Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

dimanche 15 juin 2014

Les Petits Chanteurs à la Croix de Bois iront à Autun…
















La rentrée prochaine, les établissements scolaires catholiques de la ville d'Autun accueilleront en internat les Petits Chanteurs à la Croix de Bois.


De Briennon-sur-Armançon à Autun…


Le tribunal de grande instance de Sens et sa présidente Anne-Laure Ménestrier a tranché : la gestion de la manécanterie des Petits Chanteurs à la Croix de Bois, en redressement judiciaire depuis septembre 2013, est cédée à compter du 1er août 2014 à la Maîtrise de la cathédrale d’Autun. Le délibéré a été rendu hier à 16 h, suite à l’audience du 13 juin dernier entre les différents projets de reprise.

La pérennité du montage du projet autunois a fait la différence. Le tribunal a en effet estimé que la Maîtrise de la cathédrale d’Autun « présente toutes les garanties tant au niveau pédagogique et artistique qu’au niveau financier ».

3 points positifs sur 4

Le tribunal a en effet comparé les offres de reprises sur quatre volets.

Sur l’aspect pédagogique et artistique, le tribunal a jugé que le projet porté par l’école Saint-Sulpice de Paris n’offrait « pas de véritable projet pédagogique et artistique » et plaçait le dossier autunois sur le même plan que le 3e projet de reprise, celui du Renouveau des Petits Chanteurs, une solution s’appuyant sur une volonté locale de maintenir la manécanterie dans le château de Briennon-sur-Armançon, dans l’Yonne où sa gestion est devenue déficiente.

Sur le volet social, le tribunal écartait là-aussi le projet de l’école Saint-Sulpice, le moins favorable quant aux engagements de reprise du personnel de la manécanterie, le projet autunois étant même un peu plus favorable à celui du Renouveau (13 reprises de postes sur 14 contre 9).

Un projet moins gourmand en charges

Le montage financier du projet du Renouveau a par contre dissuadé très fortement le tribunal ; basé essentiellement sur l’emprunt, il est, en l’absence de fonds propres, fragile car extrêmement dépendant des aléas économiques. Le tribunal a souligné « la solidité financière » des deux autres projets, et leurs structures d’accueil non génératrices de charges car déjà existantes depuis longtemps.

Enfin, sur le prix de cession, le tribunal expose que l’offre de l’école Saint-Sulpice était la plus intéressante, avec ses 350 000 euros, contre 220 000 à la Maîtrise de la cathédrale d’Autun et les 30 000 euros du projet du Renouveau. Mais ce critère était compensé dans le projet autunois par le fort engagement sur le volet social.

Désormais le plus célèbre chœur d’enfants au monde, qui a un contrat en cours d’une tournée en Corée jusqu’en 2015, va apporter une notoriété particulière à la ville d’Autun.

Une journée d’accueil est déjà prévue pour les parents des petits chanteurs, ainsi qu’une journée de recrutement avec audition, le samedi 28 juin. Inscription : maitrise.autun. secretariat@gmail.co

NOSTALGIE



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire