Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

jeudi 22 mai 2014

Le général Prayuth Chan-ocha, pour restaurer la paix et assurer un avenir meilleur au Royaume…



Le général Prayuth Chan-ocha… pour restaurer l'ordre et lancer les réformes

Le général Prayut Chan-O-Cha chef de l'Armée de terre thaïlandaise a proclamé la destitution du gouvernement intérimaire et, "afin de permettre au pays de revenir à la normale et que soient lancées les réformes nécessaires", la décision de confier les responsabilités du pouvoir à un "Conseil national pour le maintien de la paix et de l'ordre" composé des forces armées thaïlandaises, de la Royal Air Force et de la police, à partir de ce jeudi 22 mai, 16 heures 30. 


Le général Prayuth Chan-ocha s'adresse à la Nation ce jeudi 22 mai à 16 heures 30


Cette proclamation télévisée est intervenue après une deuxième séance de négociations entre les principaux acteurs de la crise, invités en vain à trouver un compromis. Des leaders des manifestants des deux bords ont été transférés en lieu sûr, peu après 16 heures.


Afin de garantir l'exactitude des informations données à la population
toutes les télévisions et radios du pays ont suspendu leur programmation
Et les journaleux, tous,  privés de leurs facultés de nuisance sont très fââââââââââ…chés

Afin de garantir l'exactitude des informations données à la population, le "Conseil national pour le maintien de la paix et de l'ordre" a demandé à toutes les télévisions et radios du pays de suspendre leur programmation pour ne diffuser que les bulletins officiels.

Et voilà que, comme d’habitude, le chœur de la terreur démocratique effarouchée s’époumone… Le refrain est connu… Ban Ki-moon, États-Unis, Union Européenne, France y vont de leurs réactions stéréotypées inappropriées au mépris total de la souveraineté et du contexte réel d'un pays… occultant cyniquement les conditions dans lesquelles le pouvoir est aujourd'hui effectivement exercé chez eux-mêmes, tout particulièrement en France où le squat d'un palais présidentiel est encore toléré avec à peine 15% de consentants… Puissent les Français prendre exemple sur la Thaïlande… 







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire