Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

vendredi 19 décembre 2014

"Le Temps des aveux"… François Bizot, otage des Khmers rouges…


« Le Temps des aveux », un film bienvenu qui rappelle la monstruosité des Khmers rouges… Une monstruosité partagée autant avec les islamistes d'aujourd'hui qu'avec le FLN d'hier… Des monstres qui ont eu leurs complices tant en Occident que sur le territoire de la France métropolitaine, tels ces infâmes membres du "réseau Jeanson" au service des égorgeurs du FLN ou les bobos de Libération faisant l'apologie des Khmers rouges s'emparant de Phnom Penh… comme à présent ces pervers étrangers à l'islam qui participent servilement et se mettent en scène dans les exécutions de masse perpétrées par des terroristes érigés en un pseudo-État islamique…




Le « Le Temps des aveux » ne trouvera pas seulement un écho dans les horreurs de l'islamisme contemporain ou du FLN en Algérie, là où le rituel de l’égorgement ou de l'émasculation est tout aussi efficacement remplacé par les coups de bêche ou de bâton des campagnes cambodgiennes profondes… La France franc-maçonne et républicaine a certes connu en son temps ses horreurs campagnardes avec les noyades de Nantes… « Le Temps des aveux » après « La Déchirure » rappelle l’insoutenable horreur du socialo-communisme par l'extermination de tout un peuple brutalement forcé à vivre loin des villes. Excepté un exode trop significatif vers les campagnes - encensé par Libération en avril 1975 ! -, ce film ne manquera d'évoquer chez le spectateur contemporain les malheurs que subit actuellement un pays tel la France, certes de façon moins violente mais assurément plus pernicieuse… Les socialistes d'aujourd'hui ont su tirer les leçons des échecs de leurs précurseurs… Ils avancent moins brutalement et plus lentement mais plus froidement déterminés que les Khmers rouges dans la destruction des fondements de notre civilisation, et tout comme les Khmers rouges en s'appuyant d'abord sur un embrigadement des enfants et une destruction de la famille traditionnelle…







Le dernier film de Régis Wargnier relate la relation entre un ethnologue français capturé par les Khmers rouges et son geôlier. En salles à partir du 17 décembre 2014.

L’argument : Cambodge, 1971. Alors qu’il travaille à la restauration des temples d’Angkor, François Bizot, ethnologue français, est capturé par les Khmers rouges. Détenu dans un camp perdu dans la jungle, Bizot est accusé d’être un espion de la CIA. Sa seule chance de salut, convaincre Douch, le jeune chef du camp, de son innocence. Tandis que le Français découvre la réalité de l’embrigadement des Khmers rouges, se construit entre le prisonnier et son geôlier un lien indéfinissable…

Note : Avec Le Temps des Aveux, Régis Wargnier signe une adaptation du roman Le Portail de François Bizot, paru en 2000. Il retrouve l’Asie après avoir mis sur pellicule une tranche de vie de l’Indochine française avec le film Indochine en 1992. Tourné en décors naturels au Cambodge avec un budget estimé à cinq millions d’euros, Le Temps des aveux sera porté par Raphaël Personnaz (l’acteur a perdu 10 kilos pour le besoin de certaines scènes), Olivier Gourmet et Phoeung Kompheak dans le rôle du geôlier khmer. Il s’agira probablement de l’un des films forts de cette fin d’année. À découvrir sur les écrans français dès ce 17 décembre 2014.

*   *   *


15/10/2009


*   *   *


François Bizot est né à Nancy en 1940… De 1962 à 1965, François Bizot suit les cours de l’École des géomètres de Nancy et les séminaires de G. Condominas, J. Filliozat et A. Bareau à l’EPHE. Il est employé en 1965 par la Conservation d’Angkor, pour s’occuper de l’atelier de restauration et entreprendre le relevé topographique des monuments extérieurs. Parallèlement à ce travail, il est chargé par J. Filliozat d’étudier sur place le bouddhisme des Khmers.

Il est recruté comme membre de l’EFEO en 1976. Après son expulsion du Cambodge par les Khmers rouges, qui mettent à sac les implantations de l’École, il est affecté en Thaïlande. Il établit à Chiang Maï le premier centre de l’EFEO dans ce pays. En 1987, il est nommé chargé de conférences, puis directeur d’études en 1994, à l’EPHE, où il crée la chaire de « Bouddhisme d’Asie du Sud-Est ». Il retourne à Phnom Penh en 1989, pour y préparer la réouverture d’un poste de l’École. En 1994, il est affecté à Vientiane, où il prend bientôt en charge le centre de l’EFEO ouvert l’année précédente par François Lagirarde.

Spécialiste du bouddhisme de la péninsule Indochinoise, il cherche à apporter une réponse à une des premières questions posées par la recherche historique et philologique : l’origine et l’identification des traditions locales. C’est par une longue immersion dans la culture locale et par l’introduction d’une démarche proprement ethnographique dans le champ des études bouddhiques qu’une problématique a pu être posée : pourquoi des communautés bouddhiques affiliées à Ceylan transmettent-elles une doctrine et des règles monastiques contraires à l’orthodoxie cinghalaise ?

Ses enquêtes de terrain lui permettent de découvrir un important corpus de manuscrits en langues vernaculaires, totalement inédits, directement liés aux pratiques rituelles, auxquelles ils servent de support. Ses liens avec les savants locaux lui donnent des clés de lecture insoupçonnables, grâce auxquelles il va pouvoir traduire les premiers grands textes de cette littérature ésotérique. Élargissant ses enquêtes à la Thaïlande, à la Birmanie et au Laos, il montre la profonde unité religieuse et doctrinale de la tradition d’abord étudiée au Cambodge, qui s’étend aux confins de la péninsule.

Ses découvertes l’obligent à élaborer une méthode rigoureuse de reconstitution historique et, tout d’abord, à redéfinir la notion d’« école bouddhique » (nikâya). Ce travail met en évidence l’importance de l’ordination et de l’ajustement monastiques comme facteurs d’appartenance et de légitimité. C’est cette relecture des données indochinoises qui lui fournit les « signes » pertinents nécessaires pour remonter le fil de l’histoire.

L’ensemble de ces travaux a permis de distinguer les écoles d’Asie du Sud-Est de celles de Ceylan, de les rattacher au courant tantrique qui s’est établi dans les derniers siècles du premier millénaire jusqu’en Chine, au Tibet et au Japon, et enfin de montrer que l’indianisation de l’Indochine était intimement liée à l’expansion vers l’Est des doctrines du Vajrayâna.

Il collabore avec des chercheurs français et étrangers (université de Göttingen et de Fribourg) et avec le CNRS (Centre d’étude de l’écriture et Centre de recherche linguistique sur l’Asie orientale). Il crée les polices des alphabets vernaculaires et les nombreux caractères spéciaux nécessaires pour l’édition des manuscrits sur latanier. Ses tâches administratives sont importantes : conventions de coopération avec les gouvernements, programmes de coopération, organisation de colloques (Thaïlande, Laos, Cambodge). En 1989, il dirige le programme : « Fonds pour l’édition des manuscrits » (FEM) au Cambodge, en Thaïlande et au Laos. Il est entre autres responsable éditorial de la collection Textes bouddhiques du Cambodge / du Laos / de Thaïlande, publiée par l’EFEO. En 1998, il est nommé membre du Conseil national des sciences sociales et humaines.

Publications scientifiques

1973 : Histoire du Reamker, Phnom Penh, EFEO, [rééd. Bangkok, 1980, 1983 ; éditions sauvages, Phnom Penh, 1991, 1993].
1976 : Le Figuier à cinq branches, recherches sur le bouddhisme khmer I, Paris, EFEO (PEFEO, 107).
1981 : Le Don de soi-même, recherches sur le bouddhisme khmer III, Paris, EFEO (PEFEO, 130).
1988 : Les Traditions de la pabbajja en Asie du Sud-Est, recherches sur le bouddhisme khmer IV, Göttingen, Abhandlungen der Akademie der Wissenschaften in Göttingen (Philologisch-Historische Klasse, Folge 3, Nr. 169).
1989 : Ramaker ou l’amour symbolique de Ram et Seta, recherches sur le bouddhisme khmer V, Paris, EFEO (PEFEO, 155).
1992 : Le Chemin de Lanka, Paris, EFEO (Textes bouddhiques du Cambodge, 1, Publication du FEM).
1993 : (avec O. v. Hinüber), La Guirlande de joyaux, Paris, EFEO (Textes bouddhiques du Cambodge, 2, Publication du FEM).
1994 : Le Bouddhisme des Thaïs, brève histoire de ses mouvements et de ses idées des origines à nos jours, Bangkok, Cahiers de France.
1994 : (dir.), Recherches nouvelles sur le Cambodge, Paris, EFEO (Études thématiques, 1).
1996 : (avec F. Lagirarde), La pureté par les mots, Paris, EFEO (Textes bouddhiques du Laos, Publication du FEM).
2011 : Le Silence du bourreau, Flammarion, septembre 2011, Paris.

EFEO : Biographie François Bizot

















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire