Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

mercredi 27 août 2014

Madagascar, île de naufrageurs : encore un Français assassiné par des cambrioleurs


Alors que Président de la République SEM Hery Rajaonarimampianina [sic] ouvre les "Premières assises nationales du Barreau de Madagascar sur la crédibilité de la Justice pour un État de Droit efficient" l'insécurité et les agressions de toute nature fleurissent de plus belle à Madagascar, indétrônable plus grande île de naufrageurs dont la funeste renommée ne se démentira pas de sitôt…

Malheur à ceux qui se laisseront séduire par les charmes d'Antananarivo ou d'ailleurs en la Grande Île…
Madagascar se souvient : Les multiples visages du monument aux morts du Lac Anosy

L’insécurité continue de sévir tragiquement à Madagascar… Ampitatafika, quartier excentré d'Antananarivo a été le théâtre, ce mardi 26 août, d’un nouveau meurtre commis sur un ressortissant français, ainsi que sur le fils de sa compagne malagasy.

Des bandits ont fait feu sur ce Français et son beau-fils lors d’une attaque à main armée. Raymond Christian Jacques, un septuagénaire français a été tué sur le coup tandis que son beau-fils, Toky Ramaroson, 33 ans, grièvement blessé est décédé peu après à l’hôpital HJRA.

L’attaque, vraisemblablement une opération minutieusement préparée, a été déclenchée aux environs de minuit. Des témoins auraient dénombré sept à huit agresseurs armés de Kalachnikov, de pistolets ainsi que d'armes blanches.

Les bandits ont fait irruption au domicile de Raymond Christian Jacques, un Français, au quartier Malaza d’Ampitatafika en périphérie de la capitale Antananarivo. Ils ont escaladé la clôture puis fracturé la porte avec un pied-de-biche. Une fois à l’intérieur, les bandits ont envahi et exploré les lieux du rez-de-chaussée à l’étage. Le beau fils, alerté par tout le vacarme, a donné l’alarme…

En état de choc, la mère de Toky Ramaroson a expliqué que les assaillants ont passé à tabac son fils pour avoir déclenché l’alerte. Ils lui auraient tiré des coups de feu au niveau de la hanche, de la cuisse, du ventre. Raymond Christian Jacques qui se reposait dans sa chambre est alors sorti pour prêter main forte à son beau-fils. Les agresseurs lui ont alors tiré une balle en pleine tête, le tuant sur le coup.

Les bandits ont ensuite malmené les autres résidents de la maison sans les tuer. Venus pour de l’argent, ils ont fait main basse sur les objets de valeurs ainsi que sur de les billets de banque.

Les cambrioleurs ont pris soin d’effacer toute trace de leur passage emportant jusqu'aux douilles des balles tirées.


Meurtre suivi de vol à Ampitatafika : un Français et son beau-fils assassinés

Mort mystérieuse à Madagascar de Camille Schaeffer, un Lorrain, propriétaire de l'hôtel "Les Flibustiers" à Diego Suarez
Que s'est-il passé le 11 août dernier au large d'Antsisikala, province de Diego Suarez, au nord de l'île de Madagascar ? Le lendemain, en milieu de nuit, les corps de Camille Schaeffer, originaire de Lemberg, près de Bitche, de son épouse malgache, d'une des filles de celle-ci et de la femme du gardien de l'hôtel "Les Flibustiers" que le Lorrain possède dans la baie des Cailloux blancs sont retrouvés sur le rivage. Le corps du fils de la femme du Mosellan est découvert dans la matinée ainsi que leur embarcation, une vedette en bois, ancrée et renversée près du rivage. Le cadavre du skipper sera sorti de l'eau quatre jours plus tard. Un des occupants du bateau manque toujours à l'appel.

Alors que la dépouille de Camille Schaeffer, installé dans l'île depuis un an, a été rapatriée hier en France et autopsié à Paris, ses deux frères et ses parents ont déposé plainte pour connaître la vérité sur sa mort. Une enquête confiée à l'Office central de répression des violences aux personnes, qui dépend de la police judiciaire parisienne, serait actuellement en cours pour déterminer avec précision les circonstances du décès.

Jugées suspectes dans un premier temps par la gendarmerie locale chargée de l'enquête, sa mort et celle de ses proches seraient plutôt la conséquence d'un malheureux accident [?].

« Même le directeur d'enquête semblait troublé par les premières constatations du légiste, qui avait relevé des traces de coups sur le corps des victimes et notamment le crâne de M. Schaeffer », raconte une journaliste de La Tribune de Diego contactée hier, qui suit l'affaire depuis le début. Parmi les éléments troublants également, le fait que certains décès seraient consécutifs à des blessures et d'autres à la noyade. Rapidement, plusieurs journaux s'inquiètent d'une possible attaque de pirates, alors que la mort violente de plusieurs Français ces dernières années dans l'île – dont un, Sébastien Judalet, avait été lynché fin 2013 pour des faits de pédophilie présumés aujourd'hui démentis – crée un étrange climat de suspicion sur place.

Madagascar Mandritsara : meurtre odieux de Sœur Marie Emmanuel Helesbeux, 82 ans

Madagascar, funeste île de Naufrageurs… nouvel épisode tragique d'une série sans fin…

Madagascar… île des Naufrageurs… Défense de s'échapper…

Suicide, mode d'emploi… et pourquoi pas un millepatte…

Suicide, mode d'emploi… ne pas oublier les crocodiles…

Suicide, mode d’emploi : allez "vivre" à Madagascar !

Madagascar : Deux voleurs lynchés à mort par une foule en colère

Madagascar : Andohalo - Un voleur de voiture lynché par la foule

Farafangana : Quatre bandits lynchés à mort

86 voleurs de bœufs lynchés à mort à Madagascar



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire