Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

samedi 18 juin 2011

Rappel (partiel) des crimes de De Gaulle envers ceux qui servent la France


Pour l'honneur... avec les harkis : De 1958 à nos jours  par François Meyeret Benoît de Sagazan


En cette sombre journée de l'imposture ayons une attention particulière pour ceux qui indéfectiblement ont servi la France, nos Harkis encore et toujours si injustement traités… Témoignages poignants… Écoutez !!!

Le 15 septembre 2010, une manifestation des Harkis, devant l'Assemblée nationale, a rappelé à la classe politique et aux médias, tous confondus, que Nicolas Sarkozy, abjurant promesses et parole données aux Harkis avant son élection à la présidentielle de 2007, oubliait à présent  la violation criminelle des dits accords d'Évian et d'un prétendu cessez-le-feu des 18 et 19 mars 1962… Qu'il niait effrontément la réalité des crimes de guerre, crimes contre l'humanité, du génocide dont 150 000 Harkis et leurs familles ont été les victimes, abominablement torturés et mutilés puis égorgés par le FLN.

Négationnisme et révisionnisme de crimes  totalement imputables  à De Gaulle… et à ses séides Joxe, Mesmer…  sinistre et criminelle époque.

Les Harkis se souviendront que, tout seul contre De Gaulle ce raciste haineux, Georges Pompidou a su sauver de la mort, tortures, mutilations des dizaines de milliers de Harkis.  Des dizaines de milliers de Harkis que l'infâme criminel compulsif De Gaulle abandonnait délibérément aux égorgeurs du FLN pour du pétrole, du gaz, des essais nucléaires au Sahara.

De Gaulle, criminel de guerre. Indéniable.  Mais pourquoi donc le pouvoir actuel persiste-t-il dans sa complicité envers un tel criminel ?















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire