Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux faits…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

mardi 15 mars 2022

Les grottes d'Ellora… où se côtoient bouddhistes, indous, jaïns



Les grottes d'Ellora sont un site du patrimoine mondial de l'UNESCO… Non loin d'Aurangabad, creusés en succession serrée dans la paroi d'une haute falaise basaltique répartie sur environ 2 km, trente-quatre monastères et temples ont été explorés sur plus d'une centaine contribuant à faire revivre une brillante civilisation ancienne dans une séquence ininterrompue de monuments datables entre les VIIe et XIe siècles. Avec ses sanctuaires consacrés au bouddhisme, à l'indouisme et au jaïnisme,  l'ensemble d'Ellora illustre l'esprit de tolérance caractéristique de l'Inde ancienne.

Sur l'ensemble exploré on recense 12 grottes bouddhistes, 17 grottes indoues et cinq grottes jaïnes.

Selon le site de l'UNESCO, l’activité d’excavation s’est déroulée en trois phases du VIe au XIIe siècle. Creusés dans le roc entre les Ve et VIIIe siècles, les premiers ouvrages (grottes 1-12) font écho à la philosophie du bouddhisme qui prévalait alors dans cette région. Les grottes du groupe brahmanique (grottes 13-29), dont le célèbre temple du Kailasa (grotte 16), ont été excavées entre les VIIe et Xe siècles. La dernière phase, entre les IXe et XIIe siècles, a vu l’excavation d’un ensemble de grottes (grottes 30–34) reflétant la philosophie jaïne.

Parmi les œuvres du groupe bouddhique, la grotte 10 (Visvakarma ou Sutar-ki-jhopari, dite grotte du Menuisier), la grotte 11 et la grotte 12 (Teen Tal ou monastère à trois niveaux, le plus grand de cette catégorie) sont particulièrement imposantes. Elles marquent l’évolution de la forme du bouddhisme vajrayana et représentent une multitude de divinités bouddhiques. Les principales grottes du groupe brahmanique sont la grotte 15 (Dasavatara ou grotte des Dix Incarnations), la grotte 16 (Kailasa, le plus grand temple monolithique), la grotte 21 (Ramesvara) et la grotte 29 (Dumar Lena). Parmi elles, la grotte 16 est un excellent exemple d’innovation structurelle qui marque l’apogée de l’architecture rupestre en Inde, caractérisée par une finesse d’exécution et des proportions impressionnantes. Le temple est orné de certaines des compositions sculpturales les plus exquises et audacieuses qui soient en Inde. La sculpture représentant Ravana qui tente de soulever le mont Kailasa, la demeure de Shiva, est particulièrement remarquable. Les traces de belles peintures de différentes époques sont préservées sur les plafonds du mandapa (salle hypostyle) dressé à l’entrée de ce temple. Les grottes du groupe jaïn (grottes 30-34) sont magnifiquement ornées de sculptures raffinées et délicates, mais aussi d’œuvres picturales dédiées à la secte Digambara. À travers leur art et leur architecture, les grottes d’Ellora servent de vitrine sur l’Inde ancienne dont elles illustrent les phénomènes socioculturels, la culture matérielle, la scène politique et les modes de vie.




 



Grottes bouddhistes (VIIe-VIIIe siècles) : 1 à 12
Grottes indoues (VIIIe-IXe siècles) : 13 à 29
Grottes jaïnes (IXe-XIe siècles) : 30 à 34




Grotte 5 : Grand monastère (vihāra)
Grotte 10 : Temple (cetiya)
Grotte 12 : Université tantrique
Grotte 16 : temple indou excavé du Kailasha
 
 
 
 

















































































































































































































































































































































































Unesco : Grottes d'Ellora

Monuments in Aurangabad : Ellora Caves












Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire