Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

mardi 29 mars 2016

Damas : se recueillir en la Grande Mosquée des Omeyyades





Jupiter, la divinité suprême des Romains, veille sur Damas. Aux alentours et plus spécialement à l’ouest de la Grande Mosquée des Omeyyades, s’éparpillent plusieurs colonnes corinthiennes, surmontées de quelques arcs, symbole de l’art architectural gréco-romain, vestiges d’un temple qui fut autrefois l’un des principaux sanctuaires de l’ère antique voués au culte de Jupiter.
Deux colonnes géantes donnent le ton à l’approche des ultimes pas de souk el-Hamidyieh. Commencé au 3ème siècle après J.-C. par l’empereur romain Septime Sévère, adepte des cultes orientaux et farouche opposant à la chrétienté, et terminé par son fils et successeur Caracalla (mort assassiné en Syrie), le sanctuaire de Jupiter Damascène tel qu’il était appelé, fut bâti sur l’emplacement de l’ancien temple de Hadad, dieu syro-araméen, « maître des de l’éclair et de la tempête », lui-même construit au 9ème siècle avant J.-C. Conçu selon les cultes syriens, sur une enceinte de 385 m de long et 305 m de large, percée de quatre portes monumentales dont ont peut encore admirer les ruines, et au centre de laquelle reposait une statue de Jupiter.
Seulement voilà, une fois l’empire romain converti au catholicisme par son empereur Théodose 1er, ce dernier fit remplacer en 379 après J.-C. le temple et la statue de Jupiter par une basilique consacrée à saint Jean-Baptiste, mort et enterré à Damas sur ce site. Saint Jean-Baptiste étant reconnu par les musulmans comme le prophète Yahya, sa tombe sera transformée en mausolée au sein même de l’immense salle de prière de la Grande Mosquée, qui n’a pas tardé à se substituer à la Basilique Saint-Jean-Baptiste. Le mausolée n'abrite plus aujourd'hui que les reliques de la tête de Saint Jean-Baptiste.
Jamais un sol n’a vu tant de bâtiments sacrés s’y succéder !











C'est toujours avec une intense émotion que le voyageur franchira le seuil de cette Grande Mosquée des Omeyyades… Que ce soit pour la première fois et sans doute encore plus intensément lorsque immanquablement, il y reviendra lors de tout séjour à Damas… Comment, quelle que soit la foi de chacun, ne pas être saisi par la paix et la sainteté du lieu ? Comment ici plus que partout ailleurs ne pas être pénétré par l'immense tolérance et cohabitation des religions en Syrie ? Le catholique fervent s'y sentira autant à l'aise que le musulman. À tout moment de la journée, aux heures de prière comme lors d'un prêche, le non musulman évoluera librement en ce lieu… Pour se recueillir auprès du reliquaire de Saint Jean Baptiste ou assis en méditation en toute autre place… Dans cette communion face au transcendant, seul s'imposera à lui le respect des autres fidèles… Un bonheur rare auquel celui qui y a goûté ne peut qu'inviter les futurs voyageurs… Le bonheur auquel en fait le voyageur goûtera partout ailleurs en Syrie, peut-être ici un peu plus intense…





Le reliquaire de Saint Jean-Baptiste


Le minbar de la mosquée




















*   *    *






Les cités Araméennes : Damas


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire