Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

mardi 17 février 2015

Coptes égyptiens assassinés par l'État islamique : ignoble désinvolture de l’Élysée



Icône, œuvre de l'artiste égypto-américain Tony Rezk en hommage aux 21 Martyrs

« Le nom de Jésus est le dernier mot qui a effleuré leurs lèvres. Comme dans la passion des premiers martyrs, ils s’en sont remis à Celui qui peu après, les aura accueillis. Et ainsi, ils ont célébré leur victoire, la victoire qu’aucun bourreau ne pourra leur enlever. Ce nom susurré au dernier instant a été comme le sceau de leur martyre ».
Mgr Anba Antonios Aziz Mina, évêque copte catholique de Gizeh




À l’annonce de l’assassinat abject des 21 chrétiens d'Égypte par la métastase libyenne du pseudo-État islamique, le "président" Hollande s'est seulement contenté de faire diffuser conventionnellement par ses services le communiqué aussi laconique qu'hypocrite, que voici :

Le Président de la République condamne avec la plus grande fermeté l’assassinat sauvage de 21 ressortissants égyptiens, otages de Daech en Libye.
Il dénonce l’appel au meurtre et à la haine religieuse des terroristes. Il exprime sa préoccupation face à l’extension des opérations de Daech en Libye et rappelle la détermination de la France et de ses alliés à lutter contre ce groupe.
Le Président de la République présente ses sincères condoléances au peuple égyptien et s’associe au deuil national que le président Sissi a décrété en République Arabe d’Égypte.

Ce communiqué, outre son caractère purement conventionnel, appelle plusieurs remarques soulignant l'ignominie de l'actuelle présidence franc-maçonne de la France :

1 - La religion des « ressortissants égyptiens » n’est pas mentionnée. Or, ils ont été assassinés parce qu’ils étaient chrétiens !

2 - La « haine religieuse des terroristes » est une haine antichrétienne. Le communiqué tait cette particularité parfaitement précisée par les islamistes eux-mêmes.

3. On utilise l’expression neutre Daech – un acronyme à bannir – pour ne pas énoncer clairement sa signification : État islamique en Irak et au Levant. Ainsi en évitant la prononciation du mot "islamique" on nie la réalité : ces « terroristes » se réfèrent au Coran et à l'islam.

Scandaleux… Et surtout, cette attitude désinvolte à l'égard des Chrétiens d'Orient est à mettre en parallèle avec la mansuétude tapageuse à l'égard de provocateurs blasphémateurs multirécidivistes et francs-maçons étiquetés "Charlie",  mansuétude tapageuse sur laquelle le même jour surfe le squatteur de l'Élysée.



Coptes égyptiens assassinés : un communiqué honteux de l’Élysée

Mgr Batut, évêque de Blois, dénonce le communiqué de l’Élysée concernant l'assassinat de 21 "ressortissants égyptiens" (sic !)

Infobae : El Estado Islámico difundió la decapitación de 21 rehenes egipcios en Libia

Le pape François offre la messe pour les 21 martyrs Égyptiens



*   *   *

Face à la bassesse haineuse du président français…
affectueuse sollicitude du Président égyptien, le général Abdel Fattah al-Sisi :
la République arabe d'Égypte construira une église en l'honneur des martyrs,
 en la ville de Al-Minya, là où de nombreuses églises avaient été détruites 
par les islamistes et les Frères Musulmans en août 2013…




Les coptes égorgés par les djihadistes se réclamant du prétendu « État islamique » en Libye sont morts en prononçant le nom du Christ. C’est ce que confirme à l’Agence Fides S.Exc. Mgr Antonios Aziz Mina, évêque copte catholique de Gizeh. « La vidéo qui montre leur exécution – indique à Fides l’évêque égyptien – a été construite comme une mise en scène cinématographique terrifiante, dans le but de répandre la terreur. Et pourtant, dans ce produit diabolique de la fiction et de l’horreur sanguinaire, on voit que certains des martyrs, au moment de leur mise à mort barbare, répètent "Seigneur Jésus Christ". Le nom de Jésus a été le dernier mot qui est venu sur leurs lèvres. Comme dans la passion des premiers martyrs, ils s’en sont remis à Celui qui, peu après, les aurait accueillis. Ils ont ainsi célébré leur victoire, une victoire qu’aucun bourreau ne pourra leur enlever. Ce nom murmuré au dernier instant a été comme le sceau de leur martyre ».

Entre temps, en Égypte, le gouvernement a proclamé sept jours de deuil national pour les martyrs de Libye, alors qu’en différents Diocèses, entre jeûnes et veillées de prière, des fidèles et des évêques avancent la proposition de leur dédier leurs nouvelles églises. Le Premier Ministre égyptien, Ibrahim Mahlab, a révélé que le Président Abdel Fattah al-Sisi en personne a donné ordre de construire aux frais de l’État une église dédiée aux martyrs de Libye dans la ville de Minya, ville de la région dont provenait la majeure partie des coptes décapités par les djihadistes. Par décret présidentiel, les familles des victimes du terrorisme islamiste recevront un dédommagement financier et deviendront titulaire d’une pension mensuelle.


Égypte : le Président al-Sisi ordonne la construction d’une église dédiée aux martyrs


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire