Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

samedi 11 avril 2015

Bonnes pages glanées çà et là : Petit message à François Hollande






Monsieur Hollande, quand on n’a pas le courage de nommer des ambassadeurs gays au Qatar et en Arabie Saoudite, on évite de jouer au chaud à peu de frais avec le Vatican. C’est comme chercher des noises à un minet de 16 ans qui fume un joint alors qu’on invite des dealers d’héro à venir manger à la maison.

Personnellement, les minets de 16 ans me tapent sur le système. Je les trouve insupportables mais, somme toute, inoffensifs. Les dealers d’héro par contre…

Et puis c’est quoi ce complexe du Chrétien ? Vous nous cachez quelque chose. Un vilain curé vous aurait-il fait des misères quand vous étiez cet enfant rondouillard et sympathique qui faisait tant rire ses petits camarades ? Il faut nous raconter pour qu’on puisse comprendre. Parce que là c’est trop.

Déjà l’affaire des coptes égyptiens égorgés par Daech c’était d’un faux derche… Refuser de mentionner leur appartenance religieuse alors que celle-ci a été la raison de leur mise à mort était un summum de veulerie.

Oui je sais, la laïcité.

Mais quand cette laïcité est à deux vitesses, quand elle joue à Chuck Norris avec les uns et au chienchien qui quémande son susucre avec les autres, il y a comme qui dirait une coucouille dans le couscous. Ce qui est, vous en conviendrez, assez indigeste.

Puis quand la laïcité devient une religion, avec son dogme et ses Savonarole, son hypocrisie et sa Sainte Inquisition, l’anticlérical que je suis se doit de lui chercher des poux dans la tonsure, comme chantait le père Brassens.

Il faut être conséquent avec soi-même. Vous devriez essayer, ça fait un bien fou.


: Petit message à François Hollande sur le site : My Beirut Chronicles




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire