Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

mercredi 2 septembre 2015

La Dépêhe du Midi : Entretien avec Roland Hureaux, de retour de Syrie


Roland Hureaux, ancien conseiller municipal d'opposition de Cahors, revient de Syrie. L'occasion de l'interroger sur la guerre dans ce pays et son sentiment.

Votre séjour en Syrie avait-il un caractère officiel ?

Non. J'ai participé du 5 au 13 août à ce voyage organisé par une association franco-syrienne. Nous étions une quinzaine et nous avons pu, malgré les contraintes d'un pays en guerre, nous rendre compte d'un certain nombre de choses. Nous avons voulu montrer ainsi notre intérêt pour la population syrienne qui souffre terriblement de cette guerre.


Roland Hureaux a vu la réalité syrienne de près./Photo DDM, L.B.


Comment s'est déroulé ce séjour ?

La Syrie dispose d'un patrimoine touristique considérable. Nous avons pu visiter la mosquée de Damas, un joyau de l'art musulman. Pour le reste, nos déplacements étaient forcément limités, avec des barrages militaires tous les 10 kilomètres. Mais cela ne m'a pas empêché de discuter avec des gens importants et des citoyens syriens qui s'efforcent de montrer que la vie continue. Nous avons assisté à un mariage à 5 km de la ligne de front et j'ai discuté avec le président de l'association des parents d'élèves du lycée français de Damas, fermé malheureusement.

Mosquée des Omeyyades : le tombeau de Saint Jean Baptiste

Quelle est votre opinion sur cette guerre qui dure et qui a déjà fait des milliers de morts ?

C'est une guerre entretenue par les grandes puissances dont la France. Il y a deux camps, le pouvoir dictatorial de Bachar al Assad et les djihadistes de Daesh et d'Al Nosra. On prétend que les grandes puissances combattent les djihadistes mais elles leur fournissent des armes et des conseillers techniques. C'est le bal des faux-culs ! La guerre risque de durer d'autant plus que les États-Unis et l'Iran auraient un accord secret pour maintenir Assad en place.

Et comment réagissent les Syriens ?

Globalement, la population est derrière Bachar al Assad. Surtout les minorités, comme les Chrétiens, les Alaouites, les Druzes et les sunnites. Et je n'oublie pas les femmes qui n'ont aucune envie de voir les barbus débarquer au pouvoir.

Sans transition, comment avez-vous vécu la décision du conseil d'État vous rendant inéligible et donc démissionnaire du conseil municipal ?

Je trouve cette décision sévère même si mon honorabilité n'est pas en cause. Je le regrette pour les Cadurciens qui m'avaient fait confiance.

La politique, c'est fini pour vous ?

Non ! Mais j'observe que Les Républicains est devenu le troisième parti du Lot. Et ce qui se passe pour les régionales montre que ce sera difficile de reconstruire.

Propos recueillis par Laurent Benayoun


La Dépêche du Midi : Entretien avec Roland Hureaux, de retour de Syrie


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire