Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

vendredi 10 avril 2015

Jean-Marie Le Pen annonce qu'il sera candidat indépendant à la présidentielle 2017 !



Tandis que "Marine dynamite sa propre formation",
Jean-Marie Le Pen annonce sa candidature indépendante à la présidentielle de 2017…






Site officiel de campagne de Jean-Marie Le Pen pour 2017 :
http://jeanmarielepen2017.com/


Hugo Domenach et le Point confirment la candidature de Jean-Marie Le Pen pour 2017


3 commentaires:

  1. S'il est un organe de presse indemne de toute sympathie gaulliste c'est bien Rivarol. Que Jean-Marie Le Pen se soit livré à des dérapages pro-gaullistes, soit. Je n'ai pas su en retrouver les références. Mais faut pas oublier l'impulsivité de Jean-Marie Le Pen dans la provocation. Ces fois-là il a dû se sentir face à un auditoire trop franchement anti-gaulliste. Alors quoi de plus jouissif pour l'ambiance que de décocher une petite flèche ? Une tirade plus drôle que blessante. Manifestement il a dû se laisser emporter par sa farce improvisée. Comment, sauf dans l'irréfléchi d'une improvisation, Jean-Marie Le Pen aurait-il pu comparer un De Gaulle qui a livré délibérément une terre française d'Afrique à la barbarie tant communiste qu'islamiste à un Saint Louis, ce roi soucieux de l'extension du domaine royal et parti en Croisade justement en cette Afrique du Nord ?

    Revenons à l'actualité. Rivarol et Jean-Marie Le Pen ont le mérite de faire que se trace clairement un clivage fondamental. Face à Rivarol s'oppose la ligne de Présent. Présent avec Marine Le Pen veulent le pouvoir. Le pouvoir pour quoi faire ? Nous avons l'exemple fâcheux de François Mitterrand. Opposant authentique et de toujours à De Gaulle. Parvenu au pouvoir François Mitterrand s'est vautré dans les institutions de la Vème République. Le risque est qu'il en soit de même avec une Marine Le Pen parvenue au pouvoir. L'autre option est la volonté d'un bouleversement institutionnel… Sans oublier peut-être que ce serait l'accession au pouvoir d'une Marine Le Pen et les désordres qui s'ensuivraient qui permettrait précisément ce bouleversement.

    RépondreSupprimer
  2. @Monrose, merci infiniment pour cette attention, quoique superflue, de glisser un mot de pataouète visant un Arabo-berbère.
    De Jean-Marie Le Pen peut-être un "discours mûrement réfléchi", mais un discours de comédien. Un discours occasionnel concocté ciblant un auditoire particulier. Pour quelle raison ? Ceux ayant assisté au show - toujours payant - en auront peut-être une idée. À chaque comédien, l'ambiance dans laquelle il se trouve le plus à son aise. Provocateur, il est certain que Jean-Marie Le Pen jouit particulièrement de se trouver en opposition face à un auditoire contrarié.
    Si Jean-Marie Le Pen a toujours été un comédien et n'a voulu que le rester, ceux qu'il laisse aujourd'hui au devant de la scène ont malheureusement d'autres prétentions. Mieux vaut alors davantage dénoncer les dérapages psittacidéens récurrents progaullistes de la karba Marine Le Pen et du chbeb Philippot dans son affection pour un trou puant sur lequel il aime à planter chaque 9 novembre une fleur.

    RépondreSupprimer
  3. Mieux vaut toujours rapporter des faits dûment référencés et vérifiables. Il est vrai qu'il y a eu de la part de JMLP des incidents concernant des dérives pro-gaullistes ou tout au moins un refus de condamnation ferme d'un criminel authentique (cf. l'éviction en 1993 de Philippe Ploncard d'Assac du Front national). Ce blog n'est pas un forum. Ce blog préfère éviter toute polémique.

    RépondreSupprimer