Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

mercredi 9 juillet 2014

225 ans après 1789, le 14 juillet retrouve son authenticité : la journée de la racaille anti-France




225 ans après 1789, le 14 juillet retrouve son authenticité : une journée de la racaille anti-France…
Plutôt que de jouer aux fines-bouches, comme aujourd'hui Présent et autres, applaudissons à cette initiative imbécile de Flanby et de ses acolytes socialauds francs-maçons d'inviter au mépris de toute réalité historique les armées FLN et Vietcong aux manifestations de ce 14 juillet de l'an III du squat à notre ridicule Bibendum…
Une démarche que tous les amoureux de la France ne devraient que saluer : il y a dans ce monde et dans ce pays tellement peu de raisons fortes de se réjouir, de crier la vérité, de déboulonner les mythes… pour ne pas célébrer ces instants où l'authenticité historique est clairement rétablie.
1789 et son néfaste 14 juillet ne peuvent être occultés : le 14 juillet est bien la journée de la racaille anti-France… Une journée marquée par le seul exploit d'une populace manipulée par les francs-maçons qui, tels de vulgaires islamistes, coupa la tête du gouverneur d'une prison vide, le marquis de Launay… et brandit ce sanglant trophée au bout d'une pique.
Ah, qu'ils sont aujourd'hui ridicules nos hypocrites sionistes et francs-maçons d'officines telles que Riposte Laïque dans leur acharnement à brandir le leurre islamiste. Eux, qui ont donné l'exemple du lynchage, de la décapitation et de l'exhibition de sanglants trophées… Eux, qui ont poussé le cynisme à instaurer cette journée sanglante comme fête nationale d'une France asservie…Eux, dont le FLN et le Vietcong ont été les compagnons ou les complices politiques alors que nos Armées les combattaient…  Laissons la racaille se démasquer en ce 14 juillet spécial Flanby…


Maurice Talmeyr : La Franc-maçonnerie et la Révolution française

*     *
*

Les Algériens de France ne sont que très peu impliqués par ce débat autour de la participation de l'ALN au défilé à Flanby, un autre 14 juillet fait l'actualité en Algérie et chez nombre de Français d'origine algérienne, le 14 juillet 1953. Un télescopage de deux évènements qui risque pourtant de faire des étincelles, pas prévues par notre Bibendum…

Le Courrier de l'Atlas - Les balles du 14 juillet 1953 : le massacre oublié


Hier soir (8 juillet), à la Salle Jean Dame (Paris 2e), avait lieu la projection en avant-première du documentaire « Les balles du 14 juillet 1953 », racontant la répression dans le sang de manifestants algériens à Paris.
« J'ai fini le montage cette nuit », nous dit le réalisateur Daniel Kupferstein. Ce dernier à qui l'on doit déjà 17 octobre 1961 - Dissimulation d'un massacre (2001) et Mourir à Charonne, pourquoi ? (2010), présente son nouveau documentaire Les Balles du 14 juillet 1953. Ce dernier documentaire met à jour un drame occulté qui a vu des policiers tirer sans sommation sur des manifestants algériens à Paris. Le réalisateur a enquêté pour savoir ce qu'il s'était vraiment passé ce jour-là…

Comme chaque année, le 14 juillet 1953, une grande manifestation populaire à l'initiative de la CGT, du Parti communiste… défilait de Bastille à Nation : « Ça sentait à la fois le combat social et les vacances » raconte un militant dans le documentaire. Participant à cette manifestation, un cortège d'Algériens, disciplinés, en costume, arborant un portrait de Messali Hadj au revers de leur veste.
Un an plus tôt, ce dernier, président du
Mouvement pour le Triomphe des Libertés démocratiques (MTLD), avait été kidnappé en Algérie et assigné en résidence forcée en France suite à une manifestation qui avait mal tourné…

… Après cet événement, en 1953, le MTLD se scinde en deux groupes : Messali Hadj forme le
Mouvement national algérien (MNA), tandis que d’autres participent à la création du Front de Libération Nationale (FLN) en 1954… lire l'article complet


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire