Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

dimanche 14 janvier 2018

Tartous, dernières heures du bonheur d'un voyage… avec la Communauté syrienne de France, octobre 2017



Tartous… notre dernière étape avant de retourner à Damas… En route nous nous serons longuement arrêtés aux monastères de Mar Yakub à Qara puis de Deir Mar Moussa al-Habashi aux environs d'An-Nabk, dans le désert syrien… Sans oublier les délicieuses pâtisseries pour la route de chez "Abo Alezz"…


Tartous,  ayons une pensée toute particulière pour l'Armée russe…


Goûtons au plaisir de la Méditerranée, des eaux à la température encore fort agréable en ce mois d'octobre, des restaurants accueillants leurs poissons et fruits de mer… Une atmosphère de fête familiale en ce début de week-end… Les hôtels affichent complet… C'est la première fois que nous le constatons depuis ces dernières années… pas même en plein mois d'août nous n'avions rencontré une telle affluence. Manifestation que la vie reprend, intensément… Tourisme domestique, une foule syrienne vivante joyeuse partout sur la plage, les restaurants… Orchestres qui feront danser la jeunesse, et beaucoup de bien moins jeunes, jusqu'au petit matin…

Notre hôtel habituel, en plein cœur de la ville est complet. Il nous faut nous résoudre à aller un peu à l'extérieur… Un endroit plus populaire, des familles entières des petits enfants aux grands-parents sont venues profiter du soleil et de la mer… Nombreux cars de tourisme, qui repartiront dès la fin du week-end… Si nous sacrifions au confort, notre bonheur ne sera que plus grand proche de la vie de ce peuple en vacances…

Dès notre arrivée à Tartous nous entrons dans la fête… Rues désertes. L'évènement, un match de foot… Les gens sont tous à la maison ou dans les cafés devant la télévision… Notre chauffeur, impatient nous arrête d'autorité dans un de ces cafés… Déjà sur la route nous avions eu droit à un pieux mensonge : je ne sais plus quel problème l'appelait d'urgence.  Peu compatissants nous avions traînaillé, à notre arrivée c'était presque la fin du match… mais moment hautement important, le plus important peut-être de toute la rencontre. La Syrie menée 1 à 0 devant l'Australie venait d'obtenir un pénalty… Nous étions arrivés à point pour assister au tir de ce pénalty par le nº 9 syrien… Égalisation 1 à 1. L'espoir était revenu dans le camp syrien. Si le match d'aujourd'hui plutôt que de se jouer en Syrie comme l'aurait voulu l'équité du sport - embargo et toutes autres méchantes mesquineries obligeant - se jouait en Malaisie, le match retour pour la qualification à la Coupe du monde 2018 se ferait en Australie… L'espoir demeurait…











Le nº 9 syrien prêt à tirer le but égalisateur… et porteur d'un immense espoir !


En d'autres circonstances qui parmi ces spectateurs se serait intéressé à un match de foot ?
La solidarité avec un peuple revêt parfois des aspects inattendus…

En fait nous assistions plus qu'à un simple match de football… Ce match de football était l'occasion d'une monstrueuse démonstration de cohésion nationale. Ce jour-là la Syrie unanime était derrière ceux qui face à la Planète entière les représentaient… - Invité dans une famille syrienne repliée de Maaloula dans le quartier de Bab Charqi à Damas je vivrai en communion avec ce peuple le match retour -… Cet espoir revenu devait s'exprimer jusque tard dans la nuit par de spectaculaires manifestions de joie dans toute la ville de Tartous… et certainement partout ailleurs en Syrie…



Qui pourra m'expliquer pourquoi ?… en Syrie c'est toujours la fête !








Levé tôt le matin malgré une courte nuit ce sera une promenade sur la plage pour assister au coucher de la Lune, encore pleine… Des visites sont encore prévues pour cette journée… Mais en cette fin de voyage nos pensées seront davantage orientée vers la réflexion… Que nous a enseigné cette nouvelle rencontre avec le peuple syrien de plus que les précédentes ?


Au petit matin à Tartous la Lune s’en va se coucher, en même temps que les derniers noctambules de cette fin de semaine..


Promenade solitaire matinale, moment propice à la réflexion…


Un centre hôtelier populaire encore endormi…


Le hasard - mais y a-t-il vraiment hasard quand on sait choisir ses sources pour ne retenir que les seules pertinentes ? -, les circonstances, donc, ont voulu que je tombe sur le témoignage d'un Américain qui, avec un autre groupe, a séjourné en Syrie dans la même période, début octobre…

Cet Américain, Brandon Turbeville, est venu en Syrie plusieurs fois depuis ces six dernières années, un bonus certain par rapport à nous qui n'avons commencé à fréquenter la Syrie en guerre qu'à partir de 2015… Mais j'ai immédiatement été séduit par les premiers mots de son récit… Aucune fanfaronnade, aucun mystère sur d'obscurs informateurs… Pour Brandon Turbeville venir en Syrie c'est d'abord un plaisir… Je renchérirai : quiconque ne se fait pas d'abord un plaisir de rendre visite à la Syrie n'a rien à y faire ! Les informateurs et les guides de Brandon Turbeville ? Tout simplement le peuple syrien, le hasard des rencontres, des inconnus…



Réception à la préfecture - ici de Tartous - mais combien plus édifiantes auront été les rencontres au hasard, avec des inconnus !


La reine Zénobie, hall de la préfecture


Salle de réception de la préfecture


Suivant à peu près le même itinéraire que le nôtre - Damas, Alep, Homs, Tartous et de nombreuses places intermédiaires - Brandon Turbeville constate qu'aujourd'hui le plus important à retenir de son voyage ce ne sont ni l'architecture ni les paysages mais ce sont les gens eux-mêmes…

"… Le peuple syrien est l'un des peuples parmi les plus accueillants, amicaux et humains qui soient au monde. Dès le premier instant de l'entrée dans le pays, nous avons été accueillis par des soldats syriens qui, pratiquement à chaque check-point, nous ont souhaité la bienvenue en Syrie… Puis Damas où le peuple syrien nous a manifesté sa fameuse hospitalité. Partout où nous sommes allés pour la totalité de notre visite, nous avons été accueillis par des « bienvenue en Syrie », émanant de soldats, de simples passants dans la rue, d'entrepreneurs,  bref de tous ceux avec qui avons été en contact. Des bienvenues franchement authentiques. Partout tout le monde était manifestement content et se sentait étrangement honoré que des étrangers visitent aujourd'hui la Syrie. Beaucoup ont exprimé leur bonheur que les touristes retournent en Syrie après six années de guerre. Un signe que les choses reviennent lentement à la normale."

Exactement ce que nous avons écrit, sous une forme ou une autre tout au long des articles relatant ce huitième voyage de solidarité avec le peuple syrien…

Brandon Turbeville insiste ensuite sur les idées fausses que se font les Américains à propos des Syriens, les confondant souvent avec les Saoudiens et leur obscurantisme… Qu'en est-il du peuple français ? En dénonçant la presse américaine - CNN, MSNBC -, sa propagande, ses mensonges, Brandon Turbeville n'hésite pas à qualifier leurs productions de "bullshit", que je ne saurais pas vraiment traduire en français ! Tout en sachant qu'il en est de même pour les vomis - "bullshit" - du PAF, du Monde, du Figaro, sans oublier Libération et autres torchons gavés de subventions publiques qui osent encore parler de guerre civile en Syrie et d'un président qui "bombarderait son peuple"… L'expression "bon boulot" en parlant des exactions des terroristes "mandataires américains des cavernes" semblant n'avoir pas dépassé le périmètre médiatique français… 





Ali amputé des deux jambes, son épouse et leur enfant…
construire courageusement ensemble une famille malgré le "bon boulot" des amis de la France
ou - qui sait ? - des
"mandataires américains des cavernes"


Brandon Turbeville porte également un regard sur les femmes syriennes…   

"Pour dissiper quelques-uns de ces mythes qui auraient dû être dissipés il y a longtemps, il vaut peut-être la peine de mentionner que la représentation traditionnelle du Moyen-Orient (femmes couvertes, sauvagerie et décapitation) est plus proche de la réalité de l'Arabie Saoudite. La Syrie a des déserts à coup sûr, mais elle a aussi des montagnes, des zones verdoyantes, des régions côtières et des lacs. Les femmes peuvent conduire, voter, occuper des fonctions publiques et faire pratiquement tout ce qu'un homme peut faire en Syrie si elles le désirent. Les femmes ne sont pas couvertes. Promenez-vous dans les rues de Damas ou de toute autre grande ville et vous rencontrerez de très nombreuses femmes non couvertes portant jeans serrés et débardeurs. Nulle police religieuse pour les traquer. L'État syrien est authentiquement laïc et impose la laïcité tant dans la loi que dans sa politique. La liberté religieuse s'applique aux musulmans, aux juifs et aux chrétiens."

À propos des interdits religieux ailleurs imposés Brandon Turbeville rappelle qu'en Syrie vente et consommation d'alcool sont libres.  Qui n'en a pas profité et dégusté son arak tout en dînant ?


Des reconstructions, mais aussi une activité artistique jamais interrompue





Ensuite Brandon Turbeville parle longuement de la formidable capacité de résilience du peuple syrien, et partout au-delà de ruines qui ne seront bientôt que mauvais souvenir d'un passé révolu, des reconstructions… La Syrie est désormais un pays farouchement et de toute son énergie en reconstruction… Tel est l'essentiel de ce que nous avons pu observer tout au long de notre séjour - l'Américain Brandon Turbeville également…



Une dorade à Tartous... moment aussi de solitude et de réflexion…







Le week-end est fini, tard dans la nuit les cars ramèneront les dernières familles encore là à la maison
Demain sera une nouvelle journée de travail pour ces Syriens, comme pour tous les autres peuples.







 *   *   *


Autres étapes du 8ème voyage de "solidarité avec le peuple syrien"
de la Communauté syrienne de France, octobre 2017



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire