Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

dimanche 1 mai 2011

La Marine Le Pen célèbre DeGaulle !



Premier réflexe qu’un maître digne de sa mission tente d’inculquer à de jeunes étudiants entrant à l’université,
les invitant à penser librement : « Sortez du cadre établi ».

Il me semble bien évident que tant que les veaux ne rumineront qu’élections le Système se perpétuera indéfiniment…



Pour écouter l'éloge à DeGaulle dans ce trop  long discours, c'est à partir de 22' : "Je m'inscris… …"


Et voilà que la Marine franchit ce matin une nouvelle étape dans le reniement des valeurs fondatrices du FN : après qu'elle ait juré reconnaissance éternelle à Jean-Marie Le Pen surgit un éloge sans ambigüité de l'Infâme, liquidateur de l'Empire français… (pour le gestuel c'est pas encore tout à fait au point, quelques visionnages de discours tout aussi mensongers que délirants du maître maudit et ce sera plus ressemblant !) :
"Je m’inscris dans les combats historiques pour la liberté, les combats de millions d’anonymes qui sont tombés pour elle, de Bouvines au Chemin des Dames, les combats des grands destins républicains, de Victor Schœlcher à Charles DeGaulle, les combats de tous ceux qui ont toujours défendu la liberté en dépit des pressions, en dépit des sirènes du renoncement !"

DeGaulle au service de la grandeur de la France, ça c'est fort. Fortissimo. Imbécilissimo. Ça il fallait l'inventer !!! Une telle imbécillité ne peut émaner que d'une jeune personne bien ignorante de l'Histoire récente de son pays… Qu'elle aille à la rencontre des Harkis pour s'instruire un minimum… Plutôt que de saborder le bateau à papa, elle aurait mieux fait d'aller se trouver un strapontin à l'UMP… Voyant ces jeunes qui applaudissent aujourd'hui la Marine, je me souviens de ces gamins dont j'étais qui en mai 1958, à Oran, Alger, Bône… acclamaient DeGaulle alors que bon nombre de leurs parents enrageaient… tentaient en vain de leur apprendre qui était ce prétendu sauveur mégaloparanoïaque. Quelques mois plus tard, amer réveil… Crime de pédodémagogie




Le "gaullisme", ces semelles compensées des nains en politique aux idées courtes… Cons comme leurs pieds…







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire