Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

vendredi 20 mai 2016

Sala Langkaa (ต้น สาละลังกา)… Un intrus dans les temples bouddhistes ?



Un arbre d'origine brésilienne chez les bouddhistes !




La fête la plus importante dans la tradition bouddhique theravāda est célébrée le jour de la pleine lune du mois Vaisakha, sixième mois lunaire, qui généralement a lieu en mai… En cette année 2016, c'est ce vendredi 20 mai.  Visakha Pucha commémore tout à la fois chacun des trois moments majeurs de la vie de Bouddha, la naissance du prince Siddhârta en 623 avant J.C., son illumination en 588 avant J.C. et l'accession du Bouddha au Nirvana, à l'âge de 80 ans. Ces évènements sont tout trois survenus lors la pleine lune du mois Vaisakha. À chacun de ces trois évènements est intimement associé un arbre :
- La forêt d’Ashoka (ต้นอโศก) [Saraca indica (Linnaeus) ou Saraca asoca [(Roxb.) de Wilde 1968] - famille des Caesalpiniaceae ou Fabaceae] dans laquelle sa mère accoucha ;
- Le Pipal ou arbre de la Bodhi (Ficus religiosa de la famille des Moraceae) [familièrement appelé en Thaïlande : โพศรีมหาโพ Pho see ma haa pho (au Centre) ; ปู Puu (en Issan et en Khmer) ; โพ Pho, ย่อง Yong (Shan-Mae Hong Son) ; สลี Salee (au Nord)] sous lequel il connut l’Éveil ;
- et surtout le Sal (สาละ) [Shorea robusta (C.F. Gaertn) - famille des Dipterocarpaceae] sous lequel il s’éteignit.

Le Pipal tient toujours une place privilégiée dans tout lieu dédié au bouddhisme. Il est connu de tous sans jamais aucune confusion… Sa feuille est particulièrement remarquable…

La feuille du Pipal ne souffre d'aucune confusion possible…

L’arbre d’Ashoka quoique très répandu en Thaïlande est moins connu, surtout des étrangers… Quant au Sal il y est pratiquement totalement inconnu, même dans le Nord où le climat ne pourrait permettre la rencontre que quelques très rares spécimens… Donc un arbre très présent dans la tradition,  représenté sur les fresques des temples mais dans leur environnement toujours absent de leur flore sacrée…  Était-ce suffisant pour que naissent de graves confusions, notamment pour le Sal ? Quelle a été l'incidence de l'acclimatation tardive dans la région d'un bel et spectaculaire arbre ?… Arrivé du Sri Lanka ?

L'arbre d'Ashoka (ต้นอโศก), l'arbre sous lequel naquit le prince Siddhārtha Gautama… cet arbre tombé amoureux du dieu de l'Amour, Kâma…

Saraca indica [Linnaeus] - synonyme : Saraca asoca [L., 1767]
Famille : Caesalpiniaceae (ex Fabaceae ou Leguminosae)
Nom vernaculaire thaï (ชื่อสามัญ) : Ashoka
Appellations locales (ชื่อพื้นเมือง) : โสก Sok (Centre) ; โสกน้ำ Sok nam (Surat Thani) ; กาแปะห์ไอย์ Ka-pae-ai (Malay-Yala) ; ชุมแสงน้ำ Chum saeng nam (Yala) ; ตะโดลีเต๊าะ Ta-do-li-to (Malay-Pattani) ; ส้มสุก Som suk (North)

Une fouille à Lumbini sur le lieu présumé de naissance du prince Siddhārtha Gautama a récemment conduit…
à la découverte d’une structure de bois inconnue !

L'arbre d'Ashoka (ต้นอโศก) (Saraca indica [Linnaeus] ou Saraca asoca [(Roxb.) de Wilde 1968] - famille des Caesalpiniaceae ex-Fabaceae) est un arbre remarquable aux fleurs spectaculaires… Si la floraison principale est en saison sèche, d'avril à mai, l'arbre porte des fleurs toute l'année. C'est l'arbre sous lequel serait né le prince Siddhārtha Gautama, à Lumpini au VIe siècle avant J.-C. Un spécimen est généralement présent dans chaque temple bouddhiste, en Inde, au Sri Lanka, en Thaïlande et partout ailleurs… C'est aussi, pour les Hindouistes, l'arbre consacré à Kâma, le dieu de l'amour [cf. Kâmasûtra]. Des extraits de son écorce sont utilisés en gynécologie.

Signalons une découverte récente sur les lieux présumés de la naissance du prince Siddhārtha Gautama : les fouilles auraient révélé la présence d'un bois d'espèce inconnue !… Alors l'arbre d'Ashoka est-il bien l'arbre de la naissance du prince Siddhārtha Gautama ? Gageons que quelles que soient les découvertes archéologiques, la tradition l'emportera bien longtemps encore…

… Plus tard quand la reine Maya était en route pour la maison de son père afin de préparer la naissance, elle fit arrêter son chariot dans le jardin de Lumbini et s'appuya sur une branche d'arbre pour se reposer. À cet instant, tandis que les divinités brahmaniques faisaient pleuvoir des pétales de fleurs sur elle, Siddhartha sortit de son sein droit sans aucune aide. L'enfant marcha sept pas dans les quatre directions, et des fleurs de lotus surgirent là ou son pied touchait terre. Alors l'enfant déclara, "Je n'aurai plus de vie futures à endurer, ceci est ma dernière incarnation. Maintenant puisse je détruire et arracher les racines cause de la souffrance des renaissance successives." Sept jours plus tard la reine Maya mourut. Mahaprajapati, la sœur de maya s'occupa de Siddhartha. Le roi Shuddhodana, son père, évita à Siddhartha toutes les formes de souffrance. Quand siddhartha eu 20 ans, il épousa Yasodhara, la fille de l'un des ministres, et un an après ils eurent un fils nommé Rahula (ce qui signifie "entrave" ou "empêchement")…






L'arbre d'Ashoka (ต้นอโศก) est à présent proposé par les pépinièristes, tel Nana Garden, sous de nombreux cultivars :

Fleur de l'un des cultivars de l'arbre d'Ashoka (ต้นอโศก) proposé par Nana Garden

D'autres magnifiques cultivars sont présentés sur le site Magnolia Thailand


Mythe d'origine tamoule sur le dieu Kâma


Le Sal, l'arbre du Parinirvāṇa de Bouddha

Shorea robusta C.F.Gaertn
famille des Dipterocarpaceae
Nom vernaculaire thaï (ชื่อสามัญ) : สาละ Saa la (Bangkok)… l'arbre n'étant pas présent en Thaïlande, il ne connaît aucune appellation régionale. Sa zone de distribution s'étend principalement au Bhoutan, au centre et au nord-est de l'Inde, au Népal, au sud de la Chine (sud-est Xizang), en  savanes et forêts ouvertes jusqu'à une altitude de 800 m.


À Kusinara…
Alors le Béni du Ciel s'adressa au Vénérable Ananda, en disant : "Allons, Ananda, traversons de l'autre côté de la Hiraññavati, et allons au Bosquet de Salas des Mallas, aux environs de Kusinara."
"Qu'il en soit ainsi, Seigneur." … …
Et le Béni du Ciel, ainsi qu'une grande compagnie de bhikkhus, partit de l'autre côté de la Hiraññavati, au Bosquet de Salas des Mallas, aux environs de Kusinara. Et là il s'adressa au Vénérable Ananda, en disant :
"Je t'en prie,, Ananda, prépare moi une couche entre deux arbres sala jumeaux, avec la tête au nord. Je suis fatigué, Ananda, et je veux m'étendre."
"Qu'il en soit ainsi, Seigneur." Et le Vénérable Ananda fit comme le Béni du Ciel lui demandait de faire.
Alors le Béni du Ciel s'étendit sur son côté droit, dans la posture du lion, un pied posé sur l'autre, et ainsi disposé lui-même, attentif et en état de comprendre clairement.
À ce moment, des arbres sala jumeaux s'épanouirent les fleurs, quoique ce ne fut pas la saison de leur floraison. Et les fleurs plurent sur le corps du Tathâgata et tombèrent et s'éparpillèrent et saupoudrèrent leurs pétales jaune crème en vénération pour le Tathâgata… …
Et le Béni du Ciel s'adressa au Vénérable Ananda, en disant : "Ananda, les arbres sala jumeaux sont en pleine fleur, quoique ce ne soit pas la saison de leur floraison. Et les fleurs pleuvent sur le corps du Tathâgata et tombent et s'éparpillent et sont étalées sur lui en vénération pour le Tathâgata"… Extraits du Maha-parinibbāna Sutta - « Les Derniers Jours du Bouddha »

Sal (Shorea robusta)

Fleur du Sal (Shorea robusta)


Une espèce de Shorea, le Shorea roxburghii est toutefois très présente en Thaïlande…

Shorea roxburghii G.Don พะยอม synonyme : Shorea Floribunda Kuzz
Noms vernaculaires thaïs (ชื่อสามัญ) : พะยอม Phayom, สุกรม Su krom (Central); กะยอม Kayom (Chiang Mai); ขะยอม Kha-hom (Laos); ขะยอมดง Khayom dong, พะยอมดง Phayom dong (Northern); แคน Khaen (Loei); เชียง Chiang, เซี่ยว Siao (Karen-Chiang Mai); พะยอมทอง Phayom thong (Prachin Buri, Surat Thani); ยางหยวก Yang yuak (Nan)

Le Shorea roxburghii ou Phayom (พะยอม) est présent en Thaïlande


Sala Langkaa (ต้น สาละลังกา)… Un intrus dans les temples bouddhistes ?

"Macacarecuia" ou "Abricó de macaco"
Couroupita guianensis Aubl.
Noms vernaculaires thaïs (ชื่อสามัญ) : สาละลังกา Sala langkaa (Bangkok) ลูกปืนใหญ่ Luuk puen yai (Chon Buri)

Le Sala Langkaa (ต้น สาละลังกา)… comme son nom vernaculaire thaï le laisse entendre semble effectivement être arrivé du Sri Lanka… mais pas avec le bouddhisme theravāda ! Le Sala Langkaa est un arbre de la famille des Lecythidaceae… Une famille ne comprenant que des espèces endémiques des régions sub-tropicales à tropicales d'Amérique, de Madagascar, des Comores et d'Afrique de l'Est… Une espèce est surtout connue par le populaire "Macacarecuia" ou "Abricó de macaco" du Brésil… de son nom universel Couroupita guianensis… Comment donc un arbre brésilien est-il venu se mêler et se confondre avec les arbres indiens ? Eh bien, cette confusion semble émaner des bouddhistes du Sri Lanka. Les Cinghalais - comme la plupart des Thaïs - n'ont bien sûr jamais vu un arbre Sal (สาละ) car celui-ci ne pousse pas en climat tropical. Frustrés ? Ils sont cependant rapidement devenus familiers avec le "Macacarecuia", introduit au Sri Lanka par les Portugais. Le "Macacarecuia" n'offre pas seulement de belles et extravagante fleurs allant du blanc au rose jusqu'au mauve intense et au parfum irrésistible, mais aussi dans le cœur de la fleur se niche un petit nodule blanc crème évoquant un petit stupa. Il n'en fallait pas davantage pour que chez les Cinghalais naissent la légende du "Macacarecuia". Le Bouddha est mort entre deux Sal et ses restes ont été insérés dans un stupa : l'arbre "Macacarecuia" a un stupa dans sa fleur,  donc l'arbre "Macacarecuia" doit bien être l'arbre Sal. La présence anglaise au Sri Lanka a fait que le "Macacarecuia" des Portugais a perdu son magnifique nom chantant pour devenir le trivial acculturé "arbre aux boulets de canon"… "Elephant's balls tree", c'eût assurément été moins stupide… plongeant dans l'imaginaire animiste, honorant tout à la fois l'éléphant sacré du Sri Lanka et ses vertus… Continuons sagement à l'appeler, comme les Thaïs, Sala Langkaa (ต้น สาละลังกา)… ou de ses noms portugais "Macacarecuia" et "Abricó de macaco"… ou de son nom universel scientifique Couroupita guianensis…

Un grand et bel arbre, empreint de mystère, spectaculaire tant par son port que par ses grandes fleurs variant du rose au mauve intense… des fleurs hermaphrodites, larges souvent de plus de 10 cm, aux pétales charnus rouge-rose-mauve à fond jaunâtre magnifiant de longs épis aérés jaillissant à profusion au bout des branches mais principalement flanquant le tronc de leur enchevêtrement… des fleurs, le soir tombé, visitées par les chauve-souris pollinisatrices… des fleurs qui alors dégagent un parfum suave intense… des fleurs éphémères se renouvelant toute l'année et qui produiront des grappes d'énormes fruits ronds et denses pouvant peser de 6 à 8 kg après une maturation de huit à neuf mois…

… un tel arbre ne pouvait que connaître un immense succès auprès des bouddhistes… mais aussi chez les hindouistes. Car la fleur de cet arbre, en plus d'abriter un stupa, évoquerait aussi un Nâga… Très planté dans les temples en Inde, cet arbre est appelé l'arbre Nagalingam en tamoul. Il est considéré comme sacré par les hindous puisque sa fleur ressemblerait à un Shiva mukha lingam surmonté d'un Nâga. Ainsi, à présent un spécimen se rencontre, non seulement dans les temples shivaïtes mais aussi dans la plupart des temples bouddhistes du Laos, du Cambodge, de Thaïlande moins souvent, semble-t-il, en Birmanie ou au Vietnam… Et les Thaïs oubliant délibérément les origines lointaines sud-américaines de l'arbre l'ont adopté et baptisé : Sala Langka (ต้น สาละลังกา) !

Le wat Phra Non Jaksi Voraviharn, dans la province de Singburi, est allé jusqu'à décider que Sala Langka (ต้น สาละลังกา) est l'arbre sous lequel la reine Maya a donné naissance au prince Siddhārtha Gautama… L'anachronisme est un concept ignoré dans cette région du monde… … Et, en toute saison, chaque pèlerin pourra y acheter un jeune plan de l'arbre devenu sacré…

Wat Phra Non Jaksi Voraviharn, province de Singburi :
623 av. J.C., la reine Maya donne naissance au prince Siddhārtha Gautama
dans les jardins de Lumpini… sous un Sala "Langkaa" (ต้น สาละลังกา),
selon la mise en scène du Wat Phra Non Jaksi Voraviharn

Et alors le Sala langkaa, que Bouddha n’a manifestement jamais rencontré, est-il vraiment un intrus dans les temples bouddhistes ?

Il est vrai que le wat Phra Non Jaksi Voraviharn, dans la province de Singburi ose une présentation non conventionnelle de la naissance du prince Siddhārtha Gautama… Une présentation que l’on pourrait comprendre si on la cadre dans l’effort de promotion du Sala langkaa pratiqué par les œuvres de ce wat… De nombreux Sala langkaa sont plantés dans les environs et chaque pèlerin peut y acquérir de jeunes plants… Nulle part ailleurs nous n’avons rencontré la naissance du prince Siddhārtha Gautama ainsi associée au Sala langkaa…

C’est essentiellement avec le Sal du Parinirvāṇa qu’une confusion règne… Certains bouddhistes seraient peut-être frustrés de ne pas rencontrer le véritable Sal de la tradition chez eux ?… Mais en réalité la confusion, la vraie, la seule, ne règne que sur l'Internet où se répercutent en toute liverté erreurs et confusions… Copier-coller… Quant à la présence du Sala langkaa dans les lieux de culte bouddhiste, il est remarquable que celle-ci est généralement maîtrisée… Sauf l’exception mentionnée, et encore concernant la naissance et pas l’extinction du Bouddha, la Sala langkaa reste toujours en périphérie, près de l’enceinte de temple, voire à l’extérieur comme à Vientiane au wat Si Muang ou dans les jardins comme au wat Rong Khon de Chiang Raï…

Couroupita guianensis (famille des Lecythidaceae)
ou Sala Langkaa (ต้น สาละลังกา)

Wat Rong Khon (วัดร่องขุ่น) ou Temple Blanc à Chiang Raï (20 juillet 2555)
Couroupita guianensis (famille des Lecythidaceae)
ou Sala Langkaa (ต้น สาละลังกา)

Wat Klang Wiang (วัดกลางเวียง) à Chiang Raï (22 juillet 2555)

Fleur de Couroupita guianensis (famille des Lecythidaceae) ou Sala Langkaa (ดอกสาละลังกา)
Wat Phra Singh Woramahaviharn (วัดพระสิงห์วรมหาวิหาร) à Chiang Raï  (22 juillet 2555)


Couroupita guianensis (famille des Lecythidaceae)
ou Sala Langkaa (ต้น สาละลังกา)

Wat Si Muang, site du Pilier de la ville de Vientiane (1er janvier 2556)
Couroupita guianensis (famille des Lecythidaceae)
ou Sala Langkaa (ดอกสาละลังกา)

Vientiane, Wat Si Muang… 1er janvier, les fruits ont fait place aux très rares fleurs









































Monastère Kyaug Seindon Mibaya à Moulmein
- là où se réfugia la reine Seindon après la chute du roi Mindon -
Omniprésent au Laos et en Thaïlande, l'arbre reste très rare en Birmanie
(photo prise le 16 octobre 2013 à Moulmein)

Linh Sơn Viên : HV-22 : Hoa Sala tháng hai

Linh Sơn Viên : HV-21 : Hoa Sala – Loài hoa nơi cửa Phật

Merveilleuse Chiang-Maï : COUROUPITA GUIANENSIS AUBLET

Lecythidaceae : Couroupita guianensis

Couroupita guianensis

Un site permettant de trouver les correspondances scientifiques  avec les noms vernaculaires en thaï :
http://village.haii.or.th/botanical/index.php


Une liste de vidéos : Popular Couroupita guianensis vidéos




L'arbre ashoka (Saraca indica ou - synonyme - Saraca asoca)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Arbre_ashoka
http://en.wikipedia.org/wiki/Saraca_asoca


L’arbre minéralisé qui redéfinit la date de naissance du bouddha

Plantes et botanique - Dipterocarpaceae : Shorea roxburghii


À l'exemple de la Thaïlande, le Sri Lanka protège ses arbres par ordination bouddhiste…
















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire