Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

samedi 26 novembre 2016

Violence conjugale - Violence médiatique





Violence conjugale. Violence médiatique.
C'était ce 25 novembre, célébration du martyre de Sainte Catherine d'Alexandrie, jour devenu par la rage franc-maçonne destructrice de toute référence au christianisme une journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes…
Le hasard a voulu que ce matin-là je rencontre une vieille connaissance féminine… Échange de banalités… Dernières péripéties de chacun…
Revenant récemment de Syrie, j'en viens à afficher mes espoirs nés de l'élection de Donald Trump… Une avalanche de reproches quant à mon intérêt pour ce personnage me submerge alors… Y déferlent tous les arguments débités par les médias contre Trump… Depuis ses juteuses affaires jusqu'à bien sûr son supposé mépris de la gent féminine… Se déchaînent toutes ces allégations maintes fois entendues ou lues rabâchées par les médias… Tout y passe et rien d'autre, sans aucune justification quant à une implication particulière de l'intéressée… Je lui rappelle que mon espérance est motivée pour des raisons précises et liées à une attention et un engagement personnels face à des faits concernant le Moyen-Orient, la Syrie surtout. Ma préférence est claire et précise quant à un point particulier d'un programme répondant à un choix personnel. Ma furieuse n'y entend rien et reste campée dans ses généralités médiatiques… Elle a entendue, elle sait donc. Elle est informée.
De nos échanges aucune allusion à cette journée universelle des violences faites aux femmes… Ni l'un ni l'autre sans doute ne savait ce matin à quelle cause était dédiée cette journée…
Ce n'est que plus tard, désolé d'une telle incompréhension hargneuse que m'est venu ce rapprochement entre deux violences : celle affectant les femmes, le plus souvent dans un cadre conjugal ; celle émanant de la propagande…
Violences toutes deux occultées… Si rarement une violence conjugale est dénoncée, encore plus rarement est dénoncée une violence de la propagande médiatique. Sont-elles réellement perçues ? Comme nombre de femmes identifieront inconsciemment une violence conjugale à de l'amour, l'immense majorité des auditeurs et lecteurs des grands médias identifient la violence de la propagande infligée à de l'information…
Violence de l'amour. Violence de l'information.
À quand une journée mondiale contre la violence de la propagande médiatique ?






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire