Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

samedi 5 novembre 2011

"Piss Christ" inspire Roméo Castellucci : après le blasphème urophile, la scatophilie…


« Vous n'avez qu'à jeter de la merde sur les spectateurs et leur dire que c'est de l'art.

Je pense qu'ils comprendront le message ! »



Le jeudi 20 octobre avait lieu au Théâtre de la ville, la première représentation à Paris de la pièce « Sur le concept du visage du fils de Dieu ». L’auteur de la pièce, le scatophile exhibitionniste Roméo Castellucci, y met en scène un vieillard déféquant sur scène et son fils venant le nettoyer, avec pour arrière-plan le portrait du Christ. Les excréments récoltés par le fils étant destinés à être lancés par des enfants sur le portrait du Christ à la fin de la pièce.

La haine antichrétienne se montre là sous son aspect le plus primaire, le plus immonde, le plus imbécile tout comme avec l'affaire d'urophilie du « Piss Christ » à Avignon où cette fois-là, il était question de représenter le Christ dans de l’urine.

Pour le scatophile Roméo Castellucci, évidemment déjà présent festival d’Avignon, il ne s’agit pas d’une œuvre christianophobe mais « d’une pièce faisant appel à l’intelligence et la sensibilité de chacun des spectateurs. À la fin du spectacle, un voile noir d’excréments coule sur le portrait du fils de Dieu : Dieu se retire dans le brouillard du fond de la scène, depuis lequel il avait fait son apparition ».

L'exhibitionniste scatophile aurait-il osé s'en prendre de la même façon au judaïsme, voire à l'islam pourtant bouc émissaire de démagogues de tout bord ? Certainement pas. Dès septembre, les recours légaux avaient été utilisés pour faire interdire ce spectacle aussi scandaleux que nauséabond... Sans succès. En France, nation façonnée par le Christianisme, il est toléré de s'en prendre à cette religion par tous les expédients possibles ; c'est même encouragé par les autorités, puisque le spectacle en question a bénéficié de subventions publiques...

Mais la réaction s'est organisée.

Les militants du Renouveau français ont eu l'honneur d'inaugurer la chaîne de protestation contre ces blasphèmes !

C'est ainsi que les spectateurs benêts outrés (et plus encore les responsables du théâtre) ont eu la mauvaise surprise de voir leur représentation interrompue durant plus d’une demi heure.

Face aux 400 bobos venus se délecter de fantasmes scatologiques, les militants du Renouveau français sont montés sur la scène aux cris de « Christianohobie, ça suffit ! »

Avec ce slogan, parfaitement visible sur la banderole qui fut déployée, tous devraient avoir saisi la raison de cette action du Renouveau français, mais surtout, avoir compris que les défenseurs de la Chrétienté ne tolèreront désormais plus que l'on s'en prenne ainsi à la religion, colonne vertébrale de notre civilisation.

Après une dizaine de minutes plutôt animées, les militants du Renouveau français ont entamé le chapelet d'abord face aux spectateurs en guise de réponse à leurs insultes, puis face à la sainte image du Christ, désarçonnant ainsi la sécurité des lieux, avant d'être finalement délogés par la police.

Ils s'en sont tirés avec près de vingt-quatre heures de garde-à-vue : une répression ahurissante et scandaleuse alors qu'aucune violence n'avait été commise.

Le Comité directeur du Renouveau français a félicité la dizaine de jeunes militants qui se sont illustrés ce jeudi 20 octobre, convaincu qu'ils feront des émules, au service de la dignité, de notre civilisation et de la chrétienté.

Il invite les Français las du climat actuel à le rejoindre, ou du moins le soutenir, et à travers lui soutenir les jeunes Français qui ont sauvé l'honneur ce jeudi 20 octobre.

*
*   *


La pièce « Sur le concept du visage du fils de Dieu », dans laquelle le géniaaaal scatophile exhibitionniste Roméo Castellucci n’a rien trouvé de mieux pour exhiber son fantasme que de faire jeter des excréments à la tête de Jésus, s’est réfugiée au Théâtre Cent Quatre (104 rue d’Aubervilliers) dans le XIXe arrondissement de Paris, après avoir été dûment chassée du Théâtre de la Ville.
Si les catholiques se sont cette fois-ci mobilisés, et avec quel succès, il est à souligner qu’ils ont été rejoints par des musulmans lors de la manifestation de samedi dernier 29 octobre. Si c’est bien normal, c'est surtout très réconfortant car si Jésus est le fils de Dieu pour les chrétiens, il est également l’un des principaux prophètes de l’Islam, qui annonce son prochain retour afin de tuer l’antéchrist.



*
*   *


La messe scatophile « Sur le concept du visage du fils de Dieu » de Roméo Castellucci s’en va à Rennes du 10 au 12 novembre…
« Une pièce devant laquelle le Tout-Paris cultureux se pâme. Très audacieuse, si si si, elle consiste essentiellement à tout tartiner de merde, y compris un portrait du Christ. »
Catherine Ségurane, Agoravox



Mgr Centène évêque de Vannes qui a apporté son soutien aux manifestants parisiens, dans une lettre adressée à François de Penfentenyo, président de l’institut Civitas et publiée par le Salon beige, écrit :
« Comme vous le faites justement remarquer, les manifestations prétendument culturelles et artistiques attaquant le Christ et son Église sont en hausse constante. À l’heure où, en de nombreux pays, les chrétiens subissent, au seul motif de leur foi, de multiples vexations quand leur vie n’est pas tout simplement mise en péril, il me semble effectivement nécessaire de réagir avec fermeté… Alors que nos frères, en de nombreux endroits, font face avec courage et détermination pour maintenir le trésor de la foi malgré le danger, je ne peux que soutenir toute action visant à défendre, avec charité et fermeté, l’honneur du Christ et de l’Église.…»

« … Je félicite et j’encourage tous ceux qui, en cohérence avec leur foi, n’hésitent pas à agir publiquement, et qui, bien que n’usant pas de violence, aussi bien verbale que physique, sont emmenés par les forces de police et placés en garde à vue, alors qu’ils manifestent, en toute justice, leur désapprobation face à des spectacles dont l’ignominie dépasse l’entendement même. »
À l’appel de plusieurs mouvements catholiques une manifestation est prévue le 10 novembre à 18 h 30 devant le théâtre national de Bretagne. Absente la plupart du temps dans les quartiers dangereux de Rennes, par euphémisme dits « sensibles », la police sera bien au rendez-vous…
« Un service d’ordre extrêmement puissant sera présent à l’extérieur du Théâtre national de Bretagne, rue Saint-Hélier, afin d’éviter tout contact entre manifestants et spectateurs. Des policiers, il y en aura aussi dans la salle. Au moindre dérapage, les fauteurs de trouble seront interpellés, des poursuites seront engagées »,
La République laïcicarde sioniste franc-maçonne est bien gardée… De l'anticléricalisme, on est bien passé à la phase christianophobe… sœur jumelle de l'islamophobie.




Principaux sites de références : Agora Vox, Le Salon Beige, La Porte Latine, Gloria TV, France Jeunes Civitas

1 commentaire: