Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

lundi 17 février 2014

Les Traverses du pouvoir… les révolutions et les réseaux secrets depuis 1776




Édition française augmentée d’un chapitre par l’auteur. Traduit du néerlandais au français en 2013 par Christofora Christiaanse avec l’aide de Christiane van Rooyen-Boudart. Après une carrière militaire et familier de Renseignements aux Plans de l’État Major du ministère de la Défense à La Haye, Jean-Jules van Rooyen a fait des recherches pendant 12 ans, sur le monde caché. Derrière le monde artificiel des media et de la politique, il a découvert le grand mensonge, la soif du pouvoir et un monde totalitaire et sans borne ; le terrain de jeu des réseaux secrets qui ont programmé la perte des États de droit européen. De 1990 à 1998, l’écrivain a travaillé comme chroniqueur au "Journal de La Haye". En 2002, il a publié le livre Chrétien-Démocrate "Un mot de trop".

Ce livre continue et complète les études de Mgr Delassus (1921) dans La Conjuration Antichrétienne, celles de William Carr (1959) dans Des Pions sur L'échiquier, celles de Nesta Webster (1960) dans La Révolution Mondiale, complot contre la civilisation. Tous ceux qui ont lu ces livres seront très intéressés par ce nouveau titre qui n'a pas son pareil à l'heure actuelle dans l'analyse du complot judéo-maçonnique mondial. Commencée en 1789, avec la destruction de L'Église, la couronne, l'autorité, la famille et la propriété, la marche vers l'hégémonie mondiale de la Haute Finance Ashkenaze s'accéléra en 1913, avec la création révolutionnaire de la banque privée Fédérale Américaine (FED). La banque allait devenir l'argentier principal d'un siècle de guerres et de révolutions jusqu'à nos jours. Les peuples américains et anglais ont servi de tremplin pour la destruction de la civilisation judéo-chrétienne et pour l'édification du Nouvel Ordre Mondial satanique et aussi pour satisfaire une soif de pouvoir sans limites. En 1917, Lénine et Trotski ont donné naissance au premier empire pharisien, depuis plus de mille ans. À Yalta, en 1945, deux « frères rabbiniques », Roosevelt et Staline, se sont partagés le monde. Même l'Église n'a pas échappé à l'attentat du Concile en 1962, œuvre des maçons Jean XXIII et Paul VI.

Bruxelles, capitale de l'Union Européenne, promoteur d'une immigration de masse, de perversions culturelles, d'un continent perméable, sans frontières et déchristianisé, devint le centre maçonnique d'une nouvelle Union Soviétique. Mais en 2005, les peuples ont pris leur revanche, ils ne sont pas morts. Le naufrage de la « Constitution » Européenne, signifiait l'arrêt de la marche ininterrompue d'un monde luciférien opprimant les nations. Depuis lors, toutes les offensives ont échoué. En 2008, la crise bancaire n'a pas débouché sur une déstabilisation des nations européennes. En 2009 à Copenhague, le mythe du climat fut démasqué et en 2013, le « Printemps arabe » a échoué en Égypte et en Syrie, le chaos absolu a été évité.

Après 12 ans de recherches, l'écrivain fait découvrir le grand mensonge d'un monde totalitaire, un monde sans Dieu, régit par Lucifer à travers de nombreux réseaux secrets maçonniques, pour programmer la perte des peuples et la destruction des États de droit.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire