Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

lundi 23 janvier 2017

Le Hammam de Nour ed-Din al-Shaheed, son Bîmâristân et sa Madrasa…



Sur le souk al-Bzouriyeh [سوق البزورية]… entre le palais Azem et la Via Recta [الشارع المستقيم], dissimulée parmi les échoppes d'épices et fruits confits, l'entrée du hammam Nour ed-Din al-Shaheed [حمام نور الدين الشهيد], le plus ancien des bains de Damas…

Ce hammam a été construit sur l'ordre de Nour ed-Din après la prise de la ville de Damas en 1154… L'activité de ce hammam devait contribuer au financement d'une médersa, la  Madrasa al-Nuriyya al-Kubra [المدرسة النورية الكبرى] ainsi que d'un hôpital, le Bîmâristân al-Nuriyya [البيمارستان النورية الكبرى], financement auquel s'ajouta la rançon d'un roi franc fait prisonnier durant une croisade !

À l'entrée, la salle de repos (al-maslakh), datant de la période ottomane, avec ses arches et sa coupole est somptueuse et exceptionnellement grande. Dans ses six iwans à symétrie axiale s'y étalent avec opulence de magnifiques tapis tandis qu'une fontaine octogonale et ses marbres ajoute au ravissement. Étant la seule partie du hammam exempte de vapeur, de jolis meubles et accessoires en bois se joignent à la beauté du lieu. C'est la salle de déshabillage. De petites niches sous des bancs de pierre, ou mastaba, recueillent les chaussures d'extérieur échangées pour des sandales à semelle de bois. Après le bain ce sera un lieu de repos et de relaxation agrémenté d'un verre de thé… Les femmes sous réserve d'une grande discrétion ne devront se satisfaire que d'un coup d'œil à cette salle d'entrée…























Au-delà du maslakh les hommes à l'occasion d'un bain accéderont aux salles d'eau et de vapeur, paradis de bien-être pour le corps… Ces salles ont conservé leur beauté architecturale originale avec leurs toitures en dômes… Trois espaces à température de plus en plus élevée se succèdent… D'abord un espace tempéré à environ 20°, le bārid (frigidarium) non chauffé ; puis l'espace central, le wastānī (tepidarium), modérément chauffé vers 32°, salle de soins, tels massage et épilation ; et enfin le ḥarāra (caldarium), espace chauffé à  42/48°, la vapeur étant projetée dans cette pièce par des évents liés au réduit adjacent du four, le beit al-nar










*   *   *

Pour compléter les soins, un coiffeur dans le hall d'entrée du hammam




*   *   *

Ce hammam Nour ed-Din al-Shaheed, le plus ancien établissement de bains à Damas et l' une des principales constructions de Nour ed-Din devait contribuer, nous l'avons noté plus haut, au financement et au fonctionnement d'un hôpital et d'une médersa… connus aujourd'hui comme étant  le Bîmâristân al-Nuriyya [البيمارستان النورية الكبرى] et la Madrasa al-Nuriyya al-Kubra [المدرسة النورية الكبرى] situés à proximité… Une invitation à visiter ces lieux lors d'un prochain voyage… 

Le Bîmâristân al-Nuriyya, s'il perpétue de nos jours le souvenir des hôpitaux célèbres de l'Islam, abrite aujourd'hui le Musée de la Médecine et des Sciences arabes.  








Bîmâristân al-Nuriyya, Al-Harika, Mohammad Musallam Abdin Street - المدرسة النورية الكبرى


Nour ed-Din (نور الدين) est décédé dans la citadelle de Damas [قلعة دمشق] où il a d'abord été inhumé. Ce n'est que plus tard que son corps a été transféré à la médersa al-Nuriyeh [المدرسة النورية], aujourd'hui aussi désignée Mosquée Nour ed-Din al-Shahid [جامع نور الدين الشهيد]…

Dômes de la Médersa funéraire de Nour ed-Din


Tombeau de Nour ed-Din


Madrasa al-Nuriyya al-Kubra, Al-Harika, Souk Al-Khayateen - المدرسة النورية الكبرى


Hammam Nur al-Din (Hammam al-Bzuriyyeh)

Tourist Attractions in Al-Harika



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire