Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

mercredi 11 juillet 2018

Tham Luang, 17 jours d'intense communion du peuple thaïlandais avec ses enfants…




Ils étaient 12 Sangliers [ หมูป่] d'une équipe de foot et leur entraîneur…
Entrés dans Tham Luang le samedi 23 juin ils ne seront rejoints par une équipe de plongeurs que le lundi 2 juillet,

ce n'est que le dimanche 8 juillet que les 4 premiers d'entre eux seront extraits, une opération qui ne sera achevée que ce mardi 10 juillet…


Les 12 Sangliers et leur entraîneur, Ekkapol Chantawong, sont sauvés… Les trois derniers plongeurs de la Thai Navy Seal et le médecin qui était resté auprès des garçons plusieurs jours sont rentrés… Le succès de l'opération ne doit pas faire oublier le sacrifice il y a quelques jours d'un des sauveteurs, le sergent Saman Kunan, qui a perdu la vie après avoir livré de l'oxygène aux enfants. Les hommages affluent : « De temps en temps, nous voyons un vrai héros »… Ci-après, la dernière photo prise du sergent Saman Kunan avant de perdre la vie jeudi dernier, 5 juillet, alors qu'il revenait de livrer de l'oxygène aux garçons pris au piège dans la grotte. Il avait pris sa retraite de la marine thaïlandaise mais s'est porté volontaire pour porter secours…


Thai Navy SEAL


La dernière photo du sergent Saman Kunan [จ่าเอกสมาน กุนัน] à l'entrée de Tham Luang [ถ้ำหลวง]


















Une vidéo qui montre toutes les difficultés du sauvetage… un parcours que les garçons ont déjà effectué, refoulés vers l’intérieur surpris par la brusque montée des eaux le samedi 23 juin… Ils savent donc par où ils devront repasser lors de leur extraction ! Une grotte qui leur était sans doute familière, peuplée d‘esprits protecteurs…


Funérailles royales pour le sergent Sanam Kunan



















Mardi soir, 10 juillet, les quatre Navy SEALs thaïlandais, qui ont accompagné les derniers Sangliers et leur entraîneur, ont levé le pouce après avoir quitté Tham Luang…  Le Dr Pak Loharnshoon était le dernier à sortir…






Large team behind rescue effort takes a bow



Tham Luang (parc de Khun Nam Nang, district de Mae Sai, province de Chiang Rai)



À l'hôpital de Chiang Raï, pour quelques contrôles de précaution




Bangkok Post : Coach Ek the unlikely stateless hero of cave drama

Bangkok Post : Filmmakers seek to cash in on cave drama


Les vélos des 12 Sangliers et de Ek garés à l'entrée de Tham Luang, avant qu'ils ne soient piégés par des pluies soudaines
photo Saiarun Pinaduang


samedi 7 juillet 2018

L’histoire de la publication du Docteur Jivago de Boris Pasternak…




L'année 1958 pour tout Français serait marquée par le coup d'État de DeGaulle ayant conduit à l'instauration de cette Ve République et, définitivement depuis, à un régime de pouvoir personnel, avec selon les présidents ses caprices dus à l'individualité de celui investi de ces fonctions au suffrage majoritaire à deux tours… 




Or en cette année 1958 se produisit un autre évènement majeur : le 26 juin la publication par les Éditions Gallimard du Docteur Jivago de Boris Pasternak… Un évènement majeur par l'annonciation de la chute inexorable du communisme et de l'URSS… Un évènement majeur aussi dans le mûrissement intellectuel d'un garçon de 18 ans vivant à Oran, tout juste bachelier, mais encore troublé par un cours de philo qui ne lui avait inspiré que réticences… Aussi ce fut avec un immense bonheur que ce garçon de 18 ans dévora en cette fin d'année 1958 l'ouvrage de Boris Pasternak  Un bonheur qui n'aurait pas la prétention d'égaler celui de Boris Pasternak, à Pérédelkino, contemplant avec émotion deux exemplaires reçus clandestinement de l'édition française de son Docteur Jivago :  « La chambre semble être éclairée par ces deux livres blancs, une lueur inexprimable en émane ». Plus simplement, pour ce garçon,  bonheur du don d'un sentiment de sécurité et de cohérence intellectuelles face aux combat à venir…

Aussi c'est avec émotion que ravivant le souvenir de cette tragique journée du 5 juillet 1962 je retrouve au cœur de ces heures sanglantes le témoignage de Louis Martinez alors tout récemment rentré d'URSS et malgré son jeune âge co-traducteur de ce Docteur Jivago

L'URSS et la Russie m'auront toujours fasciné… Exilé d'Algérie, disponible pour de nouveaux combats, c'est tout naturellement que j'entrai en contact avec ces militants qui risquaient sinon leur vie tout au moins leur liberté pour passer vers l'Ouest des manuscrits de dissidents privés tant de leur droit de voyager que de publier, bâillonnés par le régime soviétique… L'un de mes amis proches venait de rentrer d'URSS après une telle mission… Il se chargea de présenter ma candidature… Je me mis avec ferveur à l'étude de rudiments de la langue russe… Malheureusement mon passé récent faisant que j'étais fiché par les Renseignements généraux français, une élémentaire prudence voulut que mon offre de service fut refusée… Il s'agissait de déjouer autant la vigilance des gardes-frontières soviétiques que français… Mon ressentiment à l'égard des services français s'en trouva exacerbé… Un "échec" qui aura sans doute déterminé le reste de mon existence… Je me tournai alors vers d'autres cieux…  



 *   *   *




« L’histoire de la publication du Docteur Jivago est probablement encore plus compliquée que nous ne l’imaginions jusqu’à présent ». C’est en ces termes que Claude Gallimard entame un courrier adressé en avril 1958 à son confrère Kurt Wolf, directeur des Éditions Pantheon Books. Et pourtant l’éditeur parisien ne dispose que de peu d’éléments pour étayer son assertion, car dans ce qui allait devenir « l’affaire Pasternak », à maints égards la réalité égale la fiction. Les intrigues autour de la publication de l’ouvrage en Occident relèvent toutefois d’une saine concurrence entre éditeurs, bien loin de la tragédie qui se joue de l’autre côté du Rideau de fer.






C’est la guerre froide. Après la disparition de Staline, la radicalité de l’appareil répressif soviétique semble marquer le pas, même si ce relâchement demeure très relatif. En ce début d’année 1956, le poète russe Boris Pasternak soumet son manuscrit à la revue Novy Mir (Monde Nouveau) pour se voir finalement objecter une fin de non-recevoir par le comité de rédaction. Ce n’est pas tant la qualité intrinsèque de l’œuvre qui est mise en cause : la publication de l’ouvrage achoppe sur des considérations d’ordre idéologique. Une lettre rédigée collégialement par les membres du comité est remise à l’auteur, qui n’est pas invité à revoir sa copie ; d’évidence, coupures ou remaniements ne sauraient aboutir à rien de viable. C’est l’esprit même du livre qui est condamnable, découlant de la vision du monde de Pasternak, incompatible avec le réalisme socialiste. C’est l’écrivain et l’homme qui doivent s’amender.

La cheville ouvrière de l’entreprise chargée de réduire au silence Boris Pasternak n’est autre que le responsable administratif du Département de la Culture, Dimitri Polikarpov, ancien tchékiste au service de la redoutable police politique en charge de la sécurité d’État. Aussi puissant et nuisible qu’il soit, Polikarpov prend directement ses ordres auprès du comité central du PCUS, la moindre de ses actions devant impérativement recevoir l’aval des dirigeants de l’Union Soviétique.
Durant deux années, jusqu’à ce qu’éclate l’affaire du Prix Nobel attribué à Pasternak, la fameuse lettre collective l’informant du refus de son manuscrit demeura secrète. Sa publication sera successivement refusée aux militants soviétiques, puis italiens, et enfin à Aragon lui-même qui souhaitait reproduire le brûlot dans Les Lettres françaises. Cette lettre rédigée par la fine fleur de l’intelligentsia soviétique avait vocation à légitimer de façon circonstanciée le refus signifié à Pasternak. Le texte relève les manquements au dogme, pointe du doigt la dérive réactionnaire de l'auteur et constitue un élément à charge de tout premier ordre.
Et pourtant, Pasternak n’entend pas renoncer. Prenant un risque considérable, il passe outre le refus de la toute puissante Union des écrivains soviétiques. Il communique clandestinement son manuscrit à l’étranger, faisant fi du monopole de l’État sur l’édition. Un acte de défi lourd de conséquences, mais pris en conscience et pleinement assumé. Pasternak garde en mémoire le funeste destin réservé trente ans auparavant à Eugène Zamiatine et Boris Pilniak. Eux aussi avaient emprunté cette voie, payant au prix fort cet acte séditieux… par l’exil et la mort.

L’homme auquel Pasternak accorde sa confiance est l’éditeur italien Giangiacomo Feltrinelli. Sympathisant communiste, il met sa fortune familiale au service de la cause du prolétariat. Ce militant fervent aura l’audace de s’opposer frontalement aux directives émanant de Moscou ; la fascination qu’exerce le texte prend le pas sur les convictions politiques, d’autant que Feltrinelli n’y perçoit pas l’ombre d’un réquisitoire contre le régime socialiste. Il estime que la confrontation des idées est le socle d’une pratique saine établissant le rapport de la littérature au monde.
Malmené, en proie à des persécutions multiples, Pasternak se voit contraint d’intervenir directement auprès de son éditeur afin de sommer celui-ci de faire machine arrière. Il demande la restitution de son manuscrit. L’Italien n’ignore rien des pressions auxquelles l’écrivain est soumis, mais refuse obstinément de se soumettre au diktat imposé par la direction du PC soviétique. Le 22 novembre 1957, Le Docteur Jivago paraît dans sa traduction italienne à Milan, aux Éditions Feltrinelli.
Tandis qu’il confiait au Milanais le soin de publier son roman, Pasternak avait repris contact avec Brice Parain, le russophile conseiller éditorial de Gaston Gallimard. Les deux hommes se connaissent depuis les années 1920, l’épouse du Français, d’origine russe, étant une intime de la première femme de Pasternak. Dans une lettre datée du 30 décembre 1956 ce dernier confie à Parain son désir de voir Le Docteur Jivago traduit en français et publié aux Éditions Gallimard. Par ce même courrier, Brice Parain apprend que « l’initiative de la première édition étrangère » appartenait à Feltrinelli avec qui il conviendrait de traiter.


Boris Pasternak à Pérédelkino où il a passé les 20 dernières années de sa vie


Avant d’entreprendre cette démarche, Pasternak avait sollicité une universitaire de ses connaissances, Mme Hélène Peltier-Zamoyska, à qui il avait remis un tapuscrit destiné à l’éditeur parisien. En vain : Hélène Peltier-Zamoyska ne connaît personne chez Gallimard et préfère tenter sa chance auprès d’un éditeur anglais. C’est ainsi que le tapuscrit sorti clandestinement d’URSS ne parvient pas auprès de son destinataire initial. On aimerait connaître le détail de cette aventure rocambolesque : par quel biais le roman interdit a-t-il franchi les frontières ? Comment le dépositaire du recueil a-t-il déjoué la vigilance des gardes-frontières soviétiques ? Tout cela, l’histoire ne le dit pas.

Pasternak, qui s’inscrit dans cette lignée d’intellectuels russes traditionnellement francophiles, attache une importance toute particulière à la publication française de Jivago. C’est une langue qu’il maîtrise remarquablement, à tel point que les échanges épistolaires avec Feltrinelli s’effectuent en français. Il était entendu que toute lettre rédigée en russe serait potentiellement dictée sous la contrainte des autorités, cette convention ayant force de code.
Dans le même temps Boris Pasternak se lie d’amitié avec Jacqueline de Proyart. Cette jeune femme, qui gravite dans le cercle d’intimes de Peltier-Zamoyska, se voit remettre une copie du manuscrit à l’attention des Éditions Gallimard. Il lui incombe désormais de veiller sur les intérêts de Pasternak. Elle le représente pour toutes les questions littéraires, juridiques et pécuniaires. C’est en qualité d’intermédiaire dûment mandatée qu’elle rencontre Brice Parain le 20 février 1957, afin de lui transmettre le manuscrit en sa possession (voir Brice Parain, un homme de parole, « Les Cahiers de la NRF », 2005). Un accord est trouvé entre Gallimard et Feltrinelli ; reste à mettre en œuvre la traduction du roman à partir de la version russe. Cette tâche est confiée à un pool de quatre traducteurs (Michel Aucouturier, Louis Martinez, Jacqueline de Proyart et Hélène Peltier-Zamoyska) dont l’anonymat sera préservé afin de ne pas compromettre leurs relations avec l’URSS.

Au terme d’un travail mené tambour battant, Le Docteur Jivago est publié aux Éditions Gallimard le 26 juin 1958. Dans un courrier rédigé en français, à l’attention de Brice Parain, daté du 8 août 1958, Boris Pasternak s’émeut de pouvoir contempler l’édition française de son roman, il dit tout le bonheur éprouvé à cette vision : « La chambre semble être éclairée par ces deux livres blancs, une lueur inexprimable en émane. »
Les multiples tractations entourant la parution du Docteur Jivago sont devenues « un roman autour du roman » (ce sont les mots mêmes de Pasternak dans une lettre écrite en allemand, « der Roman in den Roman »), au point que dès févrierv1959, Kurt Wolf propose à Claude Gallimard de publier le récit de cette publication, en collaboration avec les principaux éditeurs européens et américains. Au passage, il envisage, en guise d’introduction à l’ouvrage, d’évoquer « l’abracadabrante affaire de l’édition russe imprimée par Mouton pour un client mystérieux et distribué dans le pavillon du Vatican à Bruxelles » (les Éditions Mouton, basées en Hollande, étaient réputées auprès des spécialistes pour leurs reproductions photomécaniques d’ouvrages visés par la censure en URSS, ou parfois simplement indisponibles).

Ce projet éditorial, aux perspectives par trop incertaines, tourne court. Mais, bien des années plus tard, à la faveur de la chute du mur de Berlin, l’ouverture des archives du Comité central du parti communiste soviétique permettra d’exhumer les documents reproduits dans Le Dossier de l'affaire Pasternak, paru dans la collection « Témoins » en 1994. C’est à cette occasion historique que le grand public se verra révéler les arcanes de cette histoire alambiquée. Quelques années plus tôt, en novembre 1985, la publication du Docteur Jivago en URSS était considérée comme l’un des premiers signes d’ouverture de Mikhaïl Gorbatchev.

Le 23 octobre 1958, le prix Nobel de littérature est décerné par l’académie suédoise à Boris Pasternak. Les autorités soviétiques dénoncent une nouvelle provocation de l’Occident  la réaction, brutale, ne se fait pas attendre. Radio Moscou qualifie l’attribution de la prestigieuse récompense d’acte politique dirigé contre l’État soviétique. La Russie krouchtchévienne n’a pas rompu avec les pratiques de l’ère stalinienne. Pasternak en fait l’amère expérience. Il se voit exclu de l’Union des écrivains  une campagne de presse d’une rare violence le conduit à refuser le prix. Seule sa notoriété lui permet d’échapper à l’exil. Spolié de ses droits d’auteur et privé de toutes ressources matérielles, ses conditions de vie se détériorent sensiblement. L’arbitraire des mesures répressives s’étend à ses proches qui endureront la vindicte du Parti bien après&nbspson&nbspdécès.
C’est un homme fatigué, littéralement usé par les épreuves, qui s’éteint en&nbsp1960 des suites d’un cancer. Boris Pasternak meurt en disgrâce. Pourtant la foule se presse à ses obsèques. Ils seront nombreux pour reprendre le flambeau de la résistance face à l’oppression, rendant ainsi hommage à l’exigence morale et au courage de l’écrivain. La figure du dissident était née.



Source : Éditions Gallimard - L’histoire de la publication du Docteur Jivago de Boris Pasternak

Musée Boris Pasternak à Pérédelkino
5 juillet 1962, Oran… chronique d'un massacre annoncé (par Louis Fernandez, co-traducteur du Docteur Jivago)










vendredi 6 juillet 2018

Roger Degueldre, le 6 juillet 1962, assassiné au sixième coup de grâce par DeGaulle





« Pour un fils qui n’a jamais connu son père »,
Roger Degueldre, par Paul Anastasiu



Roger Degueldre, lieutenant au 1er Régiment Étranger de Parachutistes, fondateur des commandos Delta en 1961, par DeGaulle assassiné le 6 juillet 1962… au sixième coup de grâce…





Né dans le nord de la France Roger Degueldre entre en résistance en 1942, à moins de 20 ans, auprès des partisans communistes FTP (Francs-Tireurs et Partisans)… Roger Degueldre s’engage dans la Légion étrangère, se bat en Indochine où il obtient la médaille militaire pour acte de courage, puis c’est l’Algérie…

Refusant de se renier devant le serment fait sur la tombe du colonel Jeanpierre : "Plutôt mourir, mon colonel, que de laisser l'Algérie aux mains du FLN. Je vous le jure !", il entre en clandestinité le 11 décembre 1960 et prend le commandement opérationnel des commandos « Delta ».

Roger Degueldre est arrêté le 7 avril 1962 et condamné à mort le 28 juin suivant, malgré la plaidoirie  de son avocat, Me Tixier-Vignancourt qui estime que le général Salan, supérieur du lieutenant Degueldre, ayant été épargné il est impensable que celui-ci soit exécuté.

Degueldre décroche ses nombreuses décorations et les remet à sa femme.

DeGaulle refuse de recevoir Me Tixier-Vignancourt. Il accepte cependant d’écouter distraitement l’autre avocat, Me Denise Macaigne, mais ne dit pas un mot ni ne pose aucune question. Pour lui Roger Degueldre est déjà mort…

Nous sommes au fort d’Ivry le 6 juillet 1962. C’est l’aurore. Il fait une belle journée d’été, presque aussi chaude que celles que Roger Degueldre a connues en Algérie. On le réveille. Il revêt sa tenue léopard, enroule autour de son cou le foulard de la Légion et pose sur sa tête le béret vert du 1er Régiment de Parachutistes, dont il porte l’insigne sur sa poitrine.

Roger Degueldre éprouve le besoin de s’exprimer une dernière fois : « Je suis fier de mourir pour tenir le serment qu’a fait tout officier ayant servi en Algérie. J'ai donné ma parole, je la tiens. Dîtes aux Algériens que, si je ne suis pas de leur race, n’étant pas né sur leur sol, je les ai beaucoup aimés et je les aime toujours ».

Se tournant ensuite vers l’avocat général Gerthoffer : « Je ne vous garde pas rancune, mais je vous plains ».

L’exécution de ce héros authentique fut une boucherie sans nom… Un assassinat d’État. Attaché au poteau, Degueldre refusa qu’on lui banda les yeux. La mort ne lui fait pas peur, il l’a tant côtoyée depuis ses vingt ans. 

Serrant le drapeau tricolore contre sa poitrine et posant sa main sur la poche de sa vareuse où se trouve la photo de son petit garçon, Philippe, qu’il n’a jamais vu - il avait conçu cet enfant dans la clandestinité ;  le bébé était venu au monde alors que le père se trouvait dans sa cellule de condamné à mort - il cria à son défenseur : « Dites bien que je suis mort pour la France. »

Regardant les soldats du peloton d’exécution, il leur cria… « Messieurs, vive la France », et il entonna La Marseillaise. Les jeunes soldats qui devaient l’exécuter, tétanisés par son courage, hésitèrent à tirer… puis le firent en tremblant… La première salve blessa seulement Roger Degueldre : une seule balle l’atteignit sur les douze qui furent tirées… au ventre dirent certains… au bras affirmèrent d’autres. Quoi qu’il en soit, le fait est certain… Roger Degueldre ne fut pas atteint de manière décisive.

L’adjudant chargé de donner le coup de grâce se précipita, l’arme à la main, pour accomplir sa sinistre besogne et se rendit compte que le condamné était toujours en vie. Sa tâche ne consistait désormais plus à achever un quasi-mort censé avoir reçu douze bouts de métal… mais bel et bien de tuer un vivant. Et ce sont-là deux choses bien différentes… Il en eut si terriblement conscience, que sa main pourtant préparée à cette macabre mission trembla, et qu’il déchargea son révolver dans le vide. Un autre pistolet fut amené et… s’enraya. Exaspéré par cette situation (unique dans nos annales judiciaires), le procureur ordonna qu’une nouvelle arme soit fournie. Mais personne parmi les militaires présents n’en possédait.
Il fallait courir en chercher une. Et pendant ce temps, Roger Degueldre était toujours vivant… et regardait l’assistance. Me Tixier-Vignancourt, pourtant si prompt à saisir la moindre occasion devant un prétoire, reste pétrifié, hypnotisé par la scène à laquelle il assiste, et il s’en souviendra jusqu’à sa mort. Il aurait pu se précipiter, se jeter sur le corps de Degueldre, exiger que l’on arrête ce massacre, mais il ne bouge pas.

On remit un autre pistolet à l’adjudant-chef, aussi pâle que le lieutenant, écœuré par cette boucherie, mais obéissant aux ordres sans avoir le courage de se révolter. Un nouveau coup de feu claqua. Stupeur ! Celui-ci fut tiré, non pas au-dessus de l’oreille comme l’exige le règlement, mais dans l’omoplate. Une douleur atroce irradia le corps de l’officier français… Puis une nouvelle détonation retentit… et ce fut la fin.

Le 06 juillet 1962 un officier français a été assassiné sur ordre de DeGaulle :  aujourd’hui, 53 ans plus tard, quiconque fait  référence au gaullisme, tous les "héritiers" de DeGaulle, ont le sang du lieutenant Roger Degueldre sur leurs mains.


Lieutenant Roger Degueldre, mort pour l’Algérie française




*    *    *

Roger Degueldre sur le site de l'ADIMAD-MRAF

jeudi 5 juillet 2018

5 juillet 1962, Oran… chronique d'un massacre annoncé



Un témoignage sur les massacres du 5 juillet 1962 qui ont ensanglanté ma ville natale d'Oran… Un témoignage dont la publication date déjà de cinq ans mais qui ne me parvient qu'aujourd'hui… grâce à de bonnes fréquentations : le site qui reprend ce texte nous a été recommandé par notre hôte de la Communauté syrienne de France lors de son accueil en avril dernier dans son village perché haut sur la montagne des monts Alaouites, SF - Loyauté à la Syrie…   Un témoignage qui par ailleurs a été initialement publié sur un site qui se veut de réconciliation entre ces peuples qui jadis vivaient en harmonie sur cette terre chérie d'Algérie : d'Algérie - Djezaïr - Mouvement de réconciliation…  Un témoignage écrit certes par un "Martinez", un de ces "Martinez", ancien du lycée Lamoricère d'Oran - mon lycée -, fréquentant pourtant en 1950 une classe d'hypokhâgne parisienne, aux condisciples et amis pour la plupart communistes, chez lesquels du fiel d'un André Mandouze s'étaient répandues les salissures… Un "Martinez" dont tout francophone cultivé a déjà lu un texte, loin d'une idéologie communiste infestant encore la France des années 50,  puisqu'il est le traducteur du "Docteur Jivago"… Un khâgneux qui a su garder toute son intégrité ; qui face à l'endoctrinement d'une propagande, communiste ou autre, nauséabonde n'a toujours eu qu'un respect : celui des faits… Voilà donc un texte sans a priori doctrinal, qui ne se réfère qu'à ce que l'auteur a vécu et auquel je ne peux qu'adhérer ayant moi-même vécu cette même tragédie, mue par la conjonction de deux haines instillées par le régime sévissant alors en France, celui de DeGaulle abusant de la candeur et de la lâcheté des Patos… comme le suggère si bien la signification du nom en espagnol !… On ne comprendra vraiment le massacre d'Oran en juillet 62, insiste Louis Martinez, qu'en acceptant qu'il s'est produit à la convergence de deux haines jumelles : celle des tueurs du FLN et celle des témoins français, ces "Patos", passifs, amusés ou indifférents. Une haine méchamment nourrie par le maître d'œuvre de cette tragédie, DeGaulle… Un texte qui mérite comme complément de lecture le récent article publié sur ce blog : Hocine Aït Ahmed et Jean-Jacques Susini, deux Algériens d'exception… Un texte qui me confirme dans mon incompréhension de mes compatriotes Européens d'Algérie - rebaptisés après l'exode "Pieds-noirs" - qui sont allés se réfugier dans le pays qui précisément leur a fait la guerre et les a haïs avec le plus d'intensité, la France… Que mon incompréhension à l'égard des uns et ma haine à l'égard des autres, les Patos et leurs complices gaullo-communistes, demeurent intactes à jamais !… Sachant bien-sûr que toute généralisation reste une faute de raisonnement et que seule prévaut la chaleur de relations interpersonnelles…


*   *   *



Arrivant dans mon hypokhâgne parisienne à l'automne 1950, j'ai vainement essayé d'intéresser mes camarades à l'Algérie et aux problèmes que l'insurrection de Sétif et sa répression avaient créés ou ravivés. La guerre d'Indochine n'était pas achevée, mais personne ne s'intéressait aux destinées d'un empire colonial ébranlé. Il faudrait attendre l'appel du contingent pour que la crainte de risquer sa peau pour une cause obscure réveille les consciences sans pour autant les éclairer sur les enjeux des « évènements » en cours. J'étais alors assez proche de camarades communistes dont certains avaient été « conscientisés » à Alger par André Mandouze. Je professais donc un anticolonialisme de principe, sentimental et superficiel. 






Le procès du cardinal Mindszenty avait ouvert dans ma sympathie pour le communisme une petite brèche que la révolte de Berlin en 1953 et un séjour en URSS de septembre 1955 à juillet 1956 devaient élargir jusqu'au rejet définitif de l'idéologie à laquelle nombre de mes amis devaient sacrifier tout esprit critique, sinon toute honnêteté intellectuelle. Ma vie à Moscou m'avait révélé à la fois la réalité du totalitarisme, la résolution cynique et hypocrite des problèmes ethniques et religieux et l'aspect géopolitique des guerres coloniales. Dans le même temps le terrorisme algérien qui s'en prenait à des civils, l'élimination systématique des notables comme des nationalistes modérés et la stratégie du FLN m'interdisaient la moindre sympathie pour une cause à laquelle devait se rattacher passionnément la majorité du monde intellectuel français.

Ce que j'apprenais du parti dirigeant la rébellion algérienne me laissait augurer des lendemains sinistres pour mon pays natal. L'amalgame de jacobinisme ou de léninisme féroces avec une religion réduite à la haine exterminatrice m'a semblé monstrueux et lourd de catastrophes imparables. Le système colonial, pour imparfait et injuste qu'il ait pu être, aurait pu être corrigé si l'accélération de l'histoire, le discrédit des puissances impériales, la mauvaise conscience des métropoles et l'appétit des idéologies rivales – marxiste dans un camp, mercantiliste dans l'autre – n'avaient empêché la réalisation ou la maturation de réformes nécessaires. C'est donc sans aucun remord que j'ai accompli mon service militaire dans une unité combattante du Sahara Occidental de janvier 1960 à juillet 1961. Démobilisé à cette date, j'ai demandé à être affecté à Oran, dans le lycée que j'avais fréquenté de l'enfantine à la philo. L'idée d'assister à distance, dans Paris, à l'agonie du monde que j'avais connu, parmi des concitoyens qui associaient candidement les terroristes totalitaires aux héros idéalisés de toutes les résistances romantiques, m'était insupportable.

J'ai donc assisté sur place à l'agonie sanglante de ce qui avait été pour moi une terre de voisinages dépourvus de haine sinon de tensions, ouvertes ou cachées. Ville longtemps épargnée par le terrorisme, Oran devait connaître une brutale ségrégation de deux communautés, l'échange d'actions sauvages entre leurs représentants et l'écrasement par la force et la collaboration cynique avec le FLN des désespérés de l'OAS et d'une population qui voyait dans ces rebelles un dernier recours contre l'abandon programmé. Mitraillages, par les forces de l'ordre, assassinats par les mêmes ou par le FLN, enlèvements, tortures, humiliations de tout ordre infligées à la population non musulmane furent cachés à l'opinion française par les médias. Mon ami André Bénichou communiquait à Beuve-Méry le détail des exactions commises par les « forces de l'ordre » ou du FLN, ou encore par les barbouzes. Rien n'en paraissait dans le journal de référence encore salué comme un modèle d'objectivité.

Il importait manifestement que tout opposant puis toute victime de la politique gouvernementale apparussent comme des ultras, des ratonneurs nés, bref de ces « fascistes » qui hantent l'imaginaire d'une majorité de Français. Que bon nombre de ces « fachos » aient voté communiste ou socialiste jusqu'à ce que le désespoir, la peur ou le deuil les aient acculés à voir dans l'OAS un dernier recours n'importait pas plus que l'origine et les ressources modestes de la plupart de ces damnés ou le fait que les juifs pouvaient se dire indigènes de ce pays à plus de titres que les envahisseurs arabes. Il ne fallait pas se perdre dans les nuances, il fallait trancher. Ce qui fut fait.

À peu d'exceptions près le comportement des CRS, des gendarmes mobiles [gendarmerie rouge] et même de la troupe était celui d'une armée en pays ennemi dont la population était méprisée et crainte à la fois. C'est après le cessez-le feu du 19 mars que les enlèvements se multiplièrent et que les « forces de l'ordre » se déchaînèrent contre une population considérée comme cause première et unique de cette maudite guerre d'Algérie.

Tout homme de 15 à 40 ans passait pour un militant de l'OAS. Quelques exemples : lors des contrôles de rue, mes élèves lycéens se voyaient ordonner de cracher sur leur carte d'identité s'ils voulaient la récupérer. Les soldats français assistaient placidement, l'arme au pied, à l'égorgement d'Européens ; comme j'en fus le témoin. Il importait de respecter le cessez-le feu décidé par les accords d'Évian. Sur dénonciation d'un gamin algérien le contenu entier d'un immeuble de la place Sébastopol, suspect d'abriter un repaire de l'OAS, fut transporté au centre de détention et d'interrogatoires du lycée Ardaillon. Une mère de famille, Mme Colombert, fut invitée à monter dans un camion : « Grimpe, poufiasse ! » M. Touboul, aviateur mutilé en 1914, protestant contre cette arrestation illégale et faisant valoir son passé héroïque, fut insulté et menotté avec sa prothèse, tandis qu'une amie, Dominique Queyrat, une fois au lycée Ardaillon, était menottée avec une septuagénaire incontinente. La même Dominique m'a rapporté qu'elle entendait, de la salle où elle était parquée, les hurlements des jeunes-gens que l'on battait dans un local voisin. Elle a retenu le dialogue suivant :
- Je ne suis pas un légionnaire en cavale, si je m'appelle Muller, c'est parce que je descends d'Alsaciens arrivés ici en 70 ! - Ça fait rien ! Attrape pour Cohen, attrape pour Gonzales !

Il est évident que les polices, parallèles ou non, [les barbouzes]chargées de faire appliquer la politique gaullienne et qu'une majorité du contingent considéraient la population européenne d'Algérie comme un ramassis de citoyens de deuxième zone et l'abondance à Oran de patronymes espagnols ou juifs les confortait dans l'idée qu'ils étaient en terre étrangère. On ne comprendra vraiment le massacre d'Oran en juillet 62 qu'en acceptant qu'il s'est produit à la convergence de deux haines jumelles : celle des tueurs et celle des témoins français, passifs, amusés ou indifférents.

En mai 1962 un journaliste suédois, Gunnar Nilson, qui avait enquêté en Ville Nouvelle pour le journal Expressen, m'a interrogé sur mes projets. J'entendais rester à Oran, « pour voir ».
- Même après la fin juin ?
- Bien sûr.
- Après la fin juin, ce sera LA (sic) massacre…

À tout hasard j'ai informé le maximum de personnes et jugé prudent de louer une villa pour l'été sur la corniche – à proximité des canons de Mers-el -Kébir ! - où j'ai abrité des amis de mon âge, a priori suspects d'appartenance à l'OAS et c'est là que nous avons appris par Europe I qu'il se déroulait de graves incidents à Oran. Après la mention de 58 victimes plus une information ne nous est parvenue. Le journal du CNRS mentionne 25 morts à la date du 5 juillet…

La ville vidée par la terreur m'incita à rentrer définitivement en France, plus tard que je ne l'aurais souhaité du fait d'une grève de la CGT…

Si un journaliste suédois a pu obtenir pareils renseignements on peut présumer que les RG n'en savaient pas moins. Je suis convaincu que l'existence d'une grande ville européenne à proximité d'une base navale alimentait dans le FLN et /ou l'ALN la crainte d'une partition ou d'un réduit français. Israël ? Fort Alamo ? Gibraltar ? Dans tous les cas, il fallait terroriser la population européenne et la forcer à l'exil. D'autre part Oran, longtemps épargné par le terrorisme, avait offert longtemps l'exemple d'une bonne entente entre trois communautés religieuses différentes, ce qui contredisait la devise de Ben Badis : une religion, l'islam ; une langue, l'arabe ; une nation, l'Algérie. Voilà pour le côté algérien. Côté français je pense qu'à l'esprit de démission se mêlait le mépris, d'ailleurs formulé par DeGaulle ("ces Lopez, ces Segura"), envers une cité où Espagnols et Juifs étaient majoritaires et qu'on ne pouvait considérer comme pleinement "française" malgré le nombre de ses enfants morts pour la France sur les champs de bataille de Crimée, de Tunisie, d'Italie, de France et d'Allemagne… On était alors loin du culte de la différence qu'on voudrait aujourd'hui nous imposer comme dogme !

Il est d'autre part assez remarquable que M. Chevènement, familier de la Préfecture, ait été opportunément chargé d'embarquer à Mers-el-Kébir une tapisserie de Lurçat tandis que se déroulait dans la ville la tuerie que l'on sait.

Louis Martinez, écrivain, traducteur (russe)

15 octobre 2013

*   *   *
Louis Martinez est né en 1933 à Oran (Algérie) où il a grandi… Après ses études secondaires au lycée Lamoricière d'Oran, il entre en hypokhâgne au lycée Louis-le-Grand à Paris puis à l'E.N.S. (Ulm). Étudiant boursier à Moscou de 1955 à 1956, il revient en France, obtient l'agrégation de russe, puis - son service militaire achevé - retourne à Oran comme enseignant de français et de russe (1961-62). Par la suite il enseignera la langue et la littérature russes à l'Université de Provence (1964-96). Outre sa participation à la traduction du Docteur Jivago après sa rencontre avec Boris Pasternak alors qu'il était encore étudiant à Moscou - dans l'anonymat afin de ne pas compromettre son séjour en URSS -, Louis Marinez est auteur de nombreuses autres traductions du russe (prose et poésie), de plusieurs romans et de diverses publications en français et en russe dans des revues scientifiques ou littéraires.


D'Algérie - Djezaïr - Mouvement de réconciliation - Massacre du 05 juillet 1962 à Oran : Témoignage de Louis Martinez


Source : D'Algérie - Djezaïr - Mouvement de réconciliation - Massacre du 05 juillet 1962 à Oran : Témoignage de Louis Martinez

http://dalgerie-djezair.viabloga.com/p_cette_histoire_qui_nous_rapproche.shtml

Jean-Pierre Pister : Le massacre d’Oran 5 juillet 1962, une mémoire déchirée
L'orientation politique des Français d'Algérie avant le rapatriement l'exil

Quand DeGaulle active des réseaux terroristes contre les Français d'Algérie, Lucien Bodart à propos des barbouzes : "La nouvelle force de choc anti-OAS sera importante. Cette force sera surtout composée de nouveaux : tous les as de l'espionnage, du contre-espionnage, de la guerre subversive, disponibles en France vont être envoyés en Algérie. Ce sont des gens sûrs, aux origines les plus diverses. L'expérience a en effet prouvé que l'on ne pouvait pas compter sur les Pieds-Noirs ni sur les Métropolitains installés depuis longtemps en Algérie… Cette force de choc sera indépendante… Les nouvelles formations anti-OAS ne feront partie d'aucune hiérarchie classique. Ce seront des organismes autonomes, sans sujétion à l'égard des autorités normales, agissant par leurs propres moyens et ne dépendant que des instances les plus hautes. Ils agissent largement en dehors de l'armée et de la police. Avant tout cette nouvelle force sera secrète. Un secret absolu couvrira les activités et surtout l'identité des membres des formations anti-OAS. Ils travailleront un peu à la façon des réseaux. On va assister à la lutte des réseaux secrets anti-OAS, contre les réseaux OAS."

Éditions Gallimard : L’histoire de la publication du Docteur Jivago de Boris Pasternak

mercredi 4 juillet 2018

Le gaullisme, maladie sénile de la droite



Le gaullisme, ces semelles compensées des nains en politique aux idées courtes…






Qu'est-ce, au juste, que le gaullisme ? Cette espèce de cancer, qui empoisonne depuis plus de sept décennies la vie politique française, semble être un ramassis d’ambiguïtés: né dans un esprit un esprit de rébellion et de guerre civile, il prêche pour l’unité nationale; ennemi de la politique des partis, il ne dédaigne pas de s’appuyer sur ces derniers quand il s’agit de prendre le pouvoir; anticommuniste, il laissa longtemps les communistes régner sur la société française et entretint avec l’Union soviétique des relations occultes. Le passionnant ouvrage de Gérard Bedel, qui vient de paraître sous le titre Le gaullisme, maladie sénile de la droite, est l’acte de courage, de justice et de vérité que l’on attendait depuis longtemps: il dénonce, preuves irréfutables à l’appui, le grandiose mais odieux montage sur lequel repose le mythe gaulliste…

Il était temps, en effet, de proclamer la vérité sur DeGaulle (1890-1970), ce général de guerre civile, qui, arborant une « certaine idée » de la France, c’est-à-dire de lui-même…, se donna sans peine toutes les apparences de la grandeur et s’évertua à accuser Vichy d’être un repaire de traîtres. Alors qu’une France malheureuse, épuisée par une guerre mal préparée et mal conduite, victime de plusieurs décennies de laisser-aller intellectuel et moral, en contact quotidien avec l’Occupant, se regroupait pour sauver ses terres, ses foyers et ses berceaux autour du vieux maréchal Philippe Pétain (1856-1951), lequel la préparait à recouvrer le sens de l’honneur !

GÉNÉRAL DE GUERRE CIVILE

Gérard Bedel n’a pas écrit une biographie de « l’homme du 18 juin », ni une histoire du gaullisme. « J’essaie, écrit-il, de comprendre ce qu’est le gaullisme à travers ceux qui s’en sont réclamés, à commencer par le héros éponyme ». Son livre a donc le mérite d’analyser le gaullisme sous l’éclairage de l’Histoire et de la science politique en évitant le dénigrement systématique et passionnel. Mais la simple réalité du personnage, dévoilée par ses écrits et ses discours, et par ceux qui l’ont connu et même servi, est déjà répugnante !

Protégé du maréchal Pétain dans les années qui suivirent la Grande Guerre, le colonel De Gaulle rompit avec lui pour une affaire de vanité froissée d’écrivain et à cause d’une dette de reconnaissance trop lourde à porter pour une âme enivrée d’orgueil comme la sienne ; alors, commença de s’affirmer son caractère profondément volontariste (c’est-à-dire qu’il croyait que sa propre volonté l’emporterait toujours sur le réel…), non sans une certaine dose d’égoïsme, d’orgueil, de dureté, de ruse, de cynisme et du machiavélisme le plus brutal ! Il importe de signaler que cet homme de tradition dont la vie personnelle fut irréprochable, appartenait au personnalisme chrétien d’Emmanuel Mounier (1905-1950), et qu’il était démocrate-chrétien, de la part la plus à gauche des héritiers du Sillon de Marc Sangnier (1873-1950) qu’avait condamné saint Pie X (1835-1914). Douteuses fréquentations…

L’IMPOSTURE DE L’APPEL DU 18-JUIN

Sur la défaite de mai 1940, Gérard Bedel rappelle, citations à l’appui, la responsabilité évidente de la classe politique. Au soir du 15 mai, le maréchal Pétain, soldat victorieux de 1918, fut le seul homme à qui on pensa confier le sort de la patrie. Le général de brigade à titre temporaire DeGaulle venait d’être nommé sous-secrétaire d’État à la Guerre et assumait le rôle de conseiller militaire et de chargé des relations avec Winston Churchill (1874-1965) auprès du président du Conseil Paul Reynaud (1878-1966), lequel, s’effaçant devant le Maréchal, démissionna le 16 juin. DeGaulle, apprenant qu’il n’était plus membre du gouvernement, repartit pour l’Angleterre dans l’avion d’Edward Spears (1886-1974), représentant personnel en France de Winston Churchill, « sans mission alors que son devoir de militaire en temps de guerre était de se mettre à la disposition de ses supérieurs ; il déserte ainsi devant l’ennemi ».



Le général Spears et sa «recrue», DeGaulle
Les Anglais qui avaient besoin d'un képi à opposer au prestige et l'action du Maréchal,
envoyèrent le général Spears de l'Intelligence service, débaucher
le vaniteux De Gaulle ulcéré de ne pas avoir été pris dans le gouvernement Pétain.


Le 17 juin, le Maréchal annonçait qu’il allait falloir cesser le combat ; le 22, l’armistice fut signé avec l’Allemagne et le 24 avec l’Italie. Alors, désireux d’entrer dans l’Histoire, le sous-ministre lança, de Londres, le 18 juin, un appel que les Français furent très rares à entendre en ces temps d’exode et qui les invitait à continuer la guerre. Pratiquement personne, aucun chef militaire ni aucun homme politique, n’y répondit ; l’Appel était un échec ! Suprême humiliation pour l’orgueilleux Charles, qui s’affola : il se trouvait à Londres totalement isolé et le gouvernement français le sommait de rentrer sous peine d’être jugé comme déserteur !

Ce fut à ce moment-là qu’il jugea utile de réécrire son « Appel du 18 juin ». Il fallait un texte où Charles apparût comme l’homme qui avait tout compris avant tout le monde et qui n’hésitait pas à appeler à une rébellion contre le gouvernement français. Ainsi, le texte de l’appel que l’on dit du 18 juin, écrit après coup, est-il un faux… Tout le monde croit donc que DeGaulle a dit, dès ce jour-là, à la radio de Londres, cette phrase de rébellion : « Des gouvernements de rencontre ont pu capituler, cédant à la panique, oubliant l’honneur, livrant le pays à la servitude. Cependant rien n’est perdu. »

HOMME “PROVIDENTIEL”

Il n’est pas possible que le “général” eût écrit le 18 juin un texte où se trouvaient si allègrement confondus armistice et capitulation, alors que, le 20 juin encore, il écrivait très respectueusement au général Weygand : « Je n’ai aucune autre résolution que de servir en combattant… » La question était qu’il ne disposait d’aucun moyen de communication pour regagner la France et que Churchill aurait refusé de lui donner un avion. « La dissidence de la « France libre », écrit Gérard Bedel, est donc née sous la contrainte de l’Angleterre, vérité que s’efforce de masquer l’imposture de la version officielle actuelle […] Si De Gaulle avait pu rejoindre Bordeaux, comme il en avait manifesté l’intention le 20 juin, il n’y aurait probablement jamais eu ni de saga ni de fabulation gaulliste. » C’est de ce faux « Appel du 18 juin » que naquit la légende de l’homme “providentiel”, entretenue par tous les media et par tous les manuels scolaires…

CHEF RÉVOLUTIONNAIRE

Puis le « chef de la France libre » lança le 30 juillet un appel à la résistance, ou plutôt à la dissidence, à tous les gouverneurs et administrateurs de nos colonies. « Tout était en place pour une guerre dans la guerre, une guerre franco-française au sein du conflit mondial, dont le responsable était l’homme de Londres », explique l’auteur. Les quatre années suivantes allaient montrer que DeGaulle n’était pas un chef de guerre, mais un politicien ambitieux avide de pouvoir, diffamant sans cesse le Maréchal, visant au transfert de souveraineté de celui-ci à lui-même, s’emparant de notre Empire, territoire après territoire, menant des actions subversives sur le sol français : sabotages, attentats, maquis…, faisant assassiner l’amiral François Darlan (1881-1942), lequel préparait la rentrée dans la guerre de l’Empire lié au gouvernement du maréchal Pétain.

DeGaulle fut un parfait révolutionnaire : il vit avec plaisir les communistes entrer dans la Résistance après avoir été, au service de l’URSS, les alliés du nazisme et entraîner la « France libre » sur la voie de la guerre civile par laquelle ils espéraient pouvoir dominer la société française lorsque l'Allemagne serait vaincue. Après la Libération, c'est à dire la prise de pouvoir par DeGaulle, les communistes allaient s’opposer à lui, mais, premier mouvement de Résistance, ils étaient devenus le premier parti de France et ils marquèrent encore longtemps la politique de la Libération de leur idéologie sanguinaire.

PAS DE HALTE POUR LA GUERRE CIVILE

La faute la plus impardonnable de « l’homme du 18 juin 40 » fut d’avoir le 25 août 1944 éconduit l’amiral Paul Auphan (1894-1982) chargé par le maréchal Pétain de rechercher à Paris avec les représentants de la Résistance une solution pour que la transmission du pouvoir se passât sans guerre civile. Les bombardements s'intensifiaient, la résistance communiste se livrait à un terrorisme qui provoquait des représailles allemandes, des soulèvements prématurés étaient lancés par le maquis, tandis que les Américains avançaient, que les gaullistes rebaptisés « commissaires de la république », s’emparaient à la course de tous les rouages de l’État et que le Maréchal était emmené le 20 août par les Allemands en captivité à Sigmaringen. DeGaulle entra donc dans Paris “libéré” le 25 août, puis forma son nouveau gouvernement le 31 avec deux ministres communistes.

LA HONTE DE L’ÉPURATION

Ce furent alors les heures honteuses de l’Épuration (1944-45) de sinistre mémoire pour bon nombre d’entre nous et au sujet de laquelle, il suffit, je crois, de rappeler ces paroles du terroriste Pierre-Henri Teitgen (1908- 1997), ministre de l’Intérieur, le 6 août 1946, qui déclarait sans vergogne : « Vous jugerez sans doute que, par rapport à Robespierre, Danton et d’autres, le garde des Sceaux qui est devant vous est un enfant. Eh bien, ce sont eux qui sont des enfants, si on en juge par les chiffres ». « La Révolution de 1944-45 fut la plus vaste et la plus profonde depuis 1789 », a écrit Pierre Gaxotte [Pierre Gaxotte : Histoire des Français. Flammarion, 1972]. On voulut éloigner des postes de commandement et d’influence les Français qui avaient préservé la France traditionnelle, les notables traditionnels, les anticommunistes, l’ensemble de la vraie droite. Et les conséquences pèsent encore…

DeGaulle n’allait garder le pouvoir que dix-huit mois durant lesquels, avec ses ministres communistes, dont le déserteur Maurice Thorez (1900-1964), il fit procéder à une foule de nationalisations et à l’élaboration du plan Langevin-Wallon qui, arrachant aux parents leurs responsabilités dans l’éducation de leurs enfants, reste encore, pour le malheur des familles, le texte de référence en matière éducative. Puis DeGaulle, se plaignant du régime des partis qu’il venait lui-même de remettre en place, abandonna l’État en pleine crise politique et économique, mais il ne cessa pas pour autant de se comporter en politicien hargneux et ambitieux jusqu’à ce qu’en mai 1958, la déconfiture de la IVe république lui offrît, à lui et à ses compagnons, une occasion de se réemparer du pouvoir.

Il osa alors se présenter comme le seul homme d’État capable de garder l’Algérie à la France ; on ne connaît que trop la suite : la politique criminelle d’abandon de nos départements d’Afrique du Nord, l’homme “providentiel” se couchant devant les terroristes fellaghas, les criminels accords d’Évian (19 mars 1962), encore des troubles et des violences en pagaille, nos fidèles harkis sacrifiés, les meilleurs de nos officiers fusillés…

Je vous laisse, chers lecteurs, le soin de lire l’analyse minutieuse que Gérard Bedel nous livre des faits de basse politique politicienne et électoraliste de la dernière scène de la tragédie gaullienne, des “affaires” qui la souillèrent, de la calamiteuse politique culturelle confiée à André Malraux, lequel abandonna la culture aux gauchistes marxisants, de la révolution de Mai-68 que DeGaulle n’avait pas vu venir, du rétablissement de l’ordre, une fois de plus par le “Sauveur”, sentiment qui ne dura pas au-delà d’un succès électoral dû à la peur du désordre. Un référendum raté suffit alors à abattre le chêne, qui abandonna le pouvoir le dimanche 27 avril 1969, à minuit, un an et demi avant sa mort le 9 novembre 1970.

CHARLES LE DÉRISOIRE

[Pour reprendre une expression très appropriée d’André Figueras, dans un livre de 1979]

Quand on achève la lecture du magistral ouvrage de Gérard Bedel, on comprend qu’il est plus facile d’exposer ce que n’est pas le gaullisme que ce qu’il est. Il ne reste aujourd’hui qu’un mythe né, semble-t-il, d’un contact quasi mystique entre le peuple français et le personnage providentiel. Montage qui s’effondre quand on considère que la France, en 1944, s’est trouvée dans le camp des vainqueurs, mais que la victoire ne fut pas sienne et ne fut pas celle du “peuple”. Il n’en reste pas moins que, fondé sur un lien exceptionnel, et mensonger, entre le chef historique et le peuple, le gaullisme n’est en rien monarchique, mais profondément démocratique et s’inscrit dans la ligne de la Révolution de 1789, ou plutôt de 1793 ; son chef a toujours été plus sangniériste que maurrassien. Gérard Bedel préfère désigner ce curieux régime comme un césarisme où se mêlent goût de l’ordre et idéologie démocratique, volonté de progrès social — il y eut un gaullisme de gauche ! — et complicité avec la Haute Finance, laquelle conserva le contrôle de la république, car toute démocratie est ploutocratie. Mais De Gaulle gouverna essentiellement par la manipulation des masses : « Doué d’un remarquable talent oratoire, acteur-né, DeGaulle a su dominer les foules par le prestige de la parole », dit très justement Gérard Bedel.

L’indépendance de la patrie est l’une des facettes du mythe gaulliste, mais il s’agit d’une indépendance beaucoup plus affirmée qu’accomplie : « La guerre mondiale et la liquidation de nos possessions d’outre-mer, dont il était pour beaucoup responsable, avaient amoindri notre pays, mais DeGaulle renouait avec la grandeur en claironnant notre indépendance face aux deux “grands”, en particulier face aux États-Unis qu’il défiait sans risque », ajoute notre auteur. Juste un vague “souverainisme”… Il ne saurait non plus être question de nationalisme, puisque DeGaulle n’eut jamais le souci de garder la France dans son identité intégrale et que la société qu’il envisageait n’était pas la société française traditionnelle. Sa patrie était mythique et seul lui-même prétendait la connaître et la comprendre.

Bedel se livre à une très instructive étude des variations de la famille gaulliste, où l’on voit que le monocrate DeGaulle, qui n’avait pas de doctrine et n’eut pas de successeur désigné ne voulut pas, contrairement aux Capétiens, inscrire son action dans la durée, si bien que, après lui, son œuvre s’effilocha au gré des contingences électorales, des cohabitations, des quinquennats et maintenant des primaires ! Le gaullisme n’est plus aujourd’hui qu’une référence historique, un gage d’honorabilité républicaine ; chacun y prend ce qu’il veut, et la Ve république est un bateau ivre.

Le gaullisme n’a fait qu’entretenir chez les Français l’illusion paresseuse d’une « bonne république » et a ainsi contaminé toute la droite dont la pensée ne cesse de tituber entre les contradictions de cette fausse mystique. Grâces soient rendues à l’ami Gérard Bedel pour ce livre de nature à réveiller les Français, à les guérir de cette « maladie sénile », pour enfin pouvoir penser clair et marcher droit, en se donnant, librement, un véritable cerveau.





18 juin : journée nationale des Psittacidés en France… 





mardi 3 juillet 2018

Hocine Aït Ahmed et Jean-Jacques Susini, deux Algériens d'exception…



« On ne peut pas résoudre un problème avec le même mode de pensée que celui qui l’a généré »
Albert Einstein



Hocine Aït Ahmed


« L'exode des Pieds-Noirs est une tragédie humaine… une faute terrible pour l'avenir politique, économique, et même culturel, car notre chère patrie a perdu son identité sociale… Les religions, les cultures juive et chrétienne se trouvaient en Afrique du Nord bien avant les arabo-musulmans, eux aussi colonisateurs, aujourd’hui hégémoniques. Avec les Européens et leur dynamisme - je dis bien les Pieds-Noirs et non les Français - l’Algérie serait aujourd’hui une grande puissance africaine, méditerranéenne. Hélas ! Je reconnais que nous avons commis des erreurs politiques, stratégiques. Il y a eu envers les Pieds-Noirs des fautes inadmissibles, des crimes de guerre envers des civils innocents et dont l’Algérie devra répondre au même titre que la Turquie envers les Arméniens. » Critique tenue par Hocine Aït Ahmed, ancien chef historique du FLN, dans Ensemble, revue éducative bimestrielle de l'Association culturelle d'Éducation populaire, n° 248 - juin 2005.


Hocine Aït Ahmed in "Ensemble, revue éducative bimestrielle de l'Association culturelle d'Éducation populaire", n° 248 - juin 2005





Jean-Jacques Susini a été aux premières loges du combat pour l'Algérie française…
Il se confie auprès de Corse Matin

Toute sa vie démontre qu'il n'a reculé devant rien. Son parcours de résistant dans le maquis, son engagement à la tête de l'OAS, l'Organisation armée secrète qu'il a créée avec le général Raoul Salan, l'attentat qu'il a fomenté contre DeGaulle à Toulon après la guerre d'Algérie, ses deux condamnations à mort par contumace, ses nombreuses années de prison et d'exil, en Espagne et en Italie, rien ne l'a ébranlé. Pourtant, c'est d'une voix émue, larmoyante presque, que Jean-Jacques Susini évoque le souvenir de Thomasine Palmieri, sa grand-mère maternelle, institutrice érudite qui l'a élevé et qu'il a surprise un jour pleurer en écoutant Mussolini à la radio.

« C'est sans doute la femme que j'ai le plus aimée au monde. Elle m'a tout appris. Avec elle, j'ai commencé mes études à l'âge de trois ans ». Son mari, Jean Palmieri, formé à l'École militaire de Joinville, « un grand patriote », a fait sa carrière dans les douanes. Voilà pour la branche généalogique cortenaise.

Son père, Antoine-Ange-Marie, natif de Loreto-di-Tallano, près de Sartène, et sa femme Philomène l'ont élevé à Alger. « Mon arrière grand-père, mêlé à une vendetta, avait quitté la Corse pour s'installer en Kabylie où il a créé une ferme. J'ai été élevé selon les vieux principes de la Corse, famille, travail, loyauté. Une éducation jésuite stricte dans un cocon familial généreux et autoritaire. J'étais parti à Strasbourg et Lyon faire mes études de médecine, mais je suis revenu en Algérie. Ma grand-mère était malade, je ne pouvais pas lui faire défaut »

L'insurrection algérienne de 1954 le bouleverse. Les barricades d'Alger en 1960 scellent son destin.  « Je n'avais pas le choix ».

Un ressentiment mortel à l'égard de DeGaulle

Le procès, la prison, un engagement pour l'Algérie française qui sera pour lui moins politique que charnel. « Je défendais le sol, la famille, c'était un tout ».

Il n'élude pas les injustices sociales qui ont alimenté la rébellion.

« Il existait des inégalités de fait entre les deux communautés. Les Européens avaient davantage de moyens pour acheter les terres et les cultiver. Les Musulmans étaient, eux, des éleveurs. Une disparité qui exigeait des réformes profondes. Elles n'ont jamais eu lieu… »

Au comité supérieur de l'OAS, Jean-Jacques Susini est chargé de la branche Action psychologique et propagande.

« Je prenais toutes les décisions politiques internes à l'organisation et je m'occupais de diffuser l'information. Beaucoup de Corses étaient acquis à notre cause, le capitaine Jean Ferrandi en tête, le bras droit de Salan ». C'est à 27 ans que Susini, qui aujourd'hui reçoit Corse Matin dans son appartement cossu du XVIIe à Paris, fait la connaissance à Madrid du général Raoul Salan avec qui il tisse des liens privilégiés. « Il méditait, même dans des moments dramatiques. On l'appelait le Mandarin. Lors de nos tête-à-tête, je ne lui cachais rien de nos difficultés. Il doutait, se demandait parfois si le jeu en valait la chandelle. Il avait du mal à s'adapter à une situation inimaginable pour un général cinq étoiles, mais en même temps une espérance l'habitait. C'était notre drapeau, notre référence, il était le seul à bien connaître DeGaulle ».

DeGaulle… Le 19 février 1966, Jean-Jacques Susini est condamné à mort pour l'attentat manqué du mont Faron.

Pourquoi avoir voulu tuer DeGaulle ?

« J'avais rejoint son parti, le RPF, j'ai pris le maquis de la résistance avec d'autres étudiants. Je me serais sacrifié pour lui. Il nous avait promis l'Algérie française. Il était responsable des multiples massacres qui se sont produits en Algérie après notre départ, de tous ces gens égorgés comme des lapins, mais aussi de l'exode de un million de nos compatriotes dans des conditions terribles ».

Le hasard de la vie l'associe, trente ans plus tard, au petit-fils Charles au sein du FN des Bouches-du-Rhône.

« Nous nous sommes cordialement ignorés. Je ne voulais pas lui raconter que son grand-père était un coquin ».

Les attentats et exécutions imputés à l'OAS auraient fait plus de 1 600 morts, mais les confessions de Jean-Jacques Susini ne vont pas jusqu'à admettre qu'il a du sang sur les mains.

« Je suis un combattant, certes, mais les actions de terrain, que je soutenais, n'entraient pas dans mes attributions ».

« J'ai tout sacrifié, mais j'ai eu une vie unique »

En 1962, tandis que le terrorisme de l'OAS et du FLN frappe aveuglément et que s'amorce l'exode des pieds-noirs, Jean-Jacques Susini tente en vain un compromis avec Abderrahmane Farès.

« La guerre est perdue. La mort dans l'âme, j'engage des négociations avec l'aile modérée du FLN pour obtenir des garanties en faveur des Européens qui décideraient de rester en Algérie. Un exode massif risquait d'appauvrir le pays, je me suis jeté dans la gueule du lion car c'était la dernière carte à jouer ».

Il n'est jamais retourné en Algérie.

« Souvent c'est vrai, j'ai eu la tentation d'y revenir mais j'ai résisté. Je n'avais pas envie de m'attrister et d'avoir des états d'âme inutilement ». Un pays qui, selon lui, n'aura pas son printemps arabe. « C'est un régime sérieux et dur qui n'est pas près de quitter le pouvoir comme ça… » Jean-Jacques Susini a tout sacrifié à sa cause et sa cause a tout sacrifié, sa liberté, sa vie de famille, sa carrière professionnelle dans la médecine.

« J'ai toujours essayé de prendre la vie du bon côté. En exil à Rome, j'ai été pris de passion pour les recherches archéologiques. En prison, j'ai étudié et j'ai lu, beaucoup. Quand on s'organise intellectuellement, on en oublie presque l'isolement et la privation de liberté. Lorsque j'ai connu la faim et le froid, j'ai pu bénéficier de l'aide d'un médecin et de son infirmière, tous deux communistes. Mon père me rendait visite parfois. Il souffrait d'autant plus pour moi qu'il ne partageait pas mes idées ».

En 1978, il achève ses études de médecine et entame une agrégation de sciences économiques. Il publie même un ouvrage sur l'inflation aux Presses universitaires de France. Mais recruté par un ami, il devient chef d'une entreprise d'hygiène et de gestion en sécurité. La Banque Mondiale fait partie de ses clients attitrés. Ainsi, celui qui avait commencé ses études à l'âge de trois ans avec sa grand-mère Thomasine pour professeur, n'entrera dans la vie active qu'à presque cinquante ans.

Mais il n'éprouve aucun regret.

« Une existence est faite de choix, et je n'ai peut-être pas fait toujours les bons. Mais des regrets sur des décisions fondamentales, je n'en ai aucun. Oui, j'ai tout sacrifié, mais j'ai eu une vie unique ».

Le vieil homme allume cigarette sur cigarette. L'échec de ses combats passés lui laisse un goût de cendres.

Il tripote, songeur, son courrier.

Une missive l'informe que des archives des services secrets suisses viennent d'être déclassées. Selon certains documents, il aurait été à l'époque utilisé par les Américains et Jacques Chevallier, alors ministre de la Défense, pour négocier avec le FLN la constitution d'un gouvernement pro-occidental.

Il affiche une moue dubitative.

« Lorsqu'on a en charge la propagande, on se laisse difficilement manipuler ».

Une autre lettre l'invite début juin dans le village de La Colle-sur-Loup où des anciens de l'OAS se réunissent.

« J'irai sans doute. Une forme d'entraide a perduré entre tous ceux qui ont défendu l'Algérie française ».

S'il ne s'est pas installé en Corse, c'est parce que son épouse Marie-Antoinette exerce toujours son métier d'avocate à Paris. Le retour n'est qu'estival sur la terre de ses ancêtres.

Jean-Jacques Susini n'a pas renoncé à écrire ses mémoires d'Algérie. Le tome I a été censuré. Les suivants ne le seront pas. L'histoire ne le rattrape pas. En réalité, elle ne l'a jamais lâché.




Jean-Jacques Susini : fondateur et théoricien de l'OAS

Jean-Jacques Susini : l'ultime espoir de l'OAS restait la négociation directe avec le FLN

Ian Smith, le héros que n'a pas su opposer l'Algérie à l'infâme trahison de DeGaulle…


*    *    *

Rapatriés ou exilés ?


Gaston Deferre : Que les Pieds-noirs aillent se faire voir ailleurs !


Le 26 juillet 1962, Gaston Deferre, maire de Marseille, accordait un entretien à Paris-Presse dit l’Intransigeant… Un entretien reflétant largement les sentiments des "veaux" qui avaient massivement répondu "oui" à la trahison de DeGaulle livrant l'Algérie au FLN :

"Il y a 15 000 habitants de trop actuellement à Marseille. C’est le nombre des rapatriés d’Algérie, qui pensent que le Grand Nord commence à Avignon.
- Et les enfants ?
- Pas question de les inscrire à l’école, car il n’y a déjà pas assez de place pour les petits Marseillais.
- Voyez-vous une solution aux problèmes des rapatriés à Marseille ?
- Oui, qu’ils quittent Marseille en vitesse ; qu’ils essaient de se réadapter ailleurs et tout ira pour le mieux." 

En séance à l’Assemblée nationale, Gaston Deferre invitera les Pieds-noirs à "aller se faire pendre" ! Le maire de Marseille n’est pas seul à ainsi traiter les rapatriés d'Algérie. Robert Boulin, ministre en charge des Rapatriés, longtemps ne verra en eux que "des vacanciers un peu pressés d’anticiper leurs congés". "Il n’y a pas d’exode, contrairement à ce que dit la presse." Plus tard, face aux évidences, Robert Boulin affirmera que "la plupart des repliés à Marseille ne tiennent pas à travailler".

En Conseil des ministres, Louis Joxe craint qu’ils "n’inoculent le fascisme en France" et suggère de les expédier "en Argentine, au Brésil ou en Australie".

Le Premier ministre, Georges Pompidou, a une autre illumination : "Pourquoi ne pas demander aux Affaires étrangères de proposer des immigrants aux pays d’Amérique du Sud ? – Non, rétorque méchamment ironique DeGaulle, plutôt en Nouvelle-Calédonie ou en Guyane, qui sont sous-peuplées, et où l’on demande des défricheurs et des pionniers."

Toujours et unanimement que du mépris. Dès le 4 mai 1962, en Conseil des ministres, DeGaulle avait donner le ton : "L’intérêt de la France a cessé de se confondre avec celui des Pieds-noirs". Selon ce même DeGaulle, le général Edmond Jouhaud "n’est pas un Français comme vous et moi. C’est un Pied-noir".

Alain Peyrefitte interviendra : "Le spectacle de ces rapatriés hagards, de ces enfants dont les yeux reflètent encore l’épouvante des violences auxquelles ils ont assisté, de ces vieilles personnes qui ont perdu leurs repères, de ces Harkis agglomérés sous des tentes, qui restent hébétés…" DeGaulle tranche : "N’essayez pas de m’apitoyer !"

À l’aéroport d’Orly, il est interdit aux Pieds-noirs d’emprunter les escaliers mécaniques parce que "leurs valises et leurs ballots volumineux représentent une gêne pour les voyageurs". Dans le centre de Marseille, on butte sur ces panneaux : "Les pieds-noirs à la mer !"

Les dockers sabotent les cadres de déménagement débarqués des cargos… les fracturent, les pillent, les jettent à l'eau…  Comme ils auraient aimé faire des Pieds-noirs eux-mêmes…  "Les pieds-noirs à la mer !",  nombreux furent les panneaux témoignant au centre de Marseille du rejet de ces rapatriés. Et pourtant personne, et surtout pas les principaux concernés, ne parlait encore d'exil

*    *    *


Le Point : Un rapport des services secrets suisses indique que les États-Unis ont poussé l'OAS à négocier en juin 1962 avec le FLN.
Ian Hamel, Genève (18/03/2012)




En juin 1962, alors que tout est perdu pour l'Organisation armée secrète (OAS), Jean-Jacques Susini, le numéro deux, tente un coup de poker. Il entre en contact avec des modérés du Front de libération nationale (FLN) en l'Algérie, son ennemi mortel, afin de négocier des garanties pour les pieds-noirs qui ne quitteraient pas le pays. L'information est connue, Fernand Carréras y a même consacré un ouvrage en 1967, L'Accord FLN-OAS. En revanche, on ignorait que ce rapprochement avait peut-être été encouragé par les États-Unis.

Dans un document de cinq pages, datant du 2 juillet 1962, intitulé "L'intervention des services américains en Algérie", le colonel EMG Musy, chef de la section des renseignements, au service de l'état-major général suisse, affirme que les Américains, redoutant que l'Algérie indépendante ne tombe dans le giron de l'URSS, auraient poussé l'OAS à s'entendre avec l'aile modérée du FLN afin de favoriser à Alger l'instauration d'un régime pro-occidental.

Intervention d'agents de la CIA

Dans ce document secret, qui vient d'être déclassé aux archives fédérales à Berne, le colonel Musy affirme à propos des artisans de ce rapprochement OAS-FLN : "Ce sont les représentants des États-Unis à Alger, avant tout le consul général américain de cette ville, qui sont intervenus, bien entendu téléguidés par Washington, appuyés dans leur action par les agents de la CIA (Central Intelligence Agency) et nantis de fonds secrets importants."

Pour les services secrets suisses, traditionnellement très proches de leurs homologues américains, cette opération a été menée du côté de l'OAS par Jacques Chevallier - ancien maire d'Alger et ancien secrétaire d'État à la Défense -, Jean-Jacques Susini - le numéro deux de l'OAS - derrière le général Raoul Salan et le colonel Jean Gardes. Ce rapprochement, très éphémère, n'aura pas de suites. Les dirigeants historiques du FLN y étant totalement opposés.

Des appuis financiers

Jean-Jacques Susini serait "l'élément capital de l'action", selon les services suisses qui ajoutent : "Nous savons qu'il réside depuis plusieurs semaines au consulat général américain. Le consul lui avait du reste donné toutes les assurances pour son départ au cas où l'affaire ne réussirait pas. Fortement appuyé financièrement, Susini a eu de premiers contacts au début de juin."

Jean-Jacques Susini, que Lepoint.fr a rencontré cette semaine à son domicile parisien, a publié en février dernier un livre d'entretiens avec Bertrand Le Gendre, ancien journaliste du Monde, intitulé "Confessions du n° 2 de l'OAS". Il y évoque ses contacts avec le FLN, notamment avec Abderrahmane Farès, le président de l'exécutif provisoire, mis en place après les accords d'Évian.

Contacts politiques et financiers

Il y a effectivement eu des contacts avec les Américains. Toutefois, ce n'est pas moi qui m'en suis occupé, mais Jacques Chevallier, l'ancien maire d'Alger. Mais en aucune façon, je n'ai logé au consulat américain ni reçu directement des fonds de la part des États-Unis", assure le docteur Susini, aujourd'hui âgé de 78 ans.

En insistant sur ses liens avec Jacques Chevallier (ils avaient fréquenté à des époques différentes le collège Notre-Dame d'Afrique), l'ancien numéro deux de l'OAS donne la précision suivante : "Comme nous évoquions ensemble les appuis que nous pourrions recevoir de l'étranger, Jacques Chevalier m'a dit : Jean-Jacques, ne perdez pas votre temps. Les contacts avec les Américains, je les ai déjà. Ce sont des contacts étroits, au niveau politique comme au niveau financier." 

Une "Histoire de l'OAS"

En novembre 1963, Jean-Jacques Susini, alors réfugié en Italie, avait publié Histoire de l'OAS, immédiatement saisie par la justice. L'ancien leader étudiant d'Alger n'a pas complètement renoncé à l'idée d'écrire un autre tome de cette histoire sanglante.

Jacques Chevallier, qui avait réorganisé le contre-espionnage de la France libre aux États-Unis en 1944, a pris la nationalité algérienne après l'indépendance. Il est décédé en 1971.



Les cinq pages du document sur "L'intervention des services américains en Algérie" 1/5


Les cinq pages du document sur "L'intervention des services américains en Algérie" 2/5


Les cinq pages du document sur "L'intervention des services américains en Algérie" 3/5


Les cinq pages du document sur "L'intervention des services américains en Algérie" 4/5


Les cinq pages du document sur "L'intervention des services américains en Algérie" 5/5