Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

dimanche 9 janvier 2011

Éclairer la genèse de l'islam




Comprendre l'islam, voire démythifier l'islam est un impératif pour qui veut répondre lucidement tant au défi terroriste intégriste contemporain qu'à la progression de l'islam, notamment en Europe. L'islam serait-il une religion fondamentalement différente des autres religions monothéistes ? Les liens entre la Bible et le Livre de l'islam sont généralement admis. Mais quel est le degré de ces liens ? Peu de fidèles sont capables de répondre clairement. Les similitudes entre le Lévitique et les interdits de l'islam frappent quiconque est informé des pratiques de l'islam.Pourquoi le fils sacrifié par Abraham se nomme-t-il Isaac dans la Bible alors que les musulmans célèbrent le jour de l'aïd-el-kébir l'immolation d'Ismaël ? Pourquoi les tableaux eschatologiques deviennent-ils si puissants et impressionnants, enchanteurs ou menaçants, dans le livre de l'islam ? Discours eschatologique qui se perpétue, suscite et explique les vocations kamikazes contemporaines. Comment l'incitation au combat contre les infidèles a pu être justifiée, comment l'interpréter replacée dans un contexte historique ? Quelle est la valeur de l'argument facilement ignoré des non musulmans mais majeur pour la plupart sinon tous les musulmans, celui de la prééminence de la dernière des religions révélées. ? À toutes ces interrogations la recherche de Joseph Bertuel répond magistralement. À l'heure actuelle à ma connaissance, la lecture d'aucun ouvrage ne peut être plus bénéfique pour qui veut comprendre l'islam et aborder son étude sans préjugé, conformisme ou crainte. Par ses recherches, Joseph Bertuel tente de rétablir une chronologie perturbée par le classement ousmanien et ainsi suivre le film d'une prédication replacée dans le contexte historique de ses protagonistes. Par un examen comparatif minutieux des textes sacrés, il offre une base de réflexion unique à qui veut comprendre les relations passées, présentes et futures entre chrétiens, juifs et musulmans. Loin d'opposer le livre de Joseph Bertuel intelligemment utilisé pourrait être un instrument puissant et indispensable d'apaisement. Encore faudrait-il que les uns et autres acceptent de l'examiner sans passion et avec toute l'humilité requise par la révélation de son histoire.

Comme le montre Joseph Bertuel, il y aurait bien eu volonté de judaïsation des Arabes (avec toutes les distances imposées par le "peuple élu"). Mais en passant de la Bible, en fait "les Livres", au Livre unique, le Livre au-dessus de tous les autres, on propose une religion encore plus rigide. Cet absolu est définitivement établi avec la manipulation ousmanienne qui extrait la prédication de tout son contexte historique, les circonstances du prêche, ses protagonistes, l'évolution et la conquête des auditeurs...

De même que les juifs acceptent une longue histoire à travers les Livres, que les catholiques éclairés acceptent une filiation avec les esséniens, le zoroastrisme voire le brahmanisme et le bouddhisme, de même les musulmans devront accepter l'histoire de la genèse de leur religion. Rien de tout cela n'enlève quoi que ce soit à la foi. Il ne s'agit que d'une acceptation des faits historiques et des circonstance fondatrices. Loin de détruire, il s'agit de consolider et d'unir. Le fond de la croyance est unique. Les divergences sont contingentes, inhérentes aux populations, à leur culture, à leur histoire. Sauf si l'on utilise délibérément une religion à des fins d'identification communautariste et politiques , mais là on s'écarte définitivement du sacré...

Les travaux que je voudrais citer ici sont ceux de JOSEPH BERTUEL :

L'ISLAM T1 - SES VÉRITABLES ORIGINES, UN PRÉDICATEUR À LA MECQUE

L'ISLAM T2 - SES VÉRITABLES ORIGINES, DE LA MECQUE À MÉDINE

L'ISLAM T3 - SES VÉRITABLES ORIGINES, VERS L'ISLAM ARABE AUTONOME

Une lecture du livre de Joseph Bertuel mérite cependant quelques remarques de forme préalables. L'hypocrisie du langage "poco" n'avait pas encore déferlé… Cette lecture devrait s'attacher au fond en sachant faire abstraction d'un ton polémique désuet au regard du "politiquement correct" contemporain. Un ton souvent quasi célinien, qui malheureusement en cette matière, surtout dans le premier tome pourrait nuire auprès de certains à la démonstration et à la rigueur de l'établissement des faits. Le ton s'infléchit avec les tomes suivants notamment le troisième...

Au-delà de la nature et des origines de l'islam par ce livre se poserait en toile de fond la question de tout prosélytisme, de l'action des missionnaires, de leur éthique.On s'interrogera sur la déontologie de l'évangélisation de certaines églises chrétiennes congrégationalistes actuelles. Certaines de ces églises ne rejoignent-elles pas par leur radicalisation les intégristes musulmans ? On s'interrogera et on pourra comparer, établir des rapprochements et des différences fondamentales entre l'action des missionnaires à la conquête des peuples des Amériques, d'Afrique, voire d'Asie et cette relation de la conquête des Arabes par la Bible...

D'autres travaux bien plus anciens (scandinaves, mais il faudrait que j'en retrouve les références) font aussi état d'informateurs du Prophète. Parmi eux un moine chrétien aurait joué un certain rôle... La réalité est sans doute qu'il existait des rivalités autant politiques et économiques que spirituelles entre chrétiens et juifs pour conquérir une population païenne en ce carrefour commerçant important qu'était la Mecque déjà également lieu d'un pèlerinage polythéiste très actif... Ainsi même le pèlerinage ne serait pas une novation de l'islam...

Les travaux de Joseph Bertuel s'appuient eux-mêmes sur ceux de Gabriel Théry alias Hanna Zakarias récemment réédités :

HANNA ZAKARIAS : DE MOISE A MOHAMMED : L’ISLAM, ENTREPRISE JUIVE, Éditions Saint-Rémi




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire