Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

mardi 21 janvier 2014

21 janvier 1793 : Louis XVI, notre bon roi assassiné par la franc-maçonnerie



Messe Louis XVI - 21 janvier 2012 - Toulouse

www.democratie-royale.com 21 janvier 2012  à Toulouse : messe à la mémoire du Roi Martyr Louis XVI, pour le repos de son âme 12h15, messe (rit ordinaire) en l’église Saint-Jérôme. Les royalistes toulousains étaient nombreux aux rendez-vous ! Passage filmé par l'Association Démocratie Royale : la lecture du testament de Louis XVI lors de la messe, en la chapelle Notre-Dame.
« Je recommande mes enfants à ma femme, je n’ai jamais douté de sa tendresse maternelle pour eux ; je lui recommande surtout d’en faire de bons chrétiens et d’honnêtes hommes, de leur faire regarder les grandeurs de ce monde-ci (s’ils sont condamnés à les éprouver) que comme des biens dangereux et périssables, et de tourner leurs regards vers la seule gloire solide et durable de l’Éternité. Je prie ma sœur de vouloir bien continuer sa tendresse à mes enfants, et de leur tenir lieu de Mère, s’ils avaient le malheur de perdre la leur. »








Albert Camus le meurtre du roi-prêtre.pdf
L’homme révolté (La Pléiade, pages 528/529)

"Le 21 janvier, avec le meurtre du Roi-prêtre, s’achève ce qu’on a appelé significativement la passion de Louis XVI. Certes, c’est un répugnant scandale d’avoir présenté, comme un grand moment de notre histoire, l’assassinat public d’un homme faible et bon. Cet échafaud ne marque pas un sommet, il s’en faut. Il reste au moins que, par ses attendus et ses conséquences, le jugement du roi est à la charnière de notre histoire contemporaine. Il symbolise la désacralisation de cette histoire et la désincarnation du Dieu Chrétien. Dieu, jusqu’ici, se mêlait à l’histoire par les Rois. Mais on tue son représentant historique, il n’y a plus de roi. Il n’y a donc plus qu’une apparence de Dieu relégué dans le ciel des principes.

Les révolutionnaires peuvent se réclamer de l’Évangile. En fait, ils portent au Christianisme un coup terrible, dont il ne s’est pas encore relevé. Il semble vraiment que l’exécution du Roi, suivie, on le sait, de scènes convulsives, de suicides ou de folie, s’est déroulée tout entière dans la conscience de ce qui s’accomplissait. Louis XVI semble avoir, parfois, douté de son droit divin, quoiqu’il ait refusé systématiquement tous les projets de loi qui portaient atteinte à sa foi. Mais à partir du moment où il soupçonne ou connaît son sort, il semble s’identifier, son langage le montre, à sa mission divine, pour qu’il soit bien dit que l’attentat contre sa personne vise le Roi-Christ, l’incarnation divine, et non la chair effrayée de l’homme. Son livre de chevet, au Temple, est l’Imitation de Jésus-Christ. La douceur, la perfection que cet homme, de sensibilité pourtant moyenne, apporte à ses derniers moments, ses remarques indifférentes sur tout ce qui est du monde extérieur et, pour finir, sa brève défaillance sur l’échafaud solitaire, devant ce terrible tambour qui couvrait sa voix, si loin de ce peuple dont il espérait se faire entendre, tout cela laisse imaginer que ce n’est pas Capet qui meurt, mais Louis de droit divin, et avec lui, d’une certaine manière, la Chrétienté temporelle. Pour mieux affirmer encore ce lien sacré, son confesseur le soutient dans sa défaillance, en lui rappelant sa « ressemblance » avec le Dieu de douleur. Et Louis XVI alors se reprend, en reprenant le langage de ce Dieu : « Je boirai, dit-il, le calice jusqu’à la lie ». Puis il se laisse aller, frémissant, aux mains ignobles du bourreau."

*        *
*



Messes en 2014 pour l'âme de Louis XVI


Chronique concernant le Meurtre inouï de Louis XVI, décrété dès 1784, dans le sein de "sociétés secrètes"

L'assassinat de Louis XVI décidé en 1784 - 1785 par la Franc-Maçonnerie

Le Livre noir de la Révolution française et le Procès de Louis XVI

Lien pour télécharger l'ouvrage de Maurice Talmeyr (1850-1933) : La Franc-Maçonnerie et la Révolution française (1904)

SAR Louis XX


Toute la vérité sur la Révolution française

Sommaire :

Le rôle du roy de France / échec de la royauté française

Les Porteurs de la Lumières : les judéos-maçons ont fomenté la Révolution française

Volonté destructrice de la Révolution française contre l'Église

Vrai combat contre-révolutionnaire : État d'esprit vendéen

Fausse Restauration

Désinformation massive 

Bilan : la raison trouve la conclusion catholique 

Sélection de films et documents supplémentaires :

- Conférence Pichot-Bravard

- Guerre de Vendée : dates

- La République a menti

- Guerres de Vendée

- Massacre des Gardes-suisses / 10 août 1792

- Pourquoi nous ne fêtons pas 1789

- Film Les Vendéens / Jacques Dupont  (cliquez sur "vidéo sur les guerres de Vendée" )

- Mémoricide

- François Hollande / discours chez les francs-maçons

- Tous des francs-maçons... 

- Quand les lys blancs refleuriront 1934

- Vive Louis, notre Roi légitime !


2 commentaires:

  1. Il faudrait que les jeunes générations lisent l'Abbé Barruel, mort en 1820 et Augustin Cochin,Mort pour la France en 1916, qui développa son analyse.
    Ses livres désignent la franc-maçonnerie comme une des instigatrices de la révolution française3 avec d'autres « sociétés de pensées » mais en cherchant à dépasser la thèse du complot lancée par l'abbé Barruel pour se baser sur une analyse plus factuelle du processus de la Révolution de 1789.

    Pour cela il prit appui sur la méthode sociologique que venait d'introduire Émile Durkheim, en cherchant à en éliminer le déterminisme. Sa thèse principale est que la démocratie moderne est née d'une prise de pouvoir d'un genre radicalement nouveau, caractérisé par une dualité entre la réalité des rapports politiques et la fantasmagorie de leur représentation sociale, dualité rendue possible et durable par le mécanisme d'entraînement sophistique extrêmement efficace des « sociétés de pensée » (salons philosophiques, clubs politiques, loges maçonniques, plus tard, partis idéologiques).

    Pour Cochin, une règle générale détermine le corps maçonnique : toute délibération officielle est précédée d’une délibération officieuse et déterminée par elle; autrement dit tout groupe franc-maçon est dirigé sans le savoir par un groupe plus restreint, assez peu nombreux pour être uni et avoir une ligne de conduite.( wikipedia)

    RépondreSupprimer
  2. L'autre pan de ce drame que nous n'avons pas fini de payer, c'est la personnalité même de Louis XVI. La Révolution a été une fronde qui a réussi, et la cause en est la faiblesse du ROI. Il s'est laissé dominer par la Cour et la Reine, a rétabli le Parlement que Louis XV avait écarté, n'a pas su réprimer les manœuvres du Duc d'Orléans franc maçon et réagir à temps face à la foule manipulée.
    Intelligent mais sans caractère, non préparé à sa fonction, il était le seul Roi de France à ne pas avoir eu d'éducation militaire. Victime expiatoire, il a payé, mais sa famille et la France avec lui, au prix de 5 invasions de notre sol, ce que des siècles de monarchie nous avaient évité, ainsi que l'hécatombe napoléonienne, et l'unification germanique derrière la Prusse, d'où 1870, 1914 et 1940. Il avait pourtant compris avant tout le monde que le vrai danger n'était plus l'Autriche mais la Prusse et a reconstitué une marine et surtout une armée ( canon de Gribauval et corps des sous officiers), qui servirent à Bonaparte.
    Quel malheur qu'il n'ait pas agi en Roi, comme c'était son devoir !

    RépondreSupprimer