Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

jeudi 9 mai 2013

Les Oranais fidèles au pèlerinage d'action de grâce auprès de Notre Dame de Santa-Cruz… depuis 1849…


En 1849, une terrible épidémie de choléra s’abattit sur Oran et toute la province. Tous les hôpitaux, et bientôt les cimetières, manquaient de places. Depuis trois mois, l’atmosphère était brûlante avec d’épais brouillards. La médecine était impuissante et seule une pluie providentielle pouvait purifier l’air.

Les autorités civiles, militaires et religieuses se réunirent pour chercher comment endiguer le fléau. Devant l’impuissance de l’assemblée, le Général Aimable Pélissier, duc de Malakoff, interpella rudement le représentant de l’Évêque d’Oran, le Vicaire général Suchet : « Et alors, Monsieur l’Abbé, vous dormez ? Ne sauriez-vous plus votre métier ? Faites des processions ! ». Et dans le silence, le Général tempêta : « Placez-donc la Vierge là-haut, sur cette montagne, Elle se chargera de jeter le choléra à la mer ».

Le Fort de Santa Cruz, bâti entre 1577 et 1604 par nos ancêtres espagnol…

La procession fut fixée au dimanche 4 novembre 1849, c’était toujours la sécheresse et rien ne laissait présager la pluie. Dès le matin, la foule se rassemble près de l’église Saint-Louis. Précédée par le Général Pélissier, et son état-major, par les autorités civiles et le Clergé en surplis et suivie par tous les habitants, la statue de la Vierge s’engage sur le sentier conduisant au sommet de la montagne dominée par le vieux fort espagnol. « Notre-Dame du Salut, priez pour nous ! » : la foule, un moment arrêtée à mi-pente pour souffler, reprend sa progression un peu désespérée et, soudain, arrive la pluie qui dura plusieurs jours. Dès le 9 novembre 1849, l’éditorial de l’Écho d’Oran annonce que, grâce à Dieu, le terrible fléau avait presque entièrement disparu.

La Sainte Vierge de Santa Cruz domine Oran depuis le miracle de novembre 1849

Le 28 novembre l'Écho d'Oran annonce une souscription pour ériger sur la montagne un monument commémoratif en l’Honneur de Notre-Dame du Salut. La première chapelle, dont la voûte s’était effondrée, fut reconstruite et, en 1873, fut érigée au sommet du clocher une statue monumentale de la Très Sainte Vierge.

En 1942, en présence de Monseigneur Jean Mérens et du Chanoine Combe, Monseigneur Léon Durand donna le premier coup de pioche de la nouvelle Basilique de Santa Cruz, remplaçant la chapelle ancienne de dimensions restreintes, et elle sera bénie solennellement le 3 mai 1959.


Le Fort de Santa Cruz vu depuis la Basilique bénie solennellement le 3 mai 1959

Aujourd'hui encore, les photos les plus significatives d'Oran sont celles d'une cité sous la protection de Notre Dame de Santa Cruz, patronne de la ville. Le jour de l'Ascension, chaque année, Oranais et Oraniens répèteront par les sentiers de montagne le pèlerinage, "Le Pèlerinage"… Nombreux sont ceux qui faisaient vœu de grimper les sentiers rocailleux sur les genoux en implorant une grâce, particulièrement dans les moments les plus difficiles et les guerres. Familles unies dans cette ascension, enfants heureux de cette escapade, rires, plaisanteries, recueillement lors de la messe épiscopale au sommet, avant les inévitables pâtés de frita et la traditionnelle mouna… Des souvenirs que tout Oranais gardera toujours dans son cœur, parmi les plus vivaces de ces années de bonheur vécues dans la simplicité d'une foi ancestrale…

Notre Dame de Santa Cruz a eu l'immense bonté de suivre tout naturellement les Oranais dans leur exil… C'est près de Nîmes, à Courbessac, qu'elle a trouvé refuge dans une grotte devenue chapelle… Courbessac, un village gardois où la Vierge Marie a bien voulu placer sous sa protection de nombreuses familles musulmanes, des familles paisibles bien de chez nous… C'est désormais aux environs de Nîmes que chaque année toujours plus nombreux Oranais et Oraniens se retrouvent pour une action de grâce, prier… et aussi goûter aux saveurs du pays perdu… Nombre d'ex-voto tapissent la grotte en remerciement des faveurs et miracles de Notre Sainte Vierge… Des plaques aussi dédiées aux héros et martyrs d'une lutte désespérée contre l'abandon de notre Terre…







La seconde chapelle de Santa Cruz, érigée en 1873

Seigneur, rien n’est hasard et en mettant la main sur le livre qui nous parle d’Oran, comme une fleur couronnée d’épines, j’ai voulu respirer encore une fois le parfum de mon pays, mon enfance, mon adolescence, ma vie de femme. J’ai très mal et ce souvenir ne s’est jamais effacé de mon esprit et, tel un parfum envoûtant, plus je le respire et plus je défaille. Et plus je défaille et plus je rêve que je suis encore dans ma ville natale avec tous les miens enterrés là-bas, mon père et mes grands-parents.

Là-bas où je revois ma Vierge de Santa Cruz, où chaque 15 Août je montais avec mon cher papa les douze stations pieds-nus en priant et en chantant. On accomplissait ainsi nos promesses :

« Ô Mère de Dieu et des hommes, Tu n’as jamais déçu Tes enfants d’Oranie et même ceux qui ont demandé Ton aide pour une peine, une maladie, un désespoir. Tu as su leur redonner Courage. Comme une Mère unique, Tu nous a choyés et notre départ fut plus qu’une mort : on T‘abandonnait, même si Tu nous as suivis à Nîmes et nous n’avons plus retrouvé la Chapelle bénie de Notre-dame de Santa Cruz, Protectrice de notre ville tant aimée et de ses enfants, Tes petits Oranais devenus pieds-noirs en France. »

Seigneur, le cœur gros, je Te demande pourquoi, comme une fumée d’opium, je continue à me plonger dans ce souvenir qui m’écorche le cœur et que puis-je y trouver ? Je cherche en vain à l’oublier. Tout ce que je ressens, loin de me consoler, ravive en moi ce désir de retrouver ce que j’ai perdu. Et je m’adresse à la Vierge de mon pays :

Pourquoi les personnes qui ont vécu en ce temps savaient comprendre nos frères souffrants ? Pourquoi étions-nous mieux écoutés ? Nous vivions tous unis et on pratiquait la charité. Et puis tout à coup, tout s’est envolé en fumée. Alors, Vierge MARIE, où es-Tu , Toi qui a sauvé mon pays de cette peste. Les hommes Te vénéraient ! Où es-Tu ?

Aujourd’hui, les hommes s’entretuent sans appeler Ton Fils Bien-Aimé et sans T’appeler, Toi, Sa Mère si bonne. Que fais-Tu, ma Mère réponds-moi pour l’Amour de la Sainte Croix de JÉSUS, le Christ, Ton Fils et Notre Sauveur.


Chanoine Mathieu : « La Vierge de l’Oranie au XIX siècle : Histoire du pèlerinage de Notre-Dame du Salut à Santa Cruz », Oran, 1900

Santa Cruz… l'Ascension des Oranais

Nostalgie : escale à Oran 1952 - 1957… Oran et l'Oranie par JC Pillon 1957-1960…

Église à Marseille (n° 6 - juin 2011) : Jean-Paul II et Notre Dame de la Garde
"Jean Mérens, prêtre de Marseille de 57 ans [né en 1890 donc 57 ans en 1947, lors de la visite de Karol Wojtyla à Marseille ; Jean Mérens a été choisi comme vicaire général du diocèse d'Oran en 1933], était parti en 1920 en Algérie avec Mgr Léon Durand, lui-même prêtre marseillais devenu évêque d’Oran ; revenu à Marseille après la mort de cet évêque, il sera recteur de Notre-Dame de la Garde de 1953 jusqu’à sa mort en 1961."



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire