Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

samedi 12 novembre 2016

Après la victoire de Donald Trump, la ville d'Alep près d'être totalement libérée…



Said Hilal Alcharifi à Damas, journaliste au quotidien Tishreen

Ce matin, 12 novembre, Said Hilal Alcharifi a posté sur son compte Facebook le message suivant :

"Affolé par la victoire de son successeur inattendu au bureau ovale, le mollah cheikh Barack Hussein Obama n'a pas seulement tourné le dos à ses djihadistes en Syrie, mais il a également ordonné au Pentagone de liquider les dirigeants du Front Al-Nosra, chers au cœur de MM. Hollande et Fabius (qui faisaient du "bon boulot" en Syrie).
Mis à découvert, ces djihadistes essaient de fuir Alep depuis ce matin, mais ils se trouvent pris entre l'enclume des forces spéciales US qui les pourchassent en ce moment comme des sangliers et le marteau des forces terrestres de l'Armée arabe syrienne et ses alliés libanais, qui les attendent sur tous les carrefours incontournables pour les envoyer rejoindre leurs 72 Houris.
Les cadavres de ces pourritures laissés à la belle étoile sont estimés à quelques centaines pour aujourd'hui. La grande bataille d'Alep a bel et bien commencé pour en finir définitivement avec le terrorisme créé par le mollah cheikh Obama et la vipère Kilary.
La victoire est plus proche que jamais.
Vive ma Syrie, ma grande nation qui a tenu tête à l'OTAN durant plus de cinq ans de guerre.
Vive la Russie aussi. Sans elle on ne serait pas là à diffuser des informations depuis Damas."



Le président Donald Trump, dans un entretien exclusif donné au Wall Street Journal confirme que sa priorité est le terrorisme islamique et non le président syrien Bachar al-Assad. Le président élu veut donc tenir ses promesses en matière de politique étrangère. Dès hier l’administration syrienne avait précisé qu’elle travaillera avec la nouvelle administration américaine moins hostile.

Alors, les Obama et Clinton se hâtent d'effacer les traces de leurs méfaits avant de passer le pouvoir au président Donald Trump… Quand Hillary Clinton supprime ses mails, infiniment plus compromis Obama ordonne de liquider les chefs de l'islamisme, ses hommes de mains ceux qu'il a soutenus, armés et financés contre la Syrie légitime de Bachar al-Assad !…
Obama ordonne de liquider les chefs du Front al-Nosra… Nicolas Sarkozy avait agi de même contre Mohamed Mérah, dès qu'il a voulu parler il s'est fait flinguer !

Imaginons ce pauvre Flanby ayant sollicité un entretien téléphonique d'allégeance et recevant cette déclaration d'intention en pleine gueule… Désemparé, plus de maître…  Abandonné face à ses responsabilités criminelles…

C'est moins réjouissant pour ceux qui vivent en Europe et vont subir les effets de la politique imbécile conduite par leurs dirigeants à l'égard de la Syrie…
Les barbus d'al-Qaïda et de l'État islamique bien que fêlés et gorgés de Captagon ne sont pas pour autant totalement cons… Désormais poursuivis par Obama avant d'être exterminés par le président Donald Trump, ils tentent déjà de fuir par tous les moyens les zones devenues insalubres pour eux… Et où vont-ils se répandre ? Dans ces pays dont les dirigeants les ont armés et financés. Ainsi va s'étaler au grand jour la politique irresponsable et criminelle des dirigeants européens, non seulement à l'égard de la Syrie mais également contre leurs propres peuples. Tous passibles d'une condamnation pour haute trahison par les tribunaux de leurs pays. Flanby et Fabius traduits devant la Haute-Cour ce n'est plus un rêve. À moins qu'ils ne choisissent de fuir - comme dans le passé Idi Amin Dada - en Arabie saoudite… Flanby et Fabius bientôt réfugiés à Djeddah : ce n'est plus un gag !


LA GIFLE ! Syrie: Donald Trump dans le Wall Street Journal dit que sa priorité est Daesh et non Assad


Syrie : Barack Obama veut finalement abattre les dirigeants du Front al-Nosra, lié à Al-Qaïda

Obama ordonne de liquider les chefs du Front al-Nosra


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire