Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

samedi 21 janvier 2017

À Notre Bon Roi Très-Chrétien et Martyr, Louis XVI le Bienfaisant…





21 janvier 1793, assassinat du roi Louis XVI
par les terroristes de la République...

Pardonne, Dieu puissant ; dans ta colère auguste,
Tu laissas quelquefois couler le sang du juste ;
Mais du meilleur des Rois quand tu proscris les jours,
A nos larmes du moins permets un libre cours.
L’instant fatal approche ; Exécrable journée !
La Victime à l’autel en spectacle amenée...
D’une honteuse mort les horribles apprêts...
Un échafaud... les lys couverts d’un noir cyprès...
Est-ce un Songe cruel dont l’erreur me tourmente ?
Non, je veille. Que dis-je ? une tête sanglante...
Barbares ! c’en est fait, et Louis ne vit plus.
Inutile douleur et regrets superflus !
Il ne vit plus : son âme, et si pure et si belle.
A quitté pour jamais sa dépouille mortelle.
Et d’une sombre nuit l’épaisse obscurité
Ne nous a pas des cieux dérobé la clarté !
Et la main du bourreau, qui dut trancher sa vie.
A pu, sans se glacer, consommer l’œuvre impie !
Et la terre n’a pas englouti dans ses flancs
Ce chef des assassins dont les ordres sanglants,
Grâce aux accents bruyants d’un instrument complice.
En étouffant sa voix, hâtèrent son supplice !
Il ne vit plus ! Quel crime avait-il donc commis ?
Indigne d’un pouvoir par ses Aïeux transmis,
Courbait-il ses sujets Sous un sceptre arbitraire ?
Hélas ! il en était moins le roi que le père.
Monarque vraiment sage et vertueux époux,
On ne le vit jamais, infidèle en ses goûts,
Faire, au mépris des lois de la morale austère,
De son lit nuptial une couche adultère ;
D’impudiques trésors, gages de ses soupirs,
Payer le faste abject de ses honteux plaisirs.
De la religion soutenant l’édifice,
Par son exemple seul il combattit le vice ;
Du trône il dédaigna les honneurs orgueilleux ;
Il borna sa grandeur à faire des heureux.
De toutes les vertus, modèle vraiment rare,
Du sang de ses sujets quel roi fut plus avare ?
Au sein de ses malheurs, de chagrins accablé,
« Dites-moi que l'on m’aime et je suis consolé, »
S’écriait-il. Enfin, son indulgence extrême
Ne l’abandonna point à son heure suprême.
En recevant la mort, d’un air fier et soumis,
Il pardonna sans peine à tous ses ennemis,
Fit grâce à l’injustice, oublia la vengeance,
Et son dernier moment fut un trait de clémence.
France, pleure un forfait, dont l’éternel affront
Jusqu’à ton dernier jour fera rougir ton front.
Les siècles à venir contre toi se soulèvent ;
Leurs redoutables voix dès à présent s’élèvent,
T’accusent, et du ciel sur ta postérité
Appellent le courroux trop longtemps arrêté.
Vois l’Europe déjà conspirant ta ruine,
Sur tes débris fumants la guerre, la famine,
Tous les fléaux ensemble exerçant leurs fureurs,
Tes propres enfants même abreuvés de tes pleurs,
Insultant à tes maux, méconnaissant leur mère,
Des torrents de ton sang baignant au loin la terre.
Et Vous dont les écrits, par malheur trop fameux,
Corrompant du Français le naturel heureux,
Précipitaient ses pas dans le sentier du crime,
Téméraires Penseurs, mesurez donc l’abîme
Où l’a jeté l’erreur de vos principes vains.
Étalez maintenant vos superbes dédains ;
D’une religion peignez-nous la chimère ;
Allez défier Dieu jusqu’en son sanctuaire ;
Et recueillez le prix de vos rares leçons.
De vos livres, plutôt, tarissent les poisons !
Périssent vos écrits, et leur coupable gloire !
Et pour en effacer jusques à la mémoire,
Que leurs feuillets, livrés à des feux dévorants,
Soient en vile poussière abandonnés aux vents !
Pour moi qui, dans ces jours et de honte et d’alarmes,
Comprimant ma douleur, dissimulant mes larmes,
Prêt à quitter vingt fois et crayon et pinceau,
Osai de nos malheurs esquisser le tableau,
Si de la vérité, trop fidèle interprète,
Au glaive inquisiteur je dévouais ma tête,
Si trahi dans mes vers, surpris dans mon secret,
D'un tribunal de sang je dois subir l’arrêt,
J’irai, de mes bourreaux je braverai la rage ;
Et loin que l’échafaud étonne mon courage,
Je vois sans pâlir, j'y monte sans effroi,
Trop heureux de périr comme à péri mon Roi.

Louis Jean-Baptiste Étienne Vigée
Procès et mort de Louis XVI,
fragment d'un poème sur la Révolution française






"Pie Jesu" du Requiem de Charles Gounod chanté par la Maîtrise des Hauts de Seine, direction Francis Bardot


 Notre Bon Roi Louis XVI a été assassiné le 21 Janvier 1793 par les crapules révolutionnaires. Du Ciel où Il est Il prie pour nous et pour la France. Que son Précieux Sang injustement versé ne retombe pas sur nos têtes !


« Le 21 janvier, avec le meurtre du Roi-prêtre, s'achève ce qu'on a appelé significativement la passion de Louis XVI. Certes, c'est un répugnant scandale d'avoir présenté, comme un grand moment de notre histoire, l'assassinat public d'un homme faible et bon. Cet échafaud ne marque pas un sommet, il s'en faut. Il reste au moins que, par ses attendus et ses conséquences, le jugement du Roi est à la charnière de notre histoire contemporaine. Il symbolise la désacralisation de cette histoire et la désincarnation du Dieu Chrétien. Dieu, jusqu'ici, se mêlait à l'histoire par les Rois. Mais on tue son représentant historique, il n'y a plus de Roi. Il n'y a donc plus qu'une apparence de Dieu relégué dans le ciel des principes.
Les révolutionnaires peuvent se réclamer de l'Évangile. En fait, ils portent au Christianisme un coup terrible, dont il ne s'est pas encore relevé. Il semble vraiment que l'exécution du Roi, suivie, on le sait, de scènes convulsives, de suicides ou de folie, s'est déroulée tout entière dans la conscience de ce qui s'accomplissait. Louis XVI semble avoir, parfois, douté de son droit divin, quoiqu'il ait refusé systématiquement tous les projets de loi qui portaient atteinte à sa foi. Mais à partir du moment où il soupçonne ou connaît son sort, il semble s'identifier, son langage le montre, à sa mission divine, pour qu'il soit bien dit que l'attentat contre sa personne vise le Roi-Christ, l'incarnation divine, et non la chair effrayée de l'homme. Son livre de chevet, au Temple, est l'Imitation de Jésus-Christ. La douceur, la perfection que cet homme, de sensibilité pourtant moyenne, apporte à ses derniers moments, ses remarques indifférentes sur tout ce qui est du monde extérieur et, pour finir, sa brève défaillance sur l'échafaud solitaire, devant ce terrible tambour qui couvrait sa voix, si loin de ce peuple dont il espérait se faire entendre, tout cela laisse imaginer que ce n'est pas Capet qui meurt mais Louis de droit divin, et avec lui, d'une certaine manière, la Chrétienté temporelle. Pour mieux affirmer encore ce lien sacré, son confesseur le soutient dans sa défaillance, en lui rappelant sa « ressemblance » avec le Dieu de douleur. Et Louis XVI alors se reprend, en reprenant le langage de ce Dieu : « Je boirai, dit-il, le calice jusqu'à la lie ». Puis il se laisse aller, frémissant, aux mains ignobles du bourreau. »
 Albert Camus, L'homme révolté, La Pléiade, p. 528-529


Lettre autographe signée de Louis XVI datée du 20 janvier 1793 (veille de son exécution)

20 janvier 1793

Je demande un délai de trois jours pour pouvoir me préparer à paraître devant la présence de Dieu. Je demande pour cela de pouvoir voir librement la personne que j’indiquerai aux commissaires de la Commune, et que cette personne soit à l’abri de toute inquiétude et de toute crainte pour cet acte de charité qu’elle remplira auprès de moi. Je demande d’estre délivré de la surveillance perpétuelle que le Conseil Général a établi depuis quelques jours.

Je demande dans cet intervalle à pouvoir voir ma famille quand je le demanderai et sans témoins. Je désirerois bien que la Convention Nationale s’occupât tout de suite du sort de ma famille, et qu’elle lui permit de se retirer librement et convenablement où elle le juge utile à propos.

Je recommande à la bienfaisance de la Nation toutes les personnes qui m’étoient attachées, il y en a beaucoup qui avoient mis toute leur fortune dans leurs charges, et qui n’aient plus d’appointements doivent estre dans le besoin, et mesme de celles qui ne vivoient que de leurs appointements. Dans les pensionnaires il y a beaucoup de vieillards de femmes et d’enfants qui n’avoient que cela pour vivre. 

À la Tour du Temple le    janvier 1793.

Louis


*   *   *


Voici le texte de l’allocution prononcée ce dimanche 24 janvier 2016 par Monseigneur Louis de Bourbon, duc d’Anjou, de jure Louis XX, après la Sainte Messe célébrée, selon la tradition, le dimanche le plus proche du 21 janvier, à la Chapelle Expiatoire, à Paris.

Chers Amis,

Nous voici réunis pour le 223ème anniversaire de l’assassinat du Roi Louis XVI au lendemain d’un procès dont le verdict était décidé d’avance. La France traversait alors des jours dramatiques et cette mort du monarque allait, malheureusement, être la première d’une longue liste.

Mais il me semble que se réunir plus de deux siècles après les évènements n’est pas anodin. Les exemples ne sont pas choses courantes. Ils le sont d’autant moins que cette Messe à laquelle nous venons d’assister, et pour laquelle je remercie les desservants, est loin d’être unique. Ce sont, en fait, des dizaines de Messes qui sont célébrées autour du 21 janvier. Cela dans toute la France et même à l’étranger (puisque la Belgique, la Suisse, les USA s’honorent de cérémonies d’hommage au Roi martyr). Ces cérémonies sont importantes et leur sens dépasse de beaucoup ce que peuvent être des commémorations. Seule la mort du Roi amène, chaque année, cet évènement à se renouveler. Les générations passent et cela continue. C’est au sens propre un évènement national et il n’est pas étonnant que, chaque année, alors que les médias ne sont pas très ouverts à la monarchie, il fasse l’objet de séquences à la télévision comme à la radio et d’articles dans la presse papier ou numérique.

Cela donne une autre dimension à cet acte. Nous ne commémorons pas seulement un évènement tragique. La mort du Roi est d’une autre nature.

Elle atteint, au plus profond, chacun d’entre nous, chacun d’entre vous. Non seulement parce que, comme je le disais en introduction, la justice a été sacrifiée aux passions humaines et partisanes, mais aussi parce qu’elle est contraire aux fondements mêmes de l’âme française.

Elle est destructrice. Elle a crée un vide dans nos vies, dans nos coeurs et dans nos familles comme dans la société. Ayant perdu son chef naturel, légitime, la société est déboussolée. Or une société, un Etat, a besoin de savoir, comme un individu, d’où il vient et où il va. Sa quête est philosophique et spirituelle. La société ne peut pas se contenter d’errance, de vérité d’un jour, qui ne l’est plus le lendemain. Au contraire, elle a besoin de certitudes. Les jeunes encore plus. Les voir présents lors des cérémonies à la mémoire de Louis XVI confirme le besoin d’absolu et de vérité. Les jeunes n’aiment pas les idées fausses. S’ils sont prêts à se donner, ce n’est pas pour des chimères. C’est pour du vrai, du juste et du beau. C’est parce qu’ils ont la foi et que dans cette foi, ils puisent leur espérance.

Il faut donc voir l’assassinat du Roi qui nous réunit non pas seulement comme un tragique souvenir que nous serions quelques uns à partager, mais comme un appel à mieux réfléchir à ce que nous souhaitons pour l’avenir. Le Roi n’est pas mort pour rien. Son sacrifice, accepté et offert, a été celui de nombreux français ; son sacrifice, officialisé par un procès, acte dont on attend qu’il fasse ressortir la vérité, a marqué l’entrée de la France dans une spirale de déchristianisation et d’avènement du matérialisme et de l’individualisme dont nous voyons, actuellement, combien elle est dangereuse.

Le fait d’avoir exécuté le monarque a coupé ce lien filial si particulier, si fondamental, qui unissait le Roi et son peuple ; qui unissait le peuple à son histoire. C’est ce lien qu’évoquent ces commémorations annuelles. Ce désir de retrouver la filiation perdue. Tous les grands pays, de la Grande Bretagne au Japon, de la Russie aux USA, vivent par et pour ce rapport au temps de leur histoire.

La France en s’en privant, continue à se mutiler et à se perdre. Depuis près de deux siècles, les crises succèdent aux crises, dont certaines sanglantes, les républiques aux républiques. Cela ne change rien au vide dont un ministre, et pas des moindres, s’appuyant sur sa formation de philosophe, a reconnu l’existence il y a quelques mois !

Ainsi commémorer cet assassinat plus de 200 ans après qu’il a été commis, c’est affirmer que l’idée de la Royauté est toujours nécessaire et vivante. En France, le Roi ne meurt jamais selon l’adage. Il se perpétue.

C’est aux Français de lui redonner vie, de retrouver leur racines. Mais ceci ne peut être simplement formel. La Royauté ce n’est pas une république couronnée. Elle est avant tout un ensemble de valeurs vécues et partagées, puisque ce sont d’elles que vient l’unité entre toutes les composantes du pays. Par le passé, ces valeurs étaient directement issues du baptême chrétien de Clovis. Actuellement elles sont à retrouver, à reconstruire et surtout pas à travestir par des slogans. La France, en renouant avec ce qui l’a animée tout au long de son histoire, pourra alors surmonter difficultés et épreuves et reprendre le cours de sa destinée.

Derrière le rejet de cet assassinat de Louis XVI se profile le besoin de redonner primauté à la vie, de la naissance à la mort ; la nécessité de redonner à la famille tous ses droits notamment dans l’éducation des enfants. Pensons à Louis XVI faisant faire, en prison des pages d’écritures à son fils et lui enseignant la géographie. Quel exemple ! Derrière le rejet de la mort du Roi apparait aussi le désir de retrouver la nécessaire souveraineté garante de toutes les libertés.

Tout cela ne peut rester de vains mots. Ces réalités doivent vivre. Il appartient à nous tous de le faire dans nos métiers, nos professions, dans nos familles et nos activités. Beaucoup de jeunes l’ont compris. Leur voix sans doute ne s’entend pas encore suffisamment, mais comme ils sont l’avenir, les veilleurs qu’ils sont actuellement, deviendront rapidement les acteurs de demain.

Tels sont les vœux que je forme, en ce début d’année, pour vous tous ici présents et pour tous les Français. Pour la France.

Je les accompagne de remerciements. Merci à ceux qui m’ont envoyé leurs voeux ainsi qu’à ma famille ; merci à ceux qui ont participé à la cérémonie d’aujourd’hui, les desservants mais aussi à tous ceux qui ont contribué à son organisation et à sa tenue.

Puisse Saint Louis continuer à veiller sur la France et Saint Martin dont on commémore cette année le 1700ème anniversaire, continuer à l’inspirer. Merci.

Louis, duc d’Anjou
*   *   *
Liste des Messes 2017 pour le repos de l'âme du Roi Très-Chrétien, Martyr,
Louis XVI le Bienfaisant et les Martyrs de la Révolution et le Salut de la France.


*   *   *









À Notre Bon Roi Très-Chrétien et Martyr, Louis XVI le Bienfaisant [2016]…

À Notre Bon Roi Très-Chrétien et Martyr, Louis XVI le Bienfaisant [2015]…



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire