Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

samedi 2 janvier 2016

L'Arabie saoudite met à mort par décapitation Sheikh Nimr Baqir Al-Nimr



Black day to Freedom




L'irréparable a été commis par l'Arabie saoudite… Une exécution qui coûtera cher à l'Arabie saoudite. Que sa monarchie, ses dirigeants infâmes et tous leurs suppôts soient maudits à jamais et aillent griller en Enfer pour l'Éternité !



L'Arabie saoudite a exécuté le dignitaire chiite Sheikh Nimr Baqir Al-Nimr, parmi 47 personnes condamnées pour "terrorisme", a annoncé samedi le ministère de l'Intérieur saoudien.

Sheikh Nimr Baqir Al-Nimr, critique pacifique trop pertinent de la dynastie sunnite des Al-Saoud, a été la figure de proue d'un mouvement de contestation du gouvernement qui avait éclaté en 2011 dans l'est de l'Arabie où vit l'essentiel de la minorité chiite, cette communauté systématiquement marginalisée dans un pays majoritairement sunnite.

Sheikh Nimr Baqir Al-Nimr avait été condamné à mort en octobre 2014 pour prétendus "sédition", "désobéissance au souverain" et "port d'armes" par un tribunal spécial de Ryad chargé des affaires de "terrorisme".
L'Iran a prévenu que l'exécution de l'imam "coûterait cher à l'Arabie saoudite"… "Le gouvernement saoudien soutient d'un côté les mouvements terroristes et extrémistes et dans le même temps utilise le langage de la répression et la peine de mort contre ses opposants intérieurs (...) il paiera un prix élevé pour ces politiques", a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Hossein Jaber Ansari, après l'exécution de Sheikh Nimr Baqir Al-Nimr.

Le neveu de Sheikh Nimr Baqir Al-Nimr, Ali Mohammed al-Nimr, le jeune chiite que veut décapiter et crucifier l'Arabie Saoudite mineur au moment de son arrestation ne figure en revanche pas au nombre des personnes exécutées.

Parmi les personnes exécutées figurent aussi des sunnites condamnés pour leur implication dans des attentats meurtriers revendiqués par Al-Qaïda entre 2003 et 2006. Ces attaques du groupe djihadiste sunnite avaient fait plusieurs centaines de morts. Un Égyptien et un Tchadien ont également été exécutés.

Le communiqué du ministère de l'Intérieur commence par des versets du Coran pour justifier le recours à ces exécutions. Le grand mufti saoudien Abdoulaziz Al al-Cheikh est apparu à la télévision pour prétendre que ces exécutions étaient justes, alors que des images de la télévision saoudienne proposaient un rappel des attaques commises entre 2003 et 2006.

Il s'agit d'exécutions inaugurant l'année 2016 dans un royaume moyenâgeux ultra-rétrograde qui a exécuté plus de 150 personnes l'année dernière, la plupart par décapitation publique ; 90 personnes avaient été exécutées en 2014.


Fact Check : The Truth About Sheikh Nimr

Vidéos au sujet de la répression en Arabie saoudite : Minutes For The Truth

The Death Sentence That Could Inflame Sectarian Tensions Across The Middle East : The fate of one Shi’ite cleric hangs over the Gulf like a sword of Damocles.

At least 4 protesters killed in Saudi mass executions



La mise à mort du Cheick Al-Nimr : premier coup de semonce d’un conflit généralisé

MidEast leaders lash out at Saudi Arabia over Shiite cleric's execution, protests erupt


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire