de la cité.… Ces deux axes restent encore les axes de référence de la vieille ville de Damas.




La Via Recta [la rue Droite, الشارع المستقيم], le "decumanus maximus" reste évident sur tout son trajet actuel et constitue l'axe majeur est-ouest de Bab Charqi [باب شرقي], la porte du Soleil des Romains, à Bab al-Jabiya [باب الجابية‎‎], l'ancienne porte de Jupiter, la principale entrée-est de la ville. Cette artère principale traverse la ville sur une longueur de 1 300 mètres. À l'ouest, c'est aujourd'hui le souk de Midhat Pacha ; à l'est, c'est la rue Bab Charqi qui se termine par l'ancienne porte romaine, entièrement préservée. Bab Charqi, située à l'extrémité de la rue Droite, formait l'issue est du "decumanus maximus" dans la ville antique. Avec l'esplanade qui la précède, elle a retrouvée son ampleur originelle : une ouverture centrale, sur la chaussée, servait aux chars et aux cavaliers ; les deux baies latérales ouvrent sur les trottoirs abrités par les portiques. Le minaret voisin fut construit sous le règne de Nour ed-Din. [Cette porte est, avec Bab Touma, l'une des entrées du quartier chrétien et est donc fortement contrôlée. Ici, aucune autorisation de photographier ne vous sera donnée.]


Bab Charqi








Mémorial du Génocide arménien, rue Droite


Rue Droite : l'Arc romain


L'église Sainte-Marie


Rue Droite, retrouver le plaisir de se faire raser chez un barbier traditionnel…



Rue Droite, il sera notre fournisseur préféré de pistaches, amandes et autres fruits secs…


Les martyrs sont ici aussi toujours présents




La rue Droite, dans le calme d'un vendredi matin





Vieux Damas, sur la rue Droite…
Le "cardo maximus" est à présent moins évident, il irait de Bab al-Saghir [باب صغير], la Petite Porte au sud vers Bab al-Faradis [باب الفراديس‎‎], la Porte du Paradis, là où se situaient sources et jardins sur les rives de la Barada, également nommée aujourd'hui Bab al-Amara [باب العمارة]. De ce "cardo maximus" une fraction deviendra familière à tout visiteur, le souk al-Bzouriyeh [سوق البزورية] qui de la rue Droite permet de rejoindre la mosquée des Omeyyades… C'est aussi sur le souk al-Bzouriyeh, le souk aux épices que se situent le palais Azem [Qasr al-Azem- قصر العظم], le khan Assad Basha [خان اسعد باشا], le hammam Nour ed-Din al-Shaheed [حمام نور الدين الشهيد]…

L'intersection du "decumanus maximus" et du "cardo maximus" marque le centre de la cité… Non loin de cette intersection la grande mosquée des Omeyyades… édifiée dans la vieille ville romaine de Damas devenue capitale de l'Empire omeyyade, cette mosquée se situe à l'emplacement de l'ancienne église Saint-Jean-le-Baptiste (IVe siècle), qui elle-même avait été construite sur l'ancien temenos romain dédié à Jupiter. Dans cette mosquée des Omeyyades nous sommes donc dans le lieu le plus saint de la ville depuis l'Antiquité…

Le temple romain est encore présent dans la mosquée sous la forme de certains murs, des propylées à l'est et des tours aux angles utilisées comme minarets. Par contre, la basilique Saint-Jean-le-Baptiste, édifice de taille plus modeste, fut en grande partie démolie pour gagner de l'espace, excepté un clocher devenu minaret et certains murs extérieurs conservés de l'édifice ancien. Cette démolition n'est intervenue qu'après l'achat de l'église par le pouvoir musulman vers 664.


S'aventurer dans les ruelles de Bab Touma…










*   *   *


Le charme d'un café d'Antan…


Le calme d'un hôtel de la rue Droite, Beit Zaman [فندق بيت زمان]


Retour pour quelques instants de calme et repos à notre hôtel, avant de nouvelles découvertes… Au cours de nos pérégrinations, nous empruntons immanquablement à maintes reprises la via Recta… « Va dans la rue Droite et demande dans la maison de Judas un nommé Saul de Tarse. » Nous visiterons chapelle Saint-Hananie [كنيسة القديس حنانيا], cette petite chapelle érigée à l'emplacement de la maison où Saint Paul recouvra la vue et fut baptisé. On y découvre aujourd'hui une crypte qui engloberait une partie de la demeure antique. Une série de chromos relate la vie de Saint Paul. Sur les traces de Saint Paul, de Bab Charqi vers le sud en longeant les soubassements de muraille romaine construite de gros blocs nous nous aventurerons vers Bab Kissan (la porte et la fenêtre de Saint Paul) qui marque le lieu où le saint, aidé de ses disciples, aurait quitté la ville par un panier descendu d'une fenêtre pour échapper aux juifs.


Hananie était l'un des premiers disciples du Christ et il est notamment connu pour avoir rendu la vue à Paul qui l'avait perdue lors de son illumination sur la route de Damas. Ne vous étonnez du fait que cette chapelle du sud-est de la vieille ville soit en sous-sol puisqu'il s'agit en fait de l'ancien niveau de Damas ! Dans cette crypte voutée, vous pourrez admirer une bande-dessinée côté transept droit. Ce qu'il faut savoir avant toute chose sur cette chapelle, c'est qu'elle était, semble-t-il, l'ancienne demeure de... Judas ! Et l'on dit que Paul fut baptisé ici même par le disciple Hananie.


La chapelle Saint-Hananie
Paul vient d'arriver à Damas et il est aveugle depuis trois jours. Accomplissant la volonté de Dieu, Hananie va alors trouver Paul, lui impose les mains et lui rend la vue. Paul reçoit aussitôt le baptême. Saint Hananie est fêté le 25 janvier, jour où l'Église catholique célèbre la conversion de Paul.









Maison d'Hananie : la Conversion de Saint Paul




Chapelle Saint-Paul


Saint Paul


Bab Cherqi, en vous rendant à la maison d'Hananie, vous pourrez visiter le palais Nassan [قصر النعسان] 
















Facebook : Madj Nassan



L'hôpital Saint Louis, peu après bab Touma


Un des nombreux restaurants de Bab Cherqi et Bab Touma


Facebook : Bab Sharqi باب شرقي


Carte interactive "Love Damascus" pour y accéder cliquez ICI
(dans cette recherche sur la vieille ville : en vert, les restaurants ; en violet, les hôtels)




*   *   *



Damas, quartier chrétien incendié : photo Henry Sauvaire (1861), musée d'Orsay


Damas, quartier chrétien incendié : collection photos Henry Sauvaire (1861), musée d'Orsay

*   *   *













Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire