Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

dimanche 25 septembre 2011

Yaa Baa (ยาบ้า ) : Wiwat Polamuang et la nouvelle campagne anti-drogue en Thaïlande



 
Le 12 septembre, le nouveau gouvernement thaïlandais a annoncé qu’un tiers des consommateurs de drogue seraient accueillis au centre de désintoxication de Wiwat Polamuang, centre géré conjointement par l’armée, le ministère de la défense et le ministère de la santé. Alors que le Premier ministre a insisté sur la volonté de guérir les consommateurs, son adjoint Chalerm Yoobamrung n’a pas manqué de rappeler que les autorités se montreraient fermes avec les trafiquants et autres dealers… 



 Yaa baa (ยาบ้า), "le médicament qui rend fou". En Thaïlande le surnom de la méthamphétamine sonne comme un avertissement, mais il n'a pas dissuadé des centaines de milliers de Thaïlandais, jeunes pour la plupart, de s'y adonner avec plus ou moins de retenue. "Drogue de travail" ou "drogue de loisir", il s'agit d'un véritable phénomène de société qui n'est pas étranger aux évolutions économiques et aux mutations culturelles qu'à connu le Royaume au cours de ces dernières décennies. Le livre de Pierre-Arnaud Chouvy et Joël Meissonnier s'efforce de donner des explications à un engouement qui touche également d'autres pays de la région. Il replace la consommation de méthamphétamine dans les logiques du narcotrafic dont les ressorts sont à rechercher aux marges orientales de la Birmanie, en plein cœur du Triangle d'Or.



À la base de Sattahip, le 1er juillet l’école de la Marine Royale Thaïe de Wiwat Polamuang célébrait la certification de sa seconde cohorte d’usagers de drogue réhabilités…

L’école de la Marine Royale Thaïe de Wiwat Polamuang a certifié le 1er juillet dernier la réhabilitation d’une deuxième promotion de toxicomanes… 250 jeunes-gens arrêtés pour usage de stupéfiants ont ainsi été rendus à la vie civile et à leur famille, où l’on espère qu'ils resteront désormais « propres ».

Le capitaine Udom Pratathayang, directeur de l'école Wiwat Polamuang, a félicité ces 250 jeunes pour avoir accompli avec succès leur programme de 120 jours de désintoxication, dans les installations de l'école de la Marine Royale Thaïe. Puangchomphu Premprasert, directeur-adjoint du Bureau de probation de Rayong, Chaiyut Siriwattanasakul du Bureau de probation de Chachoengsao et Hatairat Hanchamnak du Bureau de probation de Samut Prakan ont ensemble remis leurs certificats aux nouveaux diplômés.

Bunsong Chantimo, abbé-adjoint au Temple de Thepprasit et quatre autres moines bouddhistes ont prié et béni les diplômés, leur souhaitant courage et bonne chance pour leur retour dans le monde. Face à un portrait de SM le Roi, chacun des élèves a prêté serment de rester désormais loin de toute drogue.

Le capitaine Udom Pratathayang, directeur de l'école Wiwat Polamuang,
félicite 250 jeunes-gens pour avoir respecté leur programme de 120 jours de désintoxication

Le capitaine Udom Pratathayang a rappelé que les élèves ont suivi une réadaptation physique et mentale contre l'impact dégénératif des drogues. « Toute personne, a-t-il dit, mérite une deuxième chance, et l'école œuvre à rendre à nouveau productifs les personnes tombées sous l’emprise de la drogue. C’est pour cette raison que des usagers de drogues sont envoyés à Wiwat Polamuang plutôt qu’en prison. »


Reportage : Thaïlande : nouvelle campagne anti-drogue



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire