Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

mercredi 12 août 2015

Réception par le ministre du Tourisme, Damas le 12 août 2015


Au terme d'un voyage, du 6 août au 12 août, contre un embargo criminel et en solidarité avec le peuple de Syrie, encore un nouveau groupe de Français conduit par Rima Khlifaoui a été reçu par le ministre du Tourisme du gouvernement du président Bachar el-Assad, monsieur Bachir Riad Yazji...



Un long entretien de plus d'une heure et demie... Le ministre a d'abord exposé avec sérénité la mission et les finalités de son département dans le contexte d'agression étrangère que nous connaissons et déplorons tous avant d'écouter attentivement et de répondre clairement aux questions, inquiétudes et vœux de chacun des membres du groupe... Entretien chaleureux d'où chacun est ressorti gagné par l'espoir autant que l'est monsieur Bachir Riad Yazji dans la foi au succès de sa mission...

Le ministre s'est montré sensible à l'amour qu'osent encore porter à la Syrie de nombreux Français, malgré le terrorisme de l'information véhiculé sans vergogne par les médias officiels de l'Ouest... Un terrorisme de l'information indéniablement complice des takfiris... qui ont à présent franchi un seuil au-delà du terrorisme pour atteindre celui des crimes contre l'Humanité, dont eux-mêmes et leurs complices devront un jour rendre compte.

Malgré ce terrorisme takfiri et ses crimes voulus et soutenus de l'extérieur, la Syrie a su faire face et contenir l'agression tant par l'amour que le peuple porte de tout cœur à son président Bachar el-Assad que par l'indissociable cohésion de cette mosaïque culturelle immémorable qui soude le peuple courageux et digne de Syrie.

Malgré tout, le terrorisme a atteint tout ce qui est bon en Syrie, sa nature autant que ses monuments historiques, et malheureusement aussi le moral, les sentiments et pensées de nombreuses personnes.

Alors que l'Armée Arabe Syrienne libère progressivement villes meurtries et pillées par les takfiris, le rôle du ministre du Tourisme est de porter appui et consolidation de l'action de l'Armée... D'abord par un maintien ou une réactivation du tourisme intérieur. En cette période estivale, force est de constater que tous les hôtels de la côte affichent complet que ce soit à Lattaquié ou à Tartous, voire même à Homs, alors qu'à Damas où la capacité hôtelière est bien plus importante, les hôtels sont pleins à 75%. Bien plus, de nouveaux hôtels sont en construction ou en projet. Dans le Qalamoun, pourtant zone de conflit, Sheraton projette l'ouverture d'un établissement.

Le ministre du Tourisme, monsieur Bachir Riad Yazji, souligne que si construire une usine répond à un besoin économique, bâtir un hôtel manifeste un acte de foi en l'avenir.

La Syrie étant le berceau de toutes les religions confondues, le tourisme religieux et de pèlerinage y tient une place importante. À ce titre, au premier semestre 2015, ont été enregistrées environ 200 000 nuitées.

Les Syriens sont solidaires, dignes et courageux... À Lattaquié ou à Tartous, le voyageur pressé n'aura pas tout vu des souffrances cachées avec pudeur dans les maisons, malgré les deuils, les enfants martyrs, les Syriens savent afficher humeur enjouée et gaieté... Alors que des Syriens d'Alep, parmi eux de nombreux enfants, viennent tenter d'oublier le drame qui est le leur, ne serait-ce que quelques jours, quelques heures... le voyageur aura peut-être eu l'impression de voir vivre un pays en vacances... C'est le rôle du ministère du Tourisme d'apporter ce brin de réconfort en tentant de concilier la vie avec un état de guerre... Et pour cela les ministères de la Défense et du Tourisme travaillent en étroite collaboration.

Aussi l'activité du ministère du Tourisme, pour la reconstruction de la Syrie et le réconfort moral du peuple syrien, est tout aussi intense que celle d'une une ruche d'abeilles... Que le sacrifice des martyrs n'ait point été inutile.

La lutte doit s'exercer sans failles autant contre le terrorisme armé que contre l'idéologie terroriste du drapeau noir encouragée et propagée par l'extérieur... Le président Bachar el-Assad a déjà mis en garde les Européens contre le terrorisme armé qui inéluctablement relaiera le terrorisme de l'information... Il ne répètera jamais assez cette mise en garde contre ce terrorisme qui arrivera et s'intensifiera en Europe. Aider la Syrie à vaincre ce terrorisme c'est aussi contribuer à préserver l'Europe...

Quand Palmyre a été occupée pourquoi pas de grandes manifestations ? Pourquoi tous les musées du monde n'ont-ils pas décidé d'une journée de fermeture contre cette atteinte au patrimoine universel ? Aujourd'hui, alors que Khaled Asaad, le directeur des Antiquités de Palmyre, a été assassiné par l'État islamique qui réagira ?...





"Osons parler clair… Sans langue de bois… Sans euphémisme… Ce que certains s'obstinent à qualifier de "désinformation", c'est tout simplement du terrorisme. Du terrorisme de l'information. Un terrorisme de l'information qui se marie avec le terrorisme armé des takfiris… Nous ne pouvons condamner et combattre le terrorisme armé sans dénoncer ce terrorisme de la presse qui fait aussi que coule le sang…
Osons parler clair… L'ampleur des crimes, leur systématisation, leur visée contre une culture et des populations strictement définies font que le stade du terrorisme est à présent dépassé… Que sont ces égorgements en masse médiatisés ?… Comment qualifier le martyre de Khalid al-Assad ?… Porté par le drapeau noir, a bien été atteint le stade des crimes contre l'Humanité !
Espérons que ces crimes soient un jour punis comme tels. Et que leurs complices planqués, prétendus journalistes, subissent le même châtiment infligé par des tribunaux justes que celui qui sera infligé aux takfiris.
Souvenons-nous, des châtiments infligés en France lors de l'Épuration aux journalistes et écrivains accusés de collaboration avec l'occupant… Pour leurs écrits d'alors certains ont subi la peine de mort. Que les journalistes qui actuellement collaborent par leur propagande aux crimes contre l'Humanité perpétrés par les takfiris soient avertis du châtiment impitoyable qui inexorablement les attend."


Facebook : Info Syrie - "Non au Drapeau Noir"




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire