sur le sentier de l'âne… "qui ne risque rien n'est rien"…
"on ne le dit pas assez mais un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi,
ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances".

lundi 27 avril 2015

La cathédrale maronite Saint-Élie d'Alep détruite par l' "Armée syrienne libre"


Ce dimanche 26 avril, la cathédrale maronite Saint-Élie d'Alep, déjà plusieurs fois attaquée, a été totalement détruite par les terroristes de l' "Armée syrienne libre" appuyée par la France et la Turquie…


Another success for the revolution and its Al-Qaeda allies: Aleppo's beautiful Maronite cathedral and a very large area...
Posted by Camille Alexandre Otrakji on dimanche 26 avril 2015




Soldats de l'Armée arabe syrienne en prière avant le combat


dimanche 26 avril 2015

Sous la protection de Sainte Jeanne d'Arc, l'Europe nationaliste unie contre la répression



Grande réunion publique des nationalistes d'Europe, unis face à la répression
  
Ont à ce jour confirmé leur présence :
  
ESPAGNE : Manuel Canduela, président de DÉMOCRATIE NATIONALE
DANEMARK
: Daniel Carlsen, chef du PARTI DES DANOIS
directrice du journal d'AUBE DORÉE, Empros (En Avant)
ITALIE : Roberto Fiore, secrétaire national de FORZA NUOVA,
ALLEMAGNE : Jens Pühse, responsable des relations extérieures du NPD,
Secrétaire général de l'ALLIANCE FOR PEACE AND FREEDOM
 BELGIQUEHervé Van Laethem,
secrétaire politique du Mouvement NATION
FRANCE : Yvan Benedetti, directeur du site Internet Jeune Nation
Alexandre Gabriac, conseiller régional de Rhône-Alpes



Comme chaque année pour la fête nationale de Jeanne d'Arc,
défilé des nationalistes français
en hommage et en reconnaissance à la Sainte de la Patrie,
symbole du combat pour la France aux Français.






samedi 25 avril 2015

Si Oran m'était contée… Où est donc partie Jeanne d'Arc ? Tiens, un Consulat de France ?




Un dernier regard, une dernière tournée, pensées ultimes... Quel est ce lien étrange, passionnel, fusionnel qui nous unit à la ville de notre enfance, notre ville ?... C'est cet instinct que nous tentons d'explorer, ce sentiment d'attachement, d'appartenance et de dépendance que nous acquérons au fil de notre vie, de nos histoires des lieux ; la pratique psychologique de l'espace.
Si Oran m'était contée, un court métrage réalisé par Filali Mohamed Ibrahim Naoufel et Ghassoul Nadir, étudiants à l'école d'Architecture d'Oran, dans le cadre du Workshop "Pour une formation de qualité en Architecture", 19 et 20 avril 2015.

Université des Sciences et de la Technologie d'Oran - Mohamed-Boudiaf

Université des Sciences et de la Technologie d'Oran - Mohamed Boudiaf - Faculté "Architecture et génie civil"
En réalité, l'École n'est qu'un des nombreux départements de l'Université des Sciences et de la  Technologie d'Oran… Le projet conçu en 1972 par l’architecte japonais Kenzō Tange s’étalait sur une superficie de 89 ha… et n'a été réalisé que 15 ans plus tard.
Espaces modulables, flexibles, et évolutifs c'est une pure consécration du structuralisme en architecture, voire en urbanisme, puisque le projet concernait toute une ville universitaire, dont on n'a construit que l'Université...
Rencontre à l'école d'Architecture d'Oran

El Watan - Oran : Une École supérieure d’Architecture en projet à l’USTO


Thalassa : "Algérie, la mer retrouvée"





C'est un géant méditerranéen, qui a longtemps tourné le dos à la mer. L'Algérie redécouvre aujourd'hui son littoral et Thalassa nous emmène pour un voyage inédit tout au long de ces 1600 kilomètres de côtes. D'ouest en est, les paysages algériens offrent une variété fascinante. D'Oran jusqu'à Annaba, le voyageur traverse des reliefs lunaires, des forêts épaisses, des marais multicolores et des dunes à perte de vue. De ces côtes méconnues, Thalassa propose une exploration inédite. La grande majorité des Algériens vivent le long des côtes. Pourtant certaines plages restent désertes et les bateaux sont rares. Pourquoi ce paradoxe ? À cause de cette "décennie noire" qui a ensanglanté le pays. Depuis les années 90, la population a gardé des réflexes de prudence. Pour faire revivre le littoral, la société civile se mobilise.

L'équipe de Thalassa a suivi 4 de ces Algériens ordinaires et extraordinaires. Pour eux, la mer est une évidence. Ils seront nos guides…


Algérie, la mer retrouvée



mercredi 22 avril 2015

La situation en Syrie… au cœur d'une complexité de conflits…



Source : Orthodox Army


Un tableau très riche présentant la Syrie au centre d'un enchevêtrement de fractionnements, d'alliances et de conflits… dont principalement les conflits : "Islam sunnite contre Islam chi'ite", "États-Unis contre Russie"… Ce tableau éclaire l'embrouillamini très inconfortable de l'Europe, alliée de l'Islam sunnite, partenaire écervelée désorientée moquée des États-Unis qui dans le même temps sont leur principal ennemi par leur hostilité primordiale à la Russie… et qui par l'écran de la CIA apportent leur appui à l'État islamique rival des factions islamiques directement soutenues par la France et autres pays d'une Europe désunie… Notons que dans ce tableau n'est pas souligné le rôle occulte d'Israël…

Un tableau qui pour un lecteur de l'Ouest ne met pas suffisamment en évidence la vitalité des Orthodoxes en comparaison de l'apathie des Catholiques… quoique cela soit implicite, le schéma émanant de l'Orthodox Army.


mardi 21 avril 2015

Le président Bachar al-Assad dénonce la duplicité des gouvernants français sur France 2


"Les politiciens français ont échangé leurs valeurs "liberté, égalité, fraternité" pour des pétrodollars."
Un entretien du président Bachar al-Assad face à un journaliste vedette en représentation pour France 2… Disons-le très franchement cet entretien en lui-même ne présente qu'un intérêt très limité… On en sera convaincu quand on aura comparé cette production de France 2 avec l'entretien que le président Bachar al-Assad a accordé le 3 mars 2015 à Damas à la Radio Télévision Portugaise
     Pour la télévision française le journaliste ne questionne pas, il ne fait qu'aboyer… Des jappements pavloviens auxquels le président Bachar al-Assad s'efforce de répondre avec la plus grande courtoisie, mais une courtoisie empreinte de distance et de mépris… Une attitude journalistique qui exclut toute sérénité et tout apport constructif… Le journaliste français, comme par ailleurs la plupart des politiciens français, est dans la posture… agressivement campé dans sa vérité, en démonstration vis à vis d'une opinion publique sur laquelle il s'évertue d'incruster une propagande d'État au mépris des réalités… [Une marque, aujourd'hui, bien française : toutes les apparitions de François Hollande comme de Manuel Valls relèvent systématiquement de la posture et de l'injure au réel. On est constamment en représentation, même si cela dessert la cause que l'on prétend hypocritement défendre : l'exemple le plus récent en serait ces diatribes contre l'Indonésie et sa justice… un comportement qui ne peut que desservir celui en faveur duquel on prétend agir…] L'essentiel est que, tout en faisant une offrande à un politiquement correct de posture, l'on se soit adressé à une opinion publique sur un sujet qui fera appel à la sensiblerie conditionnée de la masse…
     Bien à l'opposé est l'attitude du journaliste portugais qui adopte un ton respectueux et poli à l'égard du président. Ainsi dans la sérénité de la relation s'établit un échange constructif sur la situation et les difficultés rencontrées par la Syrie… Le président Bachar al-Assad peut clairement exposer les liens et intentions des acteurs intervenant dans la crise syrienne. Une attitude courtoise du journaliste portugais qui toutefois n'exclut pas des questions embarrassantes… Autant d'atouts qui en font un entretien important



"Il doit être questionné, confronté aux faits, aux éléments sur sa répression…" :
  jappement du messager de France 2 avant l'entretien,
un a priori indigne d'un journaliste dont la mission, qui devrait être la sienne,
serait d'informer indépendamment des errances des politiciens de son pays.




Version doublée en français :


Version doublée en arabe :


Sources : Agence Arabe Syrienne d'Informations / Sana/ et Syrian Presidency


Voici le texte intégral de l’entretien accordé par le président Bachar al-Assad à un messager de la télévision d'État française, France 2 :

Question 1 : - Bonsoir Monsieur le Président. Je voudrais commencer cette interview sans détour. Pour une grande partie de la France, vous êtes en large partie responsable du chaos qui règne en Syrie à cause de la brutalité de la répression qui a été menée ici depuis quatre ans. Selon vous quelle est votre part de responsabilité ?

• Le président Bachar al-Assad :
- Dès les premières semaines du conflit, les terroristes se sont infiltrés dans la situation en Syrie avec l’appui d’États occidentaux et régionaux. Ils ont commencé à attaquer les civils et à détruire des propriétés publiques et privées. Tout cela est sur Internet, et ce sont eux qui ont mis ces vidéos en ligne, pas nous. Notre rôle en tant que Gouvernement est de défendre notre société et nos citoyens. Si ce que vous venez de dire était vrai, comment un Gouvernement ou un Président qui a agi de façon brutale envers sa population, tué ses concitoyens et affronté les pays et les forces politiques les plus puissants au monde bénéficiant des pétrodollars des pays du Golfe, comment un tel Président peut-il bien résister pendant quatre ans ? Est-il possible d’avoir le soutien de son peuple quand on est brutal avec lui ?

Q 2 : - Au départ, il y avait des dizaines de milliers de personnes dans les rues, est-ce qu’ils étaient tous djihadistes ?

• Le président Bachar al-Assad :
- Non, bien sûr que non. Mais l’autre question que l’on doit poser est la suivante : Si le premier policier a été tué au sixième jour du conflit, comment a-t-il été tué ? Par les manifestations pacifiques ? Ou par les haut-parleurs des manifestants ? Il a été tué par des terroristes. Quelqu’un a pris une arme à feu et a tiré sur ce policier. Peu importe qu’il soit djihadiste ou pas. C’est un terroriste car il a tué un policier.

Q 3 : - Peut-être il y a eu des djihadistes ou des terroristes, mais nos reporters, à l’époque, étaient sur place et ils ont rencontré beaucoup de gens qui leurs disaient : ”Nous voulons plus de liberté et plus de démocratie”. Ce n’était pas des terroristes ou des djihadistes.

Le président Bachar al-Assad démasque Hollande, les socialistes et tous leurs complices

• Le président Bachar al-Assad :
- Toute personne a assurément le droit de réclamer la liberté, et tout gouvernement doit appuyer la liberté, conformément à la Constitution. Mais la liberté signifie-t-elle qu’on tue les civils et les policiers ? Qu’on détruise les écoles et les hôpitaux, l’électricité… les infrastructures ? Tout cela n’appartient pas au Gouvernement, mais au peuple syrien. Ce n’est pas au Gouvernement, ce n’est pas à moi. C’est une propriété publique. C’est ça ce que vous entendez par liberté ?

Q 4 : - Vous savez que beaucoup de journalistes et d’analystes disent que vous avez favorisé l’émergence de l’Organisation État Islamique parce que c’est une opportunité pour vous d’apparaître comme un bouclier, comme un rempart.

• Le président Bachar al-Assad :
Mais l’OEI a été créé en Irak en 2006 sous la supervision des Américains. Je ne suis pas en Irak. Je n’y ai jamais été. Je ne contrôlais pas l’Irak. C’était les Américains qui contrôlaient l’Irak. L’OEI est venue d’Irak en Syrie, car le chaos est contagieux. Quand le chaos est à votre porte, vous devez vous attendre à ce qu’il entre chez vous.

Q 5 : - Mais ce n’était pas l’OEI au départ…

• Le président Bachar al-Assad :
- Laissez-moi continuer. Lorsqu’il y a le chaos dans un pays, il devient un terrain fertile pour y faire venir les terroristes. Ainsi, lorsqu’il y a eu le chaos en Syrie, l’OEI est venue en Syrie. Avant l’OEI, il y avait le front Al-Nusra, qui fait partie d’Al-Qaïda. Et auparavant, il y avait les Frères musulmans. Ils constituent tous le socle sur lequel s’est appuyé l’OEI pour faire son apparition.

Q 6 : -  Alors, vous n’assumez aucune responsabilité pour ce qui s’est passé ces dernières années ?

• Le président Bachar al-Assad :
- Normalement les choses ne sont pas absolues. Il n’est pas précis de dire qu’on n’assume pas une responsabilité, car chacun a une part de responsabilité. Nous autres en Syrie, nous avons nos problèmes. Le Gouvernement est responsable. Chacun d’entre nous est responsable. Tout citoyen syrien est responsable. Mais là je parle de ce qui a amené l’OEI en Syrie. Le chaos. Et votre gouvernement, ou si vous préférez qu’on le désigne par le terme “régime” comme ils le font pour nous, le régime français est responsable car il a soutenu ces djihadistes en les considérant comme une opposition modérée.

Q 7 : -  La France soutient la Coalition nationale syrienne. Sont-ils des terroristes ?

• Le président Bachar al-Assad :
- Ceux qui à l’heure actuelle reçoivent le soutien et possèdent des armes occidentales appartiennent à l’OEI. Ils ont été armés et équipés par votre État et par d’autres pays occidentaux. Votre ministre de la Défense l’a déclaré publiquement au début de l’année en affirmant avoir envoyé des armes. Par conséquent, ceux que vous qualifiez de modérés ont diffusé en 2012, avant que l’OEI n’apparaisse et que l’Occident ne reconnaisse l’existence même du Front Al-Nusra, une branche d’Al-Qaida, ils ont diffusé des vidéos dans lesquelles ils dévoraient le cœur d’un soldat syrien, mutilaient les corps d’autres victimes, et en décapitaient d’autres. Ce sont eux qui ont diffusé ces images, pas nous. Comment pouvez-vous ignorer cette réalité, puisque ce sont eux qui diffusent de telles images et vous disent que telle est la réalité ?

Q 8 : - Parlons du présent. Il apparaît que l’armée syrienne continue à utiliser des armes aveugles qui ont des effets dévastateurs pour les civils pour la population, notamment les barils explosifs. Pourquoi poursuivez-vous cette stratégie ?

• Le président Bachar al-Assad :
- Nous n’avons jamais entendu parler au sein de notre armée d’armes aveugles. D’ailleurs aucune armée au monde, y compris la nôtre, n’accepterait d’utiliser des armes qui ne peuvent pas cibler avec précision, car elles n’auraient aucun intérêt, elles seraient inutiles d’un point de vue miliaire.
Par ailleurs, lorsque vous parlez de tueries aveugles qui ne font aucune discrimination entre civils et combattants, il ne s’agit pas d’armes mais de la manière dont vous faites usage de ces armes. La preuve, ce sont les drones utilisés par les Américains au Pakistan et en Afghanistan, qui tuent des civils beaucoup plus que des terroristes. Ce sont les armes les plus précises au monde. Ce n’est donc pas un problème de type de bombes. Nous avons des bombes conventionnelles et des armements classiques réguliers.

Q 9 : - Vous n’utilisez pas les barils explosifs ?

• Le président Bachar al-Assad :
- C’est quoi les barils explosifs ? Pouvez-vous me dire ce que c’est ?

Q 10 : -  Il y a plusieurs documents, plusieurs extraits de vidéos et des photos comme celles-ci où on peut voir un baril explosif largué d’un hélicoptère. C’est à Alep et Hama, il y a quelques mois, il y a un an. Seule l’armée syrienne possède des hélicoptères, quelle est votre réponse ?

• Le président Bachar al-Assad :
- Ce n’est pas une preuve. Ce sont deux images de deux choses différentes. Personne ne peut les relier l’une à l’autre.

Q 11 : -  Alep et Hama ?

• Le président Bachar al-Assad :
- Alep et Hama…
Non, non. Cette image que vous montrez, qu’est ce que c’est ? Je n’ai jamais vu une chose ce genre de chose dans notre armée ? Je ne parle pas des hélicoptères. Je parle de ces deux photos. Qu’est-ce qui vous permet de les associer l’une à l’autre ?

Q 12 : -   Est-ce que vous dites que se sont des photos ou des documents falsifiés ?

• Le président Bachar al-Assad :
- Non, il faut que ce soit vérifier. Mais dans notre armée, nous n’utilisons que des bombes conventionnelles qui nécessitent de viser. Nous n’avons aucun armement qui puisse être utilisé aveuglément. C’est tout.

Q 13 : -   Mais se sont bien des hélicoptères, et seule l’Armée syrienne en possède.

• Le président Bachar al-Assad :
- Oui, bien sûr. Je n’ai pas dit que nous n’avons pas d’hélicoptères, ni que nous ne les utilisons pas. Je parle des armes avec lesquelles nous visons les terroristes. À quoi bon tuer aveuglément ? Pourquoi tuer les civils ? La guerre en Syrie consiste à gagner le cœur des gens, et non à les tuer. Si vous tuez les gens, vous ne pouvez pas rester au Gouvernement ou rester Président. C’est impossible.

Q 14 : -   Qu’en est-il des armes chimiques ? Il y a deux ans vous vous êtes engagé à ne plus utiliser d’armes chimiques. Avez-vous utilisé du gaz du chlore durant la bataille d’Irbil le mois dernier ?

• Le président Bachar al-Assad :
- Non, c’est un autre faux récit donné par des gouvernements occidentaux. Pourquoi ? Parce que nous possédons deux usines de chlore. L’une a été fermée il y a plusieurs années et n’est plus donc opérationnelle, l’autre se trouve au Nord de la Syrie, et c’est l’usine la plus importante. Elle se situe sur la frontière avec la Turquie et se trouve sous le contrôle des terroristes depuis deux ans. Nous avons envoyé à l’ONU des documents officiels à ce sujet. Ils voulaient venir, et nous ont adressé une réponse officielle disant qu’il leur était impossible d’arriver jusqu’à cette usine. Par conséquent, le chlore en Syrie est sous le contrôle des groupes armés. Par ailleurs, ce ne sont pas des armes de destruction massive. Les armes conventionnelles que nous possédons sont beaucoup plus efficaces que le chlore. Nous n’avons donc pas besoin de l’utiliser de toute manière.

Q 15 : -   Mais il y a eu des investigations et je pense que vous avez lu les rapports de HRW concernant Idlib le mois dernier. Il y a eu trois attaques dans lesquelles on pouvait distinguer l’odeur du chlore, ainsi que des symptômes semblables à ceux de l’utilisation des gaz toxiques. Cela est cité dans le rapport. Ces attaques ont eu lieu dans des zones sous contrôle de l’opposition armée. Est-ce que HRW ment?

• Le président Bachar al-Assad :
- Nous n’avons pas utilisé le chlore, et nous n’en avons pas besoin. Nous avons nos armements classiques, et nous pouvons atteindre nos objectifs sans y avoir recours. Nous n’en avons pas besoin. Il n’y a aucune preuve.

Q 16 : -   Il y a des témoins de l’attaque et des témoignages de médecins

• Le président Bachar al-Assad :
- Non, non. En réponse à toutes les allégations concernant l’usage, dans le passé ou le présent, d’armes chimiques, c’est nous qui demandions toujours aux institutions internationales d’envoyer des délégations pour enquêter. C’était nous qui avons formulé cette demande et pas le camp adverse. Il y a deux ans, nos soldats ont été exposés au gaz sarin. Nous avons invité l’ONU à mener une enquête. Comment aurait-on pu le faire si c’était nous qui utilisons ce gaz? Ce n’est pas vrai.

Q 17 : -  Seriez- vous prêt à les inviter à nouveau à venir, concernant Idlib ?

• Le président Bachar al-Assad :
- Nous l’avons déjà fait. Nous le faisons toujours. Nous n’avons aucun problème à cet égard.

Q 18 : -  Aujourd’hui il y a une coalition internationale avec à sa tête les États-Unis qui mène des bombardements aériens contre l’OEI. Est-ce que pour vous c’est un problème, ou est-ce que c’est une aide ?

• Le président Bachar al-Assad :
- Ni l’un ni l’autre. Il n’y a bien entendu aucun problème à attaquer les terroristes. Mais si la coalition n’est pas sérieuse, cela ne nous aide pas.

Q 19 : -   Pourquoi, elle n’est pas sérieuse?

• Le président Bachar al-Assad :
- Si vous comparez le nombre de frappes aériennes effectuées par les forces de la coalition composée de 60 États à celles que nous avons effectuées, nous petit État, vous constaterez que nous bombardons parfois 10 fois plus que la coalition en l’espace d’une journée. Est-ce sérieux ? Ça leur a pris quatre mois pour libérer ce que leurs médias appellent la ville de Kobani, sur les frontières turques, malgré la présence de combattants syriens sur le terrain. Ils ne sont donc pas sérieux jusqu’à présent. Une autre preuve, c’est que l’OEI s’est élargie en Syrie, en Irak, en Libye et dans la région en générale.
Comment pouvez donc dire que la coalition a été efficace ? Ils ne sont pas sérieux, c’est la raison pour laquelle ils n’aident personne dans cette région.

Q 20 : -   La coalition a effectué des milliers de frappes aériennes depuis le début de l’intervention. Mais la France fait des frappes uniquement en Irak. Voudriez-vous que la France rejoigne la coalition pour frapper en Syrie ?

• Le président Bachar al-Assad :
- J’ai dit qu’ils ne sont pas sérieux de toute manière. On ne peut pas former une coalition contre le terrorisme et soutenir en même temps les terroristes. Ça nous est donc égal qu’ils frappent en Syrie, en Irak ou dans les deux à la fois, tant qu’ils continuent à soutenir ces mêmes terroristes en même temps. Ils envoient des armes à ces mêmes terroristes sous prétexte de soutenir l’opposition modérée. Au moment même où Obama a qualifié cette opposition d’illusoire. À qui donc vont ces armes réellement ? Aux terroristes. C’est contradictoire. C’est voué à l’échec.

Q 21 : -  Vous avez un ennemi commun avec la France, l’OEI. Est-ce que depuis les attentats du mois de janvier à Paris il y a des contacts entre vos services de renseignement et les services de renseignement français ?

• Le président Bachar al-Assad :
- Il y a des contacts, mais il n’y pas de… coopération.

Q 22 : -  Que voulez-vous dire par contacts ?

• Le président Bachar al-Assad :
- Nous avons rencontré certains responsables de vos services de renseignement, mais il n’y a point de coopération.

Q 23 : -  Il n’y a pas d’échange d’informations ?

• Le président Bachar al-Assad :
- Non. Rien du tout.

Q 24 : -  Alors, vous vous êtes réunis ?

• Le président Bachar al-Assad :
- Ce sont eux qui sont venus en Syrie, et pas nous qui sommes allés en France. Ils sont venus peut-être pour un échange d’informations. Mais lorsque vous souhaitez établir ce genre de coopération, ça doit être dans les deux sens : nous les aidons, et ils nous aident en retour. Mais d’après vos politiques et celle du Gouvernement français, il faudrait les aider alors qu’ils soutiennent les terroristes et tuent nos citoyens. ça ne marche pas comme ça.

Q 25 : -  Est-ce la France qui a demandé ces contacts avec vos services de renseignement ?

• Le président Bachar al-Assad :
- Oui, nous les avons rencontrés. Il y a eu une réunion avec eux.

Q 26 : -  Est-ce que c’était suite à une demande de la France ?

• Le président Bachar al-Assad :
- Oui. Nous, nous n’avons rien à demander aux services de renseignements français. Nous disposons de tous les renseignements sur les terroristes.

Q 27 : -  Il y a des centaines de Français qui sont venus se battre aux côtés du groupe État islamique. Est-ce que vous avez arrêté des Français ? Et est-ce qu’il y a des Français du groupe de l’État islamique qui sont détenus aujourd’hui dans vos prisons ?


Bachar al-Assad : "La plupart de ces djihadistes viennent ici pour combattre,
mourir et aller au paradis. Telle est leur idéologie."

• Le président Bachar al-Assad :
- Non, nous n’en avons aucun dans les prisons. Nous n’avons que des informations. La plupart de ces djihadistes viennent ici pour combattre, mourir et aller au paradis. Telle est leur idéologie. Ils ne sont donc pas prêts à aller dans les prisons, quelles qu’elles soient.

Q 28 : -  Alors, il n’y en a aucun dans les prisons.

• Le président Bachar al-Assad :
- Non, nous n’en avons aucun dans nos prisons.

Q 29 : - Il y a aujourd’hui des gens en France et parmi eux des hommes politiques, des parlementaires notamment, vous en avez reçu quelques-uns ici… Ils disent qu’il faut renouer le dialogue avec vous. Quelle initiative seriez-vous prêt à prendre pour convaincre l’autre partie de la France et des Français, que vous pouvez être un partenaire ?

• Le président Bachar al-Assad :
- Avec eux?

Q 30 : - Avec la France ?

• Le président Bachar al-Assad :
- Ils doivent d’abord me convaincre qu’ils ne soutiennent pas les terroristes, et qu’ils ne sont pas impliqués dans l’effusion de sang en Syrie. Ce sont eux qui se sont trompés à l’égard de la Syrie. Nous n’avons tué aucun Français ni aucun Européen. Nous n’avons pas aidé les terroristes dans votre pays. Nous n’avons pas aidé ceux qui ont attaqué Charlie Hebdo. C’est vous qui avez aidé les terroristes. Par conséquent, votre pays, les responsables occidentaux doivent nous convaincre qu’ils ne soutiennent pas les terroristes. Mais nous sommes prêts à tout dialogue, prenant en considération le fait que ceci sera dans l’intérêt des citoyens syriens.

Q 31 : -  Alors, actuellement vous n’êtes pas intéressé au dialogue avec la France ?

• Le président Bachar al-Assad :
- Non, nous sommes toujours intéressés au dialogue avec quiconque. Mais comment peut-on établir un dialogue avec un régime qui soutient le terrorisme dans notre pays. Et pour quelle raison ? Telle est la question. Lorsqu’ils changeront de politique, nous serons prêts pour le dialogue. Sans ça, le dialogue n’aura aucun but. Il n’y a pas de dialogue pour le dialogue. L’objectif est d’aboutir à certains résultats. Pour moi, le résultat serait que le Gouvernement français cesse son appui aux terroristes dans mon pays.

Q 32 : -  Alors, vous n’avez pas de message à adresser à Hollande en vue d’un dialogue ?

• Le président Bachar al-Assad :
- Je crois que le principal message qui doit lui être adressé doit l’être par le peuple français. Les sondages en France montrent bien le message que Hollande devrait écouter davantage. À savoir, qu’il est le président le plus impopulaire depuis les années cinquante. Il devrait s’occuper de ses citoyens et les protéger des terroristes qui viennent en France. En ce qui me concerne, en tant que Président qui souffre en Syrie avec ses citoyens de ce terrorisme, je pense que le message le plus important est que ce que vous avez vécu en France n’est que la partie émergée de l’iceberg.
Quand on parle de terrorisme, sachez qu’il y a toute une montagne sous la mer. Soyez conscients que cette montagne s’en prendra à votre société.

Q 33 : - Le secrétaire d’État américain a dit que peut être il y aura un dialogue avec le président Bachar al-Assad, avant de revenir sur cette position. Vous aviez dit ce ne sont que des mots, et moi je voudrais entamer le dialogue, vous y êtes donc prêt ?

• Le président Bachar al-Assad :
-  Bien sûr que nous sommes prêts. J’ai dit que nous sommes disposés à mener un dialogue avec tout pays dans le monde, y compris avec les grandes puissances… y compris avec la France. Mais j’ai dit que le dialogue doit s’appuyer sur une politique précise. Les fers de lance contre la Syrie ont été : un, la France. Deux, le Royaume-Uni. Ce n’était pas les États-Unis cette fois au soutien des terroristes en Syrie. Obama a reconnu que l’opposition modérée en Syrie est une illusion.

Q 34 : - Il a dit que c’est illusoire de croire que nous pouvons les armer et qu’ils peuvent gagner la guerre, mais il n’a pas dit qu’il n’y a pas d’opposition modéré.

• Le président Bachar al-Assad :
- Exactement. Que veut-il dire par “nous pouvons leur fournir des armes, et ils pourront gagner la guerre ?” Qu’est-ce que ça veut dire ? Que signifie ce fantasme ? Ils ont dit qu’ils allaient armer l’opposition modérée. Pouvez vous me dire ce que c’est que cette opposition modérée ? Où est-elle ? Nous, nous ne la voyons pas. Nous vivons en Syrie et vous, vous vivez en France. Moi je vis ici et je ne vois pas cette opposition modérée pour la combattre, si nous devons la combattre. Elle n’existe pas.

Q 35 : -  Vous dites qu’il y a un grand nombre de pays étrangers impliqués dans le conflit en Syrie. Mais est-ce que vous auriez pu, sans le soutien de l’Iran et de Hezbollah, combattre le terrorisme en ce moment ? C’est-à-dire vous avez condamnez les pays étrangers impliqués dans le conflit en Syrie, qu’en est-il du soutien iranien et de celui de Hezbollah ?

• Le président Bachar al-Assad :
- Il y a une grande différence entre l’intervention et l’invitation. Tout pays, tout gouvernement dans le monde, tout État a le droit d’inviter n’importe quel pays ou n’importe quel parti ou organisation à l’aider dans n’importe quel domaine. Mais nul pays n’a le droit d’intervenir sans y être invité. Nous avons invité le Hezbollah, mais pas les Iraniens. Ils n’y a pas de troupes iraniennes en Syrie, et ils n’ont envoyé aucune force.

Q 36 : - Il n’y a pas d’Iraniens qui combattent à vos côtés?

• Le président Bachar al-Assad :
- Non, non. Ils ne combattent pas. Nous avons avec l’Iran des relations régulières, et ce depuis plus de trente ans. Des commandants et des officiers vont et viennent entre les deux pays conformément à la coopération existant entre nous depuis bien longtemps. C’est différent que de participer aux combats. Ils ne combattent pas. En tant que Gouvernement, nous avons droit à ce genre de collaboration. En revanche, la France et d’autre pays n’ont pas le droit de soutenir qui que ce soit dans notre pays. C’est une violation du droit international, de notre souveraineté et des valeurs dont ils se vantent, ou dont certains prétendent être fiers depuis des décennies, voire peut-être depuis des siècles ; et parmi lesquelles celle de la démocratie. Est-ce de la démocratie que d’envoyer des armes aux terroristes et de les appuyer ? Ai-je le droit de soutenir les terroristes qui ont attaqué Charlie Hebdo par exemple ?

Q 37 : -  Vous savez ce que le Premier ministre français a dit, récemment, de vous ? Il a dit que vous êtes “un boucher” que répondriez-vous ?

• Le président Bachar al-Assad :
- Tout d’abord, je vais être franc avec vous. Personne ne prend plus aux sérieux les déclarations des responsables français. Pour une simple raison : c’est que la France est devenue en quelque sorte un satellite de la politique américaine dans la région. Elle n’est pas indépendante, et n’a aucun poids. Elle n’a plus aucune crédibilité.
Par ailleurs, En tant que responsable, je m’occupe toujours de l’opinion du peuple et des citoyens syriens. ce n’est pas la France ou un autre pays qui a fait de moi ce que je suis. Je suis là par la volonté des citoyens syriens, et c’est ça ce qui m’importe.

Q 38 : - Est-ce que vous pensez qu’un jour, réellement, vous gagnerez cette guerre et que tout redeviendra comme avant en Syrie ?

• Le président Bachar al-Assad :
- Non. Rien ne sera plus comme avant. Revenir au point de départ signifie que nous n’évoluons pas, et que nous n’avons pas tiré les bonnes leçons du conflit. Plusieurs leçons se dégagent de ce conflit. Nous devons les assimiler et faire en sorte que les choses s’améliorent, et non qu’elles reviennent comme avant. Il y a là une grande différence.

Q 39 : -  Avec Bachar al-Assad à la tête du pays?

• Le président Bachar al-Assad :
- Peu m’importe. Ce qui m’intéresse c’est ce que souhaite le peuple syrien. S’ils veulent Bachar al-Assad, il restera. S’ils ne veulent pas de lui, il quittera sur le champ. Je veux dire comment sera-t-il en mesure de gouverner sans l’appui de son peuple ? Il ne le pourra pas.

Q 40 : -  Comment saviez-vous que vous jouissez d’un soutien populaire ?

• Le président Bachar al-Assad :
- D’abord, si je ne jouissais pas du soutien, le peuple n’aurait pas soutenu l’Armée et on n’aurait pas pu résister pendant quatre ans. Comment pouvez-vous résister sans l’appui du peuple ?

Q 41 : - Peut-être, ont-ils peur ?

• Le président Bachar al-Assad :
- Il y a 23 millions de Syriens. Comment peuvent-ils avoir peur d’une seule personne, ou d’un seul service de renseignement, ou d’un seul gouvernement ? Ce n’est pas réaliste, et c’est insensé.

Q 42 : - Croyez-vous que la Syrie est une démocratie ? Croyez-vous vraiment que les gens peuvent dire ce qu’il veulent ?

• Le président Bachar al-Assad :
- Non. Nous étions sur la voie de la démocratie. C’est un long processus. Il n’y a pas un point que vous atteignez et vous dites “c’est ça la démocratie”. Si vous voulez nous comparer à l’Occident, à la France et à d’autres pays, je dirai “non”. Vous êtes certainement bien plus avancés que nous en raison de votre histoire et de plusieurs circonstances et facteurs. Mais si vous voulez nous comparer à votre ami le plus proche, l’Arabie saoudite, je dirai bien sûr que nous avons la démocratie. Ça dépend donc avec qui vous me comparez.

Q 43 : - Si vous aviez la certitude que votre départ signifierait la paix en Syrie, partiriez-vous ?

• Le président Bachar al-Assad :
- Sans hésitation. Si c’est le cas, je le ferai sans hésitation. Je quitterai le pouvoir. Si je suis la cause du conflit dans mon pays, je ne dois pas être là où je suis. C’est évident.

Q 44 : - Je voudrais vous montrer une autre photo. C’est Gilles Jacquier. Un journaliste dans notre chaine France2. Il a été tué en Syrie il y a trois ans. Vous aviez promis de faire une enquête pour savoir qui l’a tué. Que pourriez-vous nous dire concernant cette investigation ?

• Le président Bachar al-Assad :
- Indépendamment des accusations qui nous ont été adressées à l’époque de l’avoir tué, il était dans un quartier résidentiel sous contrôle du Gouvernement. Il a été tué par un obus de mortier et non par balle. Il est évident que le Gouvernement ne se serait pas bombardé, ni n’aurait bombardé les quartiers de ses propres partisans. Il est donc très clair, et tout le monde le sait, plusieurs médias français l’ont reconnu: il a été tué par un obus de mortier tiré par ce que vous appelez l’opposition, alors qu’il s’agit en fait de terroristes. Il a sans aucun doute été tué par eux. Mais votre question était sur l’enquête ?

Q 45 : - Est-ce que seriez prêt à communiquer les résultats de ses investigations à la justice française, peut-être même les preuves ?

• Le président Bachar al-Assad :
- Non. Nous n’avons rien à prouver. Nous avons nos propres procédures légales ; et lorsqu’un crime est commis en Syrie, nous suivons ces procédures comme n’importe quel autre pays. En Syrie, nous avons un système judiciaire et des procédures habituelles. Si vous voulez en savoir plus après cet entretien, on peut vous renvoyer vers les autorités compétentes.

Q 46 : - Est-ce que seriez prêt à communiquer les résultats de ses investigations à la justice française ?

• Le président Bachar al-Assad :
- Bien sûr, aucun problème.

Q 47 : - Est-ce que seriez prêt à laisser venir des enquêteurs français, des policiers ou des juges pour mener leur propre investigation ici en Syrie ?

• Le président Bachar al-Assad :
- Ça dépend de l’existence ou non d’un accord entre les deux gouvernements. S’il y a un accord, une convention ou un traité relatif au système judiciaire entre les deux pays et la coopération bilatérale dans ce domaine, il n’y a pas de problème. Ce n’est pas une décision politique.

Q 48 : - Merci Monsieur le Président.

• Le président Bachar al-Assad :
- C’est moi qui vous remercie.


http://www.sana.sy/fr/?p=33186

Bachar al-Assad : Les terroristes sont Français et les présidents français sont des pantins…

Bachar al-Assad « gifle » le petit David Pujadas

Bachar al-Assad évoque la perte de crédibilité de la France au plan international…

La colère des membres du PS après l'interview de Bachar Al-Assad sur France 2

Bashar al-Assad démonte la propagande occidentale sur la Radio Télévision Portugaise

Entretien du Président syrien avec le quotidien suédois Expressen : "L’Occident doit cesser de couvrir le terrorisme en Syrie"

Bashar al-Assad démonte la propagande occidentale sur la Radio Télévision Portugaise

lundi 20 avril 2015

Bachar al-Assad : Les terroristes sont Français et les présidents français sont des pantins…



Quand les femmes syriennes se battent pour la liberté de leur patrie,
les femmes saoudiennes amies de l'Occident  jouissent pleinement d'une liberté non contestée…



… Il y a vingt ans, le terrorisme s’exportait depuis notre région, en particulier depuis les pays du Golfe, comme l’Arabie saoudite. À présent, il nous vient d’Europe, et notamment de France. Le plus gros contingent de terroristes occidentaux venus en Syrie est français. Ils commettent des attentats en France. En Belgique, ils ont attaqué le musée juif. Le terrorisme en Europe n’est plus dormant, il s’est réveillé…

… Les bonnes relations entre 2008 et 2011 n’étaient pas le résultat d’une initiative française. Il y a eu d’abord les Américains qui ont chargé l’administration française, à l’époque, de faire pression sur la Syrie au sujet de l’Iran. Il y a eu ensuite le Qatar qui poussait la France à améliorer ses relations avec la Syrie. Entretenir de bonnes relations avec nous n’émanait donc pas d’une volonté indépendante de la France. Aujourd’hui, les choses n’ont pas changé. Hollande, comme Sarkozy, n’agit pas de son propre gré…

… Je ne suis ni l’ennemi personnel ni le rival de Hollande. Je pense que c’est plutôt Daech qui est son rival, puisque leurs cotes de popularité sont très proches…

C'était l'essentiel de ce qu'avait à dire le samedi 28 novembre 2014, le président Bachar al-Assad recevant Paris Match… Il n'est vraiment pas certain que depuis l'image de la France se soit vraiment amendée… Attendons cet entretien ce soir au journal de 20 heures de France 2 accordé à David Pujadas…


Interrogé par France 2 Bachar al-Assad campe sur ses positions