Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

jeudi 22 octobre 2015

Défi aux alliés du terrorisme : Bashar al-Assad rencontre Vladimir Poutine à Moscou





Des observateurs avertis avaient évoqué il y a un peu plus d’un mois un éventuel déplacement du président syrien Bashar al-Assad à Moscou. C’est chose faite. Des avions de combat syriens et russes ont escorté l’appareil présidentiel de Damas jusqu’à la base militaire mixte de Lattaquié. C’est à partir de Lattaquié qu’a décollé le président Bashar al-Assad pour Moscou, escorté par les meilleurs chasseurs russes et syriens dont le fameux Sukhoï Su-35 et des avions spécialisés dans la guerre électronique.

Au menu de cette visite surprise :

- Un Pacte de défense commune entre les deux pays sur une durée de 15 années ;
- Restructuration des forces armées syriennes sur la période 2015-2020 et l’envoi de 5000 conseillers militaires russes en Syrie ;
- Stratégie politique et plan de sortie de crise. Ce dernier point est d’une importance cruciale et sera le principal point d’appui des efforts politiques et diplomatiques de Moscou et de Damas face à Washington et Ryad.

Cette visite éclair survient à un moment crucial de la guerre en cours au Moyen-Orient et au Levant, marquée par l’intervention russe directe en Syrie et indirecte en Irak pour lutter contre Daech et les groupes rebelles affiliées à l’Otan.

En parallèle, c’est l’hystérie en Israël où une série d’incidents au couteau menés par de jeunes arabes israéliens en apparence apolitiques commence à prendre la forme d’une véritable Intifada, réduisant à néant l’ensemble des efforts de Tel-Aviv visant à propager le chaos et la destruction dans l’ensemble des pays musulmans non alliés ou hostiles et dont la dernière opération en date, baptisée du nom de « Printemps Arabe » avait connu son premier vrai couac en Libye, forçant l’Otan à intervenir directement en assassinant le colonel Gaddafi, avant de lamentablement échouer sur le chemin de Damas.

Moscou a pris le soin d’ouvrir un canal direct avec Tel-Aviv pour éviter tout malentendu au Levant. Près de 1,4 millions d’Israéliens sont originaires de Russie.

Trois militaires russes ont perdu la vie en Syrie depuis le début des raids aériens russes dans ce pays. La performance des pilotes russes et notamment les sorties audacieuses des pilotes d’hélicoptères russes - n’hésitant pas à survoler à moins de 30 mètres les batteries de défense antiaériennes rebelles - a surpris de nombreux observateurs.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire