Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

mercredi 1 juillet 2015

Pour Rivarol, Pieter Kerstens de retour de Syrie et du Liban analyse la situation…


Pieter Kerstens est un membre historique du combat nationaliste européen et l'un des principaux militants du mouvement nationaliste belge. Il fut l'un des principaux responsables du Front de la Jeunesse et du de Parti des forces nouvelles (PFN) belge dans les années 1970-1980. En 1991, il participe à la dissolution du PFN dans le Front National de Daniel Féret. Aujourd'hui il est à la tête de l'Alliance Bruxelloise Contre le Déclin (ABCD), une structure permettant d'accueillir à Bruxelles les francophones partisans du Vlaams Belang (VB). Pieter Kerstens entretient de nombreux contacts en Europe, en particulier avec le Club Ligne Droite en France et l'ex-FN. Chef d'entreprise franco-flamand, Pieter Kerstens est un collaborateur régulier de Rivarol, Synthèse nationale et en Belgique à la tribune libre de Démocratie nationale.


Extrait de Rivarol n°3195 daté du 2 juillet 2015


*   *   *

« Aujourd’hui, nous n’avons pas le choix : il faut soutenir Assad »





*   *   *

Pour Synthèse nationale le "rivarolien" bruxellois Pieter Kerstens, militant nationaliste de toujours, était déjà en octobre 2014 au Liban et en Syrie en compagnie de Robert Spieler pour Rivarol et de Filip Dewinter, porte-parole du parti flamand Vlaams Belang et député au Parlement fédéral belge, assisté du sénateur émérite Frank Creyelman qui avait pris l’initiative de mener une délégation européenne …   L’objectif initial était de participer à une conférence sur le thème du « terrorisme global » à Damas…

Extrait de Rivarol n°3160 daté du 23 octobre 2014


Synthèse nationale : les articles signés Pieter Kerstens

Démocratie nationale : les articles signés Pieter Kerstens



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire