Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

mardi 24 janvier 2017

Sites Éternels, de Bâmiyân à Palmyre, voyage au cœur des sites du patrimoine universel



L'exposition "Sites éternels" se poursuit en ligne

Des développements numériques en ligne, créés à l'occasion de l'exposition du Grand Palais désormais fermée, permettent de rendre compte de l’état des recherches et de perpétuer le souvenir de ces quatre sites archéologiques en danger.

Les contenus dédiés à l’exposition sur grandpalais.fr

Retrouvez les « Mots de l’expo » pour tout savoir sur ces quatre sites archéologiques.

Observez sous tous les angles trois des quatre oeuvres du Musée du Louvre exposées au Grand Palais, grâce à leur numérisation en 3D par l'Agence photo de la Rmn-GP.

Partagez vos photos sur le compte Instagram @souvenirs_sites_eternels pour enrichir notre mémoire de ces lieux. Ce compte Instagram, à vocation pérenne, permet de rassembler et de conserver des clichés de ces sites avant leur destruction. Il permet également aux chercheurs et archéologues de pouvoir conserver une trace de ces monuments fragiles et de les aider dans leur reconstruction.


Les parcours virtuels intéractifs sur le site et l'application Google Arts & Culture :

« Réunion des musées nationaux – Grand Palais » : Google Arts & Culture


*    *    *

"De Bâmiyân à Palmyre, voyage au cœur des sites du patrimoine universel"
Une exposition présentée au Grand Palais à Paris du 14 décembre 2016 au 9 janvier 2017

L’exposition « Sites Éternels, de Bâmiyân à Palmyre » était à découvrir au Grand Palais du 14 décembre 2016 au 9 janvier 2017. Cette exposition  proposait une immersion au cœur de quatre grands sites archéologiques en danger : la Grande Mosquée des Omeyyades de Damas, le site de Palmyre, le Krak des Chevaliers en Syrie, ainsi que l’ancienne capitale du roi Sargon à Khorsabad en Irak. Cette exploration s’appuie sur le travail de relevés 3D de la start-up française Iconem.




L’exposition avait pour ambition de sensibiliser le grand public à la notion de patrimoine en danger par l’évocation de sites emblématiques et la découverte (ou redécouverte) des splendeurs de quatre grands sites archéologiques actuellement situés en zones de conflit. Répartis principalement sur un territoire qui correspond aujourd’hui à la Syrie et à l’Irak, ces sites n’ont pas seulement subi les « dommages collatéraux » de la guerre, certains ont été attaqués pour ce qu’ils sont, pour l’héritage qu’ils offrent à l’humanité d’aujourd’hui…

- La Grande Mosquée de Damas, édifiée au cœur de la capitale par la dynastie des Omeyyades (661-750), est l’un des plus anciens chefs-d’œuvre de l’architecture islamique ;

- Palmyre, au cœur du désert, à mi-chemin entre la côte méditerranéenne et l’Euphrate, est un ancien relais caravanier dont on retient la splendeur à l’époque romaine mais dont l’existence remonte au IIe millénaire avant notre ère ;

- Le Krak des Chevaliers, château fort datant de l’époque des croisades, situé dans l’ouest de la Syrie, est l’un des châteaux croisés les plus prestigieux et les mieux conservés ;

- Khorsabad, ville de la Haute-Antiquité fondée par le roi Sargon II (713-706 av. J.-C.) dans la province de Ninive, fût l’une des capitales du grand empire néo-assyrien qui domina la plus grande partie du Proche-Orient dans la première moitié du Ier millénaire avant notre ère.

Cette exposition dite "immersive" voulait plonger le visiteur au cœur de ces sites grâce à une projection à 360° au sein de la galerie sud-est du Grand Palais. Le film a été réalisé pour l’essentiel avec des relevés des sites archéologiques en 3D réalisées par la société Iconem, qui poursuit son travail y compris en zone de conflits grâce à des drones.

Ces prises de vues photogrammétriques permettent de produire de véritables doubles numériques des vestiges, qui ont été combinés avec des documents tels que des photos anciennes, des gravures, des aquarelles, donnant ainsi la mesure de leur évolution dans le temps.

Étaient également présentées quatre pièces majeures des collections du musée du Louvre liées aux sites présentés, rappelant ainsi la force du témoignage de l’objet archéologique et l’importance des collections des musées universels dans le partage de ce patrimoine commun.

Enfin, un Laboratoire des images, conçu comme un cabinet de curiosités, apportait un éclairage sur les méthodes utilisées par les scientifiques, du XVIIème siècle à nos jours, pour documenter leurs découvertes et reconstituer le fil de l’Histoire.

L’exposition présentait également une expérience de réalité augmentée dédiée à la reconstruction virtuelle de l’Arche de Palmyre et les témoignages de quatre personnalités du monde artistique du Proche Orient sur les destructions du patrimoine mondial.


De Bâmiyân à Palmyre, voyage au cœur des sites du patrimoine universel

C’est à une expérience "immersive" inédite que conviait le visiteur l’exposition « Sites éternels ». Alors que le contexte géopolitique au Moyen-Orient ne connaît pas d’apaisement, ces trésors du patrimoine mondial témoignent de notre humanité.

« Quand la culture des peuples est menacée, quand leur patrimoine est attaqué, ce sont ces valeurs et ces droits fondamentaux qui sont visés. C’est pourquoi la protection du patrimoine est inséparable de la protection des vies humaines. Il n’y a pas à choisir entre l’une ou l’autre. Quand la culture est en première ligne des crises, elle doit être en première ligne de la construction de la paix. » Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO.




Sites éternels au Grand Palais, entretien avec M. Pic et Y. Lintz du Louvre


À l'occasion de l'exposition "De Bâmiyân à Palmyre, voyage au cœur des sites du patrimoine universel" Marielle Pic, directrice des Antiquités orientales, et Yannick Lintz, directrice des Arts de l'islam au Louvre, dévoilent les enjeux de l'exposition, présentent les quatre "sites éternels" et les œuvres du Louvre exposées au Grand Palais.



Sites éternels : la table ronde de l’exposition

Le 12 décembre 2016, une table ronde exceptionnelle était organisée au Grand Palais pour présenter les enjeux de l’exposition « Sites éternels ».

Il s’agissait notamment selon Sylvie Hubac, Présidente de la RMN – Grand Palais de « substituer à des images de peur et de désolation, des images qui racontent au contraire leur splendeur, leur beauté, leur poésie. Qui nous permettent de retraverser leur histoire et, effectivement, de nous donner confiance dans ce qu’il est possible de refaire demain. »


En immersion dans les "Sites éternels" du Grand Palais



*   *   *




Dans le secret des pierres - Damas, fragments d'une cité éternelle



Dans le secret des pierres - Palmyre, le royaume de sable



Dans le secret des pierres - Ougarit, une empreinte dans l'histoire de l'Humanité



Dans le secret des pierres - Mari, aux origines de la «Ville»



Dans le secret des pierres - Les sentinelles du Levant



Dans le secret des pierres - Qosair Amra, un édifice manifeste



De Bâmiyân à Palmyre, Voyage au cœur des sites du patrimoine universel






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire