Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

lundi 30 décembre 2013

Entrons en résonance contre "le rapport de la honte" pour la "refondation de la politique d'intégration"

Entrons en résonance !!! Rien ne doit être négligé de toutes les contributions qui permettront d'abattre ce gouvernement, et avec lui enfin les institutions actuelles et tout un régime…

"Minurne Résistance, d'abord la France" a établi un dossier complet concernant "le rapport de la honte" pour la "refondation de la politique d'intégration"… Un dossier à lire attentivement, méditer et diffuser largement par courriels et sur tous les blogs… Et dans l'hypothèse ou par malheur ce nouveau forfait viendrait malgré tout à être perpétré contre la France, que ce dossier serve un jour à juger les traîtres qui l'auront fomenté !

Le projet éventé ayant fait scandale et provoqué un sain rejet populaire, Flanby et ses séides se sont péniblement justifiés en précisant que "ce n'était qu'un rapport, et pas la position du gouvernement"… Le hic est que "Minurne Résistance, d'abord la France" a obtenu copie d'un courrier du 5 août 2013, cosigné de Manuel Valls [encore lui !], ministre de l'Intérieur et de Marylise Lebranchu. Ce courrier explique clairement que "les 5 relevés de conclusions des groupes serviront de base au document de stratégie gouvernementale qui sera rendu public par le Premier ministtre à l'automne". Ci-après, diffusé par "Minurne Résistance, d'abord la France", un extrait sans ambiguïté de ce courrier :



Ainsi donc, sans même savoir ce que seraient les conclusions de ce "rapport" (mais tout de même avec une petite idée compte tenu de la constitution des groupes), le ministre de l'Intérieur notait que ce travail allait servir de base à la "stratégie gouvernementale" sur l'intégration.

Un des principes fondamentaux de la rhétorique est qu'on ne peut pas dire une chose et son contraire :

- Soit l'exécutif ment effrontément à l'automne en prétendant qu'il ne s'agissait "que d'un rapport" (sous-entendu, voué à pourrir au fond d'un tiroir, comme la plupart des rapports que les énarques affectionnent de commander à leurs copains) ;

- Soit l'exécutif mentait par flagornerie en août, faisant croire aux membres des commissions que leur travail allait servir à établir la stratégie gouvernementale !

Voici ce qu'en pense Valeurs Actuelles, un des rares magazines à employer encore de vrais journalistes d'investigation :
Devant la polémique suscitée par les rapports sur la politique d’intégration (révélés en exclusivité par Valeurs actuelles dès le 5 décembre), François Hollande a botté en touche, affirmant que ces propositions ne reflétaient « pas du tout la position du gouvernement ». « Oubliant » de préciser que ce travail a été mené sous la tutelle de plusieurs ministères, qu’une des lettres de mission a été signée, le 5 août dernier, par Manuel Valls et Marylise Lebranchu (document ci-dessus), et que Jean-Marc Ayrault lui-même avait confirmé sa « volonté de construire une nouvelle approche de la politique d’intégration en conformité avec les préconisations du rapport Tuot ».
Un rapide survol des personnalités ayant travaillé à ces rapports ou ayant été auditionnées permet d’ailleurs d’écarter définitivement la piste de « l’accident » : de Jacqueline Costa-Lascoux, ex-présidente de la Ligue de l’enseignement, qui fut de tous les combats pour la laïcité, à Salah Amokrane, coordonnateur de l’association Tackticollectif et fondateur du parti de gauche Motivé-e-s, en passant par Jamel Oubechou, président de l’Institut des cultures d’islam, ou Bruno Laforesterie, président de l’association Hjp-Hop Citoyens et ancien conseiller de Hollande, tous, ou presque, sont issus des milieux associatif, universitaire, droit-de-l’homrniste, culturel…
La duplicité et le mensonge du chef de l'État, du chef de Gouvernement et du ministre de l'Intérieur viennent ainsi d'être mises en évidence par cette pièce accablante à joindre à ce dossier à charge, en attendant une éventuelle mise en accusation devant la Haute Cour.




MINURNE RÉSISTANCE APPELLE TOUS LES PATRIOTES À DONNER LA PLUS LARGE AUDIENCE À CE DOCUMENT, EN LE DIFFUSANT PAR TOUS LES MOYENS ET TOUTES LES VOIES POSSIBLES, AFIN QUE LE PEUPLE DE FRANCE GARDE UNE TRACE OFFICIELLE ET INALTÉRABLE DU FORFAIT QUE LE GOUVERNEMENT AYRAULT A TENTÉ DE PERPÉTRER EN 2013 CONTRE LES INTÉRÊTS SUPÉRIEURS DE LA PATRIE.
C'est un vrai tsunami médiatique qui s'est abattu sur le gouvernement Ayrault suite à ce que nous avons nommé ici le "Rapport de la Honte" traitant d'une "nouvelle politique d'intégration".

Face à cette avalanche de critiques, le pauvre Ayrault, réprimandé par un Hollande (excédé, dit-on) a dû faire marche arrière et banaliser un rapport qu'il encensait encore 48 heures plus tôt jusqu'à le mettre en ligne sur le site web de Matignon.

Un rapport qu'il avait tout de même commandé en grandes pompes quelques mois plus tôt…

Comme à l'accoutumée, le gouvernement tente de calmer le jeu, s'efforçant d'étouffer à qui mieux-mieux la colère justifiée d'un peuple à bout de nerfs et lançant ses "godillots" à la rescousse. Il suffisait d'écouter dimanche soir sur la station Europe 1 Hervé Le Bras, faux-jeton, faux-démographe (bien connu pour nier sous couvert d'un discours prétendument scientifique tout ce qui évoque l'islamisation de la France), tenter de rassurer les auditeurs avec des arguments débiles et pitoyables, face à son interlocuteur du Figaro particulièrement remonté.

Ne nous y trompons pas. Sous ses oripeaux grand-guignolesques, ce nouveau "couac" gouvernemental pourrait bien devenir une véritable affaire d'État.

Car il s'agit bien, à y regarder de plus près, d'une tentative consciente, planifiée et concertée de saper définitivement ce qui reste de l'identité française.

Avec l'aide de nos amis patriotes, et notamment de l'Alliance pour la Souveraineté de la France en la personne de son secrétaire général Bernard Chalumeau, nous avons reconstitué la genèse de cette scandaleuse affaire.

C'est donc un véritable dossier à charge que nous constituons aujourd'hui, avec comme premier objectif d'empêcher, par la vigilance populaire, cette nouvelle tentative criminelle de destruction de la France.

Nous ne connaissons que trop bien la stratégie perverse des socialistes : on lance un grossier ballon d'essai, on fait semblant de reculer face à un éventuel rejet populaire (s'il a lieu), et on avance ensuite à pas feutrés pour faire passer le projet à dose homéopathique, de sorte que le bon peuple a - in fine - le sentiment d'avoir évité le pire…

Et dans l'hypothèse ou par malheur ce nouveau forfait viendrait malgré tout à être perpétré contre la France, ce dossier servira un jour à juger les traîtres qui l'auront fomenté.

Marc Le Stahler




RAPPORT SUR LA REFONDATION DE LA POLITIQUE D'INTÉGRATION
- EXPOSÉ DES FAITS

1 - LE COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE MATIGNON

Le 11 juillet 2013, le Pôle "Stratégie, Médias et Communication" du gouvernement publie le communiqué de presse suivant par lequel il annonce le "lancement de groupes de travail" pour la "refondation de la politique d'intégration".

5 groupes sont ainsi constitués :

- "Connaissance / Reconnaissance" :  culture, histoire, mémoire ;
- "Faire Société Commune" (sic) : citoyenneté, services publics, dialogue avec la société civile ;
- "Mobilité Sociale" :  éducation, emploi, formation ;
- "Habitat"  : segrégations urbaines, ruralité, mobilité géographique ;
- "Protection Sociale" : prévention, accès aux droits, personnes âgées.


Ces 5 groupes sont respectivement présidés par Murielle Mafessolli, Ahmed Boubeker, Chantal Talland et Khalid Hamdani.

Le communiqué de presse original est accessible en cliquant sur le lien ci-dessous :

COMMUNIQUE DE PRESSE.pdf

Cette décision faisait suite au "Rapport au Premier ministre sur la refondation des politiques d'intégration", remis par Thierry Tuot au Premier ministre le 1er février 2013.

Ce rapport initial original est accessible en cliquant sur le lien ci-dessous :

RAPPORT REFONDATION DES POLITIQUES D'INTEGRATION 1/2/13.pdf

2 - LA LISTE COMPLÈTE DES MEMBRES DES 5 GROUPES

La liste complète des membres des 5 groupes est accessible en cliquant sur le lien ci-dessous :

LISTE DES MEMBRES.pdf

Ces 5 groupes représentent 104 membres, auxquels s'ajoutent les 5 présidents et 5 vice-présidents, soit 114 personnes en tout.

3 - LA LETTRE DE MISSION DU PREMIER MINISTRE

Le 31 juillet, le Premier ministre adresse un courrier aux présidents de groupes, indiquant plus clairement l'esprit du travail demandé et fixant les objectifs.

Vous trouverez le courrier adressé à M. Khalid Hamdani en cliquant sur le lien ci-dessous :

LETTRE DE MISSION.pdf

4 - LE RAPPORT

Le rapport complet est constitué des 5 rapports de groupes.

Les 5 rapports de groupes sont consultables en cliquant sur chacun des liens suivants :

- RAPPORT CONNAISSANCE RECONNAISSANCE.pdf 

- RAPPORT FAIRE SOCIETE COMMUNE.pdf

- RAPPORT MOBILITES SOCIALES.pdf

- RAPPORT INTEGRATION HABITAT.pdf

- RAPPORT PROTECTION SOCIALE.pdf


5 - LES PREMIÈRES RÉACTIONS DES MÉDIAS

Nous avons déjà publié il y a quelques jours une synthèse rapide de ce RAPPORT DE LA HONTE.

Nous joignons à ce dossier les commentaires de 2 médias, TF1 et Arte, tels que présentés le 13 décembre sur Internet, consultables en cliquant sur le lien ci-dessous :

REACTION DES MEDIAS.doc

Par ailleurs, dans un post publié par l'Express.fr, l'essayiste Malika Sorel déclare regretter que le gouvernement Ayrault ne se soit pas immédiatement désolidarisé de ce rapport, qui "part du principe que la France est coupable et raciste".

Cet article de l'Express.fr est consultable en cliquant sur le lien ci-dessous :

L'EXPRESS / MALIKA SOREL




COMMUNIQUÉ DE BERNARD CHALUMEAU

ALLIANCE POUR LA SOUVERAINETÉ DE LA FRANCE

Le rapport qui veut réintroduire le voile à l’école ne fait qu’obéir aux directives de Bruxelles !

Le premier ministre s’est à juste titre, mais tardivement, désolidarisé du rapport sur la refondation de la politique d’intégration de la France. Mais a-t-il conscience que ce rapport n’est que la mise en œuvre d’un certain nombre de directives européennes ?

Ce texte se situe dans le droit fil du traité de Lisbonne et du « Plan national d’action contre le racisme et l’antisémitisme 2012-2014 du 15 févrie 2012 » émis sous le mandat de Nicolas Sarkozy.

En y regardant bien, force est de constater que c’est à l’application de dispositions issues de l’Union européenne que se plient les propositions de ce rapport telles que :

- le port du voile, la valorisation de la langue arabe des langues africaines dans nos écoles ;

- la censure des médias de tout ce qui concerne la nationalité, l’origine, l’appartenance ethnique, la couleur de peau, la religion la culture « sauf si cette information est reconnue pertinente » ;

- l’ouverture des droits aux prestations sociales à tous les enfants quels que soient leur condition d’arrivée en France, leur pays d’origine et la situation de leurs parents au regard du droit de séjour en France ;

- le renforcement de l’arsenal répressif attribué à la HALDE par la création de la « Cour des comptes de l’Égalité ».

À savoir, notamment :

- aux articles 2 et 6 du Traité sur l’Union Européenne (Traité de Lisbonne) ;

- à l’article 10 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (Traité de Lisbonne) ;

- à l’article 21 de la Charte des droits fondamentaux (Traité de Lisbonne) ;

- à la déclaration 86/C 158/01 du Conseil et du Parlement européen ;

- à la directive européenne N° 2000/43 nous apportant la HALDE ;

- à la décision cadre européenne N° 2008/913/JAI ;

- au règlement du Conseil européen N° 167/2007 ;

- au Protocole additionnel du Conseil de l’Europe du 28 janvier 2003.

Se conformant au dogme du cosmopolitisme mondialiste prévalant dans ce traité, ces propositions conduiraient, si par malheur elles étaient appliquées, à des affrontements permanents entre communautés, tant l’Histoire à démontré qu’une société multiculturelle est multi conflictuelle.

Aux propositions d’intégration et « d’inclusion » du rapport, c'est-à-dire de juxtaposition, c’est une vaste politique d’assimilation qu’il y a lieu d’instituer dans notre pays.

Soucieuse de sauvegarder la paix civile et de préserver l’unité nationale, l’Alliance pour la Souveraineté de la France invite les Françaises et les Français à prendre connaissance des textes du rapport joints et de redoubler de vigilance afin que nul n’introduise jamais de telles dispositions belligènes sur le territoire de la République.

C’est pourquoi elle demande la dénonciation du traité de Lisbonne. Cette dénonciation, comme chacun peut le constater aujourd’hui, est indispensable, mais aussi parfaitement légitime, puisque les Français ont massivement rejeté ce texte dans sa forme antérieure intitulé alors « Traité établissant une constitution pour l’Europe ».

Bernard Chalumeau
Secrétaire Général
Alliance pour la Souveraineté de la France


Un article remarquable, écrit par un chercheur malheureusement trop discret : Alexandre Gerbi

Réponse et réflexions au sujet du rapport contesté sur l’intégration



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire