Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

samedi 11 octobre 2014

L'archevêque de Kuala Lumpur bafoue l'héraldique catholique : l'arbre de toutes les religions


"Il y a un certain nombre de personnes qui ne sont ni des arrivistes ni des laïcards, mais des gens très tolérants qui, à force de tout accepter, ne savent plus où ils sont.
En franc-maçonnerie, toutes les idées se valent. Ce sont des gens un peu perdus et qui croient trouver des réponses. Ces chercheurs relativistes cherchent dans tous les sens, mais ils n’arrivent nulle part !"
Serge Abad-Gallardo, franc-maçon apostat, auteur de J’ai frappé à la porte du Temple… (éd. Pierre Téqui)





Rorate Cæli s'élève contre cette bizarrerie héraldique et théologique voulue par le nouvel archevêque de Kuala Lumpur dans le choix de ses armes : l’arbre de toutes les religions. Ce symbole n’existe évidemment pas dans l’héraldique ecclésiastique, mais le nouvel archevêque vient de l’introduire. Le commentaire de l’archevêché explique clairement qu’il s’agit de désigner « the ability to recognize the Divine in every person we encounter, to be open to dialogue and to seek the good of the other ». Rorate Cæli précise que l’on peut écrire à l’archevêque à l’adresse suivante: archbishop@archkl.org.

Cette fantaisie épiscopale est manifestement contraire à la déclaration Dominus Iesus sur l'unicité et l'universalité salvifique de Jésus-Christ et de l'Église élaborée par la Congrégation pour la doctrine de la Foi, le 6 août 2000, et approuvée explicitement par le pape Jean-Paul II :
5. Pour remédier à cette mentalité relativiste toujours plus répandue, il faut réaffirmer avant tout que la révélation de Jésus-Christ est définitive et complète. On doit en effet croire fermement que la révélation de la plénitude de la vérité divine est réalisée dans le mystère de Jésus-Christ, Fils de Dieu incarné, qui est « le chemin, la vérité et la vie » (Jn 14,6) ; « Nul ne connaît le Fils si ce n’est le Père, et nul ne connaît le Père si ce n’est le Fils, et celui à qui le Fils veut bien le révéler » (Mt 11,27) ; « Nul n’a jamais vu Dieu ; le Fils Unique-Engendré, qui est dans le sein du Père, lui, l’a fait connaître » (Jn 1,18) ; « En lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité, et vous vous trouvez en lui associés à sa plénitude » (Col 2,9-10 (…).
6. Est donc contraire à la foi de l’Église la thèse qui soutient le caractère limité, incomplet et imparfait de la révélation de Jésus-Christ, qui compléterait la révélation présente dans les autres religions. La cause fondamentale de cette assertion est la persuasion que la vérité sur Dieu ne pourrait être ni saisie ni manifestée dans sa totalité et dans sa complétude par aucune religion historique, par le christianisme non plus par conséquent, et ni même par Jésus-Christ (…).
La Révélation est close depuis la mort du dernier Apôtre. Peut-être pas pour certains évêques…

Rorate Cæli - A New Symbol in Catholic Heraldry : "The Tree of All Religions"

Riposte Catholique : Découvrez les armes du nouvel archevêque de Kuala Lumpur

Archidiocèse de Kuala Lumpur

On peut écrire à l’archevêque à l’adresse suivante: archbishop@archkl.org




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire