Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

jeudi 26 novembre 2015

Messe à Paris pour le repos de l'âme de ces soldats que la Russie a perdus…


Le 24 novembre, la Russie a perdu en Syrie deux de ses soldats : le lieutenant-colonel Oleg Pechkov et le fantassin de marine Alexandre Pozynitch.



Oleg Pechkov, 52 ans, était aux commandes du bombardier Su-24 frappé par un missile turc. Le pilote est parvenu à s’éjecter mais a été tué dans les airs par des tirs rebelles venant du sol. Le chef d’un groupe de Turkmènes syriens, opposés à Bachar el-Assad, opérant près de la frontière turco-syrienne, Alpaslan Tchelik, a confirmé à Reuters que « ses combattants ont tiré sur les deux pilotes russes lors de leur descente en parachute » et que Konstantin Mourakhtine, le co-pilote « a pu s’échapper ».

En fait, selon des sources de Novaïa Gazeta au sein du renseignement syrien, Mourakhtine a rapidement été capturé par un groupe de bandits après son atterrissage. Parallèlement, les forces russes et syriennes ont déployé une opération de sauvetage.

Vers 11 heures du matin, heure locale, soit une heure et demie après l’attaque contre l’avion, cinq hélicoptères Mi-8 ont été envoyés sur le lieu du crash. Chaque appareil transportait sept à huit soldats des forces spéciales russes et deux à trois Syriens devant servir d’interprètes et de passeurs. Les hélicoptères ont suivi les signaux envoyés par les radios installées sur le mécanisme de lancement que les aviateurs avaient utilisé pour s’éjecter de l’avion. En atterrissant, un des Mi-8 a été la cible de tirs provenant du sol. Le fantassin de marine Alexandre Pozynitch, 29 ans, a péri dans cette attaque.

Konstantin Mourakhtine, 39 ans, a été retrouvé vers midi. Les forces spéciales russes ont encerclé ses ravisseurs, avant de négocier avec leur chef. Vers 15 heures, Konstantin Mourakhtine a été ramené à la base aérienne russe de Hmeimim, en Syrie. Le lendemain, l’aviateur a confié à la presse attendre « avec impatience » sa sortie de l’hôpital, « pour reprendre immédiatement du service » et « venger la mort » du colonel Oleg Pechkov.

Le 25 novembre, le président russe Vladimir Poutine a décerné à titre posthume le titre de Héros de la Fédération de Russie à Oleg Pechkov. Le capitaine Konstantin Mourakhtine et le marin Alexandre Pozynitch ont tous deux été décorés de l’Ordre du Courage.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire