Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

lundi 29 septembre 2014

Dès la destitution de Flanby, l'intérim du Chef de l'État reviendra à la droite…


Jean-Pierre Raffarin ou Gérard Larcher
Président du Sénat, deuxième personnage de l'État et Président de la République par intérim

Selon un décompte à 22 heures, l'UMP, l'UDI, les divers droite totalisent 188 sièges, soit 13 de plus que la majorité absolue fixée à 175. La gauche et le FN comptent respectivement 155 et 2 sièges. Le sort de trois sièges en Guyane, à Saint-Martin et en Polynésie n'est toujours pas connu.

La Constitution stipulant qu'en cas de décès, démission ou destitution du Président de la République, l'intérim du Chef de l'État est assurée par le Président du Sénat, il est acquis que dès la destitution de Flanby, et dans l'attente d'une élection présidentielle, le Chef de l'État assurant l'intérim sera de droite…

Alain Poher, président du Sénat de 1968 à 1992, a assuré par deux fois cet intérim, après le renvoi de DeGaulle en 1969, puis à la mort de Georges Pompidou en 1974. Le président du Sénat dispose alors de toutes les prérogatives du chef de l'État, sauf le recours au référendum et le droit de dissolution.


Sénat : vers un match Raffarin-Larcher pour la présidence


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire