Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

samedi 3 janvier 2015

Ramzan Kadyrov propose à Vladimir Poutine sa force spéciale "personnelle" de volontaires tchétchènes


Dans un article récent, je rappelais un récent voyage dans les républiques de la CEI, Kazakhstan, Tadjikistan, Ouzbékistan… pour souligner combien il était possible d'observer la formidable réussite  de la Russie lors de l'émancipation de ses satellites de l'ancienne URSS… Une réussite à confronter avec l'échec lamentable de la France dans son processus de décolonisation…

Au sein même de la Fédération de Russie, la Tchétchénie a connu à partir de 1991 de longues années de terrorisme indépendantiste soutenu par les talibans sunnites d'Afghanistan… Lors de ces évènements certains ont pu aller jusqu'à déclarer que la Tchétchénie était à la Russie ce qu'a été l'Algérie pour la France…

Boris Eltsine puis Vladimir Poutine par leur clairvoyance politique ont su faire face avec tact autant que fermeté à l'insurrection séparatiste… Et voilà qu'aujourd'hui le président élu de la République de la Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, offre à Vladimir Poutine une armée de 10 000 hommes, ses propres combattants, pour faire face à tout danger qui menacerait la Fédération de Russie…
On se prend à rêver… Et, si DeGaulle, plutôt que de mener une lâche politique de capitulation face au terrorisme FLN, avait servi et la France et sa province d'alors, l'Algérie… une Algérie qui aujourd'hui serait sans doute devenue indépendante au sein d'une Union française. Nous pourrions alors imaginer cette Algérie mettre ses soldats d'élite musulmans au service de la lutte contre le terrorisme islamiste, en France, en Syrie, en Irak, et partout ailleurs… Un rêve qui souligne toute l'imbécillité criminelle des Marine Le Pen, Éric Zemour, Guillaume Faye, Émeric Chauprade et autres qui par leur démagogie prétendument anti-immigrationniste perpétuent une complicité avec la politique défaitiste et de mépris racial de DeGaulle tout en ne servant que les intérêts d'Israël et de son satellite, les États-Unis… au détriment des intérêts fondamentaux du peuple de France, une fois de plus anesthésié et berné…

En effet l'intérêt bien compris d'Israël est que le terrorisme islamique étende ses méfaits aussi largement que possible, d'abord contre les musulmans puis contre les chrétiens d'Occident comme contre ceux d'Orient… Ainsi on en revient immanquablement à la thèse développée par les pères Gabriel Théry et Joseph Bertuel quant aux origines talmudiques d'un islam voulu par le rabbinat pour combattre l'influence grandissante du christianisme en Orient et ailleurs… Un piège dans lequel se trouvent englués d'abord nos amis musulmans… Un piège qui voudrait que tout musulman dirige sa haine, outre contre un juif dominateur, contre tout chrétien… 




Michel Houellebecq, triste con… complice de BHL, spécialiste dans la délivrance de brevets de connerie…


Déjouer ce piège, riposter franchement aux plans d'Israël impose de la part de tout musulman autant une dénonciation du terrorisme islamique qu'une tolérance manifeste à l'égard du christianisme… Dans le même temps, les catholiques devraient être conduits à prendre conscience que s'impose à l'égard des musulmans une attitude positive et amicale, à l'opposé des exhortations d'un Zemmour, d'une Marine Le Pen, d'un Guillaume Faye, d'un Émeric Chauprade et autres tel le fantaisiste "le plus con" Michel Houellebecq qui se comportent non seulement en complices mais en agents actifs d'Israël… À la différence notoire de Jean-Marie Le Pen qui, lui, a toujours su garder une attitude ferme et lucide vis à vis du monde arabe… Les orthodoxes ont très bien compris et assimilé tout cela ; tout autant que les musulmans vivant à leur côté, parfois minoritaires, souvent majoritaires… À l'image extraordinaire pour un Occidental de Ramzan Kadirov…

Par le Saker :


Une vidéo extraordinaire, pour laquelle je remercie vivement tous ceux qui l’ont traduite en moins de 24 heures ! La vidéo commence par montrer les forces spéciales tchétchènes équipées d’uniformes militaires des forces spéciales et de la police russes. Notez que la moyenne d’âge semble être dans la trentaine. Il est clair que ce sont des combattants aguerris et de première classe. Est-ce que Poutine va effectivement recourir à leur services, et si oui, comment ? C’est difficile à dire. Probablement pas de manière officielle, mais il est évident pour moi que ce sont des forces idéales pour être envoyées dans tout endroit où une « dénégation plausible » [‘plausible deniability’, fait de pouvoir nier de manière vraisemblable une intervention secrète] est nécessaire ou pour opérer dans une société musulmane (Liban ? Xinjiang ? Syrie ?). Ce qui est certain, c’est qu’ils sont déjà présents en Novorossia.

Ramzan Kadyrov

Cette vidéo nous permet de mieux appréhender la réalité de la Tchétchénie, depuis le conflit des années 1990 à nos jours. Bien que les médias mainstream, de l'Occident au monde arabe, aient présenté la deuxième guerre de Tchétchénie (1999-2002) comme une agression de la Russie contre un État musulman, la réalité est toute autre.

En effet, tout comme ce qui se passe aujourd'hui en Syrie, les États-Unis et leurs alliés Saoudiens y avaient fomenté une insurrection terroriste wahhabite afin d'anéantir la Russie et de lui faire subir le sort de la Yougoslavie. Lorsque, en 1999, la Brigade Internationale Islamiste de Tchétchénie (ancêtre de l'État Islamique) a attaqué le Daghestan voisin, majoritairement musulman, et faisant partie de la Fédération de Russie, les forces russes durent intervenir pour défendre les Daghestanis qui résistèrent farouchement à cette invasion, et restaurer l'ordre en Tchétchénie à l'appel de son dirigeant Akhmad Haji Kadyrov, qui s'était opposé à la Russie durant la première guerre de Tchétchénie (1994-1996) mais avait pris conscience des dangers de la barbarie wahhabite importée de l'étranger et aspirant à éradiquer l'Islam local traditionnel. Les forces russes furent donc pleinement soutenues par des forces tchétchènes locales musulmanes, qui combattaient le terrorisme international.

Aujourd'hui, la Tchétchénie est une République paisible, où le wahhabisme a été éradiqué au profit de l'Islam traditionnel. Ramzan Kadyrov et Vladimir Poutine ont tous deux prouvé que l'Islam et le patriotisme authentiques sont à l'unisson, défendant tous deux les intérêts de la communauté, de la Nation et de saines valeurs traditionnelles, tout le contraire de l'effort atlanto-wahhabi maintes fois dénoncé par Vladimir Poutine (cf. extraits à la fin de la transcription du discours de Ramzan Kadyrov).


Kadyrov devant 10 000 volontaires au stade Sultan-Bilimkhanov, à Grozny
(russe sous-titré en allemand, anglais, coréen, français et russe)


Ramzan Kadyrov propose à Vladimir Poutine sa force spéciale "personnelle" de volontaires tchétchènes

Si les Anglo-Sionistes essayent de relancer une insurrection wahhabite dans le Caucase (ou en Asie centrale), ces hommes seront les premiers sur les lignes de front et ils ne feront absolument pas de quartier à l’encontre de tout wahhabite capturé. Selon toute vraisemblance, leur seule présence suffira pour que les Wahabites s’enfuient à toutes jambes pour sauver leur vie – comme l’ont fait les Géorgiens en 2008 dès qu’ils ont appris que le bataillon spécial tchétchène « Vostok » s’approchait.

Je tiens à souligner que l’existence de forces spéciales d’élite musulmanes n’est pas une nouveauté en Russie. C’était le cas dans la Russie impériale et en Union soviétique, qui avaient toutes deux des demi-escadrons et bataillons musulmans d’élite. Ce que nous voyons aujourd’hui n’est que la renaissance d’une vieille tradition russe qui va encore susciter l’horreur et l’indignation de l’Empire. Qui doute encore du fait que la Russie n’est pas l’Europe ?

Et juste pour clarifier un point : vous entendrez un journaliste demandant à Ramzan Kadyrov si tous ces hommes avaient soumis leur démission par écrit. Ce que sa réponse signifie, c’est que tous les hommes qui étaient déjà en service dans une force officielle (l’armée ou la police) ont démissionné de leur statut, afin de devenir de simples volontaires, c’est-à-dire des gens prêts à exécuter toute mission qui leur sera confiée par Poutine, mais dont la présence ou les actions ne pourront pas impliquer les forces armées ou de police officielles russes (ou tchétchènes). Ce sont des volontaires qui exécuteront volontairement toute mission qui leur sera confiée, dans le monde entier, personnellement par Poutine. Encore une fois, quelqu’un doute-t-il encore du fait que la Russie n’est pas l’Europe ?

Le Saker

Note
[1] La dénégation plausible, ou plausible deniability en anglais, signifie le fait de pouvoir nier de manière vraisemblable une intervention secrète.

*   *   *

Transcription de l’intervention de Ramzan Kadyrov


Kadyrov. Pendant de nombreuses années, les armes à la main, nous avons combattu le terrorisme international et nous l’avons vaincu. Mais la menace terroriste en Russie n’a pas encore disparu. Je suis sûr que vous n’êtes pas indifférents au sort de notre patrie. Nous nous souvenons de l’époque où les ennemis entouraient la Tchétchénie de toutes parts, mais il n’y avait pas un seul ami qui était prêt à se tenir aux côtés du peuple tchétchène. Ce rôle n’a été assumé ni par un soldat, ni par un politicien, ni par un général. Le mufti et chef religieux de la Tchétchénie Akhmad Haji Kadyrov [le défunt père de Ramzan Kadyrov, assassiné par wahhabites dans une attaque terroriste – le Saker] s’est dressé pour protéger le peuple et l’intégrité de la Russie. Il n’avait ni armée, ni armes, ni argent, mais il avait le Saint Coran dans ses mains. Ses armes redoutables étaient le courage, l’équité et la foi en la justice de ses actes. On peut dire que le monde entier était contre Akhmad Haji.
Vladimir Poutine a été le premier à croire en lui, à le soutenir et à lui tendre la main de l’amitié et de l’assistance. Ce n’était pas facile à faire. Le Président russe a dû prouver aux politiciens, aux militaires et à tout le peuple que seul Akhmad Haji pouvait réunir à nouveau le peuple tchétchène déchiré, rétablir la paix et la stabilité et lutter contre le terrorisme international qui essayait de détruire le pays. Dans les moments les plus difficiles, lorsqu’aucune solution ne se présentait pour résoudre des problèmes inextricables, lorsque la question de la survie même de notre peuple s’est posée à nous, Akhmad Haji a fait appel à Vladimir Poutine, et pas une seule fois il n’a été repoussé – je l’ai vu de mes propres yeux.
Le 1er mai 2004, s’exprimant devant les personnalités les plus célèbres, Akhmad Haji a déclaré que le temps est venu où chacun de nous doit faire son propre choix. Aujourd’hui, je répète les mots de Akhmad Haji : il est temps de faire un choix éclairé. Et nous déclarons au monde entier que nous sommes l’infanterie de combat de Vladimir Poutine. Si nous recevons un ordre en ce sens, nous allons prouver qu’il en est ainsi. Depuis quinze ans, Poutine a aidé notre peuple. Maintenant, vous et moi – et nous avons des dizaines de milliers de personnels spécialement formés –, nous demandons au leader national de la Russie de nous considérer comme une unité spéciale volontaire à la disposition du Commandant en chef [Vladimir Poutine], prête à défendre la Russie et la stabilité de ses frontières, et à accomplir toute mission de combat quelle qu’en soit sa complexité. Nous réalisons pleinement que notre pays a une armée régulière, une force aérienne, de marine et des forces nucléaires. Cependant, il y a des tâches qui ne peuvent être accomplies que par des volontaires, et nous allons les résoudre.
L’Amérique et l’Europe ont déclaré une guerre économique contre la Russie. Ils essaient de provoquer le chaos dans le pays, la panique, des émeutes. Mais le peuple russe s’est uni autour de son chef – Vladimir Poutine. Le peuple tchétchène occupe l’une des places centrales dans cette unité. Nous avons choisi la voie de Akhmad Haji, qui s’est fermement tenu sur la voie du Messager d’Allah, que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui.
Haji Akhmad a affirmé qu’il était prêt à se soumettre si quiconque pouvait prouver qu’il avait fait ne serait-ce qu’un pas qui aille à l’encontre du Coran ou de la Sunna du Prophète, que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui. À ce jour, personne n’a pu soutenir une telle accusation. Par conséquent, je crois fermement que vous et moi sommes sur le chemin d’Allah et de Son Messager, que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui. Nous ne dévierons jamais de cette voie. À partir d’aujourd’hui, chacun de nous doit être prêt, à tout moment, à prouver son dévouement à la cause de nos vies. Nous confronterons l’ennemi de la Russie où qu’il soit, dans son propre refuge. Nous déclarons publiquement cela au monde entier, afin que cela soit clair et compréhensible pour tout le monde. Vive notre grande patrie la Russie ! Vive notre leader national de la Russie Vladimir Poutine ! Allahu Akbar (Dieu est le plus grand) !

[Échange avec des journalistes]

Kadyrov. Oui, vraiment, aujourd’hui, tous ont reçu cette instruction, à savoir qu’ils allaient remplir une mission de combat ordonnée par le Commandant en Chef.Aucun d’entre eux, à de rares exceptions près, ne savait qu’il n’allait pas vraiment être envoyé en mission aujourd’hui. Mais de fait, ils étaient prêts à partir (immédiatement). Sacs à dos, knapsacks, sacs de couchage, tout était prêt. Ils sont venus pour remplir leur mission.

Journaliste. Et où exactement pourront-ils être envoyés ?
Kadyrov. Eh bien, c’est au Commandant en Chef d’en décider. De notre côté, nous ne considérons que la manière dont nous pourrons remplir les missions qui nous seront attribuées.
Je pense que nous serons heureux de remplir n’importe quelle mission. Nous sommes prêts à aller dans n’importe quel endroit du monde où notre Président nous enverra. Je n’ai aucun doute là-dessus : nous ne le laisserons jamais tomber. Nous sommes prêts à exécuter n’importe quel ordre, à 100%.

Journaliste. Ramzan Akhmadovich, est-ce que tous ces soldats ont signé des lettres de démission ?
Kadyrov. Toutes ces personnes ont déclaré par écrit qu’ils étaient prêts à remplir tout ordre du Commandant en Chef de manière volontaire et n’importe où dans le monde.

Traduit par Hervé et Sayed Hasan pour vineyardsaker.fr

Ramzan Kadyrov propose à Vladimir Poutine sa propre force spéciale *personnelle* de volontaires tchétchènes

Traduction en anglais et sous-titres : Marina (Augmented Ether)
Traduction française : http://www.sayed7asan.blogspot.fr

*   *   *
Consulter également : 

Discours de Vladimir Poutine sur le Nouvel ordre mondial - 24 octobre 2014


« Pourquoi soutiennent-ils de tels individus ? Ils le font parce qu’ils décident de les utiliser comme instruments dans la voie de la réalisation de leurs objectifs, mais ensuite, ils se brûlent les doigts et font marche arrière. Je ne cesse jamais d’être étonné par la façon dont nos partenaires ne cessent de marcher sur le même râteau, comme on dit ici en Russie, c’est-à-dire de faire les mêmes erreurs encore et encore.

Ils ont jadis parrainé des mouvements islamistes extrémistes pour combattre l’Union soviétique. Ces groupes se sont formés au combat et aguerris en Afghanistan, et ont plus tard donné naissance aux Talibans et à Al-Qaïda. L’Occident les a sinon soutenus, du moins a fermé les yeux sur cela, et, je dirais, a fourni des informations et un soutien politique et financier à l’invasion de la Russie et des pays de la région d’Asie centrale par les terroristes internationaux (nous ne l’avons pas oublié). » 




« La politique d’endiguement n’a pas été inventée hier. Elle a été menée contre notre pays depuis de nombreuses années, toujours, depuis des décennies, sinon des siècles. En bref, chaque fois que quelqu’un pense que la Russie est devenue trop forte ou indépendante, ces mesures sont immédiatement déployées contre elle.

Cependant, parler à la Russie d’une position de force est un exercice futile, même quand elle est confrontée à des difficultés internes, comme ce fut le cas dans les années 1990 et au début des années 2000.


Nous nous souvenons bien de l’identité et des procédés de ceux qui, presque ouvertement, ont à l’époque soutenu le séparatisme et même le terrorisme pur et simple en Russie, et ont désigné des meurtriers, dont les mains étaient tachées de sang, comme des « rebelles », et ont organisé des réceptions de haut niveau pour eux. Ces « rebelles » se sont encore manifestés en Tchétchénie. Je suis sûr que les gens sur place, les forces de l’ordre locales, s’en occuperont de la manière appropriée. Ils œuvrent en ce moment même à stopper un autre raid de terroristes et à les éliminer. Donnons-leur tout notre soutien.
[Applaudissements]


Permettez-moi de le répéter, nous nous souvenons des réceptions de haut niveau organisées pour des terroristes présentés comme des combattants pour la liberté et la démocratie. Nous avons alors réalisé que plus nous cédions du terrain, plus nos adversaires devenaient impudents et leur comportement se faisait de plus en plus cynique et agressif.


Malgré notre ouverture sans précédent alors, et notre volonté de coopérer sur tous les points, même sur les questions les plus sensibles, malgré le fait que nous considérions – et vous êtes tous conscients de cela, vous en avez tous le souvenir – nos anciens adversaires comme des amis proches et même des alliés, le soutien occidental au séparatisme en Russie, incluant un soutien informationnel, politique et financier, en plus du soutien des services spéciaux, était absolument évident et ne laissait aucun doute sur le fait qu’ils seraient heureux de laisser la Russie suivre le scénario yougoslave de désintégration et de démantèlement, avec toutes les retombées tragiques que cela entraînerait pour le peuple russe.


Cela n’a pas fonctionné. Nous n’avons pas permis que cela se produise.

[Applaudissements]


Tout comme cela n’a pas fonctionné pour Hitler avec ses idées de haine des peuples, qui a entrepris de détruire la Russie et de nous repousser au-delà de l’Oural. Tout le monde devrait se rappeler comment cela a fini.
[Applaudissements] »


« L’Homme de l’année 2014 » : le soldat russe et le volontaire de Novorossia

Hassan Nasrallah :  « L’Amérique est la mère du terrorisme » et L’État Islamique est la plus grande distorsion de l’Islam dans l’Histoire

Série d’articles sur « La Russie et l’Islam  »

Le choc des civilisations selon Vladimir Poutine : nihilisme vs valeurs traditionnelles

Un djihadiste Afghan dans le Donbass aux côtés de Novorossia « Les Américains jouent au poker, les Russes jouent aux échecs – et les Français jouent au Monopoly… »







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire