Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

jeudi 16 mai 2013

À Bang Kwang et toutes les prisons du Royaume les prisonniers seront libérés des chaînes…




Inmates are freed of their shackles after Prime Minister Yingluck Shinawatra
presided over a ceremony to unchain prisoners on death row at Bang Khwang Central Prison (15 May 2013).
Of 800 prisoners, 563 inmates with a record of good behaviour were unshackled at the event.
Photo Bangkok Post Tawatchaï Kemgumnerd









Libération des chaînes ce mercredi 15 mai…

C’est officiellement la fin des chaînes et des barres de fer aux pieds dans les prisons de Thaïlande. Cette décision a été célébrée ce mercredi 15 mai au cours d’une cérémonie présidée par le Premier ministre thaïlandais Yingluck Shinawatra…

La mesure ne s’applique pour le moment qu'au centre pénitentiaire de haute sécurité de Bang Kwang à Nonthaburi qui accueille la plupart des détenus condamnés à mort mais devrait s'étendre progressivement à toutes les autres prisons du Royaume. Ainsi, dans quelques temps, plus aucun prisonnier en Thaïlande ne portera de chaînes aux pieds.

Ces chaînes concernaient principalement les détenus reconnus coupables des crimes les plus graves et dont la peine prononcée était une condamnation à mort ou une détention à vie. Elles mesuraient entre 4,75 et 17 mm de diamètre et pouvaient peser jusqu’à 4 kilos.

« La taille des chaînes dépendait de la gravité de l’infraction du prisonnier », selon Kritapon Siripongpan, un gardien de la prison centrale de Klong Prem.

Selon les détenus, le moment le plus délicat était celui de la douche et les fers devaient être bichonnés. « Je devais prendre soin de mes fers. Il fallait constamment utiliser du savon et un tampon à récurer pour les nettoyer et prévenir la rouille. Quand la peau frottait contre le fer rouillé, on se coupait et on avait des plaies », confie en expert l’un des prisonniers de Klong Prem, le docteur Wisut, qui ajoute :
« Les chaînes ne vous emprisonnent pas seulement physiquement. Elles vous enchaînent aussi mentalement, profondément. Elles alourdissent la peine de mort que vous portez déjà. Les supprimer est une très bonne chose et améliorera sans aucun doute la santé mentale des détenus ».
Bien que très peu d’exécutions continuent à avoir lieu (moins de dix depuis huit ans), la condamnation à la peine capitale existe toujours en Thaïlande. Les condamnés patientent dans une aile spéciale de la prison centrale de Bang Kwang, isolés des autres détenus, et les chaînes aux pieds jusqu'à cette décision du présent gouvernement.




Shackles removed from Bang Kwang inmates

Thailand ends century-old practice of shackling inmates

Les visages de la méthamphétamine… "crystal", "ice", "tina"… "yaa baa" en Thaïlande…


"Bambat Phiset" - บำบัดพิเศษ


Söndag : möt Kim Eriksson Sirawan

Kim Eriksson Sirawan lors de son arrivée au tribunal pour être jugé.
Le bandeau rouge, avant même tout jugement, marque ceux susceptibles d'être condamnés à mort…
Chaque matin nombreux sont ceux qui  sont présentés au tribunal ainsi marqués…

"Bambat Phiset" (บำบัดพิเศษ) : Central Correction Institution for Drug Addicts (ทัณฑสถานบำบัดพิเศษกลาง - คลองเปรม)

Prisoner Handbook (téléchargeable en 11 langues)

Site gouvernemental officiel : Department of Corrections

Thai Prison Life – ชีวิตในเรือนจำไทย

Thai Prison Blogs by Richard Barrow


Thai Prison Blogs by Frank Lombard

Prison Stories

Thai Prison Museum

Amnesty for 35,000 prisoners on the occasion of Princess Sirindhorn’s birthday anniversary




La Thaïlande parmi les 10 pays au monde les plus répressifs

La prison en Thaïlande pour une histoire de cul ?

Local married gay couple arrested in Bangkok for exposing buttocks at a temple



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire