Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

mardi 25 mars 2014

Printemps Français : la lettre n°43 du 25 mars 2014

Newsletter du Printemps Français.
Ce message ne s'affiche pas correctement ? Affichez le dans votre navigateur.
Newsletter n°43 - 25 mars 2014
Printemps Français
L’article de la semaine
Le danger, c’est la technique. Voulez-vous une vision terrifiante et historique ? Tapez ici et découvrez les horreurs du capitalisme issu de la Révolution française. Voulez-vous une vision terrifiante et (à peine) prospective ? Tapez et découvrez les horreurs du totalitarisme technologique. Et d’ailleurs, pourquoi cette incantation politique incessante en faveur de l’innovation ?…







 
L'action de la semaine

« ...Résistance ! »

A Toulouse, un citoyen s'est vu interdire l'accès à son bureau de vote car il portait un sweat de La Manif pour Tous...
Démocratie bafouée, ne lâchons rien, jamais! ( Vous savez donc ce qu'il vous reste à faire... )
 

Éditorial

Surveiller et punir.
Filipetti nous engage à surveiller les municipalités Front National, qui oseraient supprimer des livres, alors que l’État français veut nous en imposer certains et organise le boycott des autres (et Najat nous assure que les élus FN sont méchants) ; Olivier Py veut punir les Avignonnais qui auraient le culot de voter Front National, lui qui n’habite pas Avignon (et Ribes dit qu’il a bien raison) ; Laurent Bouvet considère que le PS est bien puni de sa sottise et de son aveuglément ; à Grenoble, les vigilants bienpensants veulent surveiller l’extrême-droite. Bref, le FN demeure un signe de division et d’incompréhension, les vrais enjeux politiques sont laissés de côté et une fois encore on aura détourné les modes d’expression populaire de leur véritable finalité. Le débat est au ras des pâquerettes et Hollande va jusqu’à expliquer que le résultat des élections est « injuste » ! Ce qui est un comble d’aveuglément, de déni, de mépris.
Ces élections municipales ne devraient pas être le signe public d’une validation ou d’une invalidation du PS, elles devraient permettre aux citoyens de choisir leurs élus locaux. Mais les partis qui se disputent le pouvoir ne savent pas penser autrement, et forcent ceux qui votent à être partie prenante d’une vaste comédie où les enjeux locaux sont systématiquement ignorés, y compris et surtout par ceux qui prétendent s’intéresser au peuple.
Quoi qu’en pensent les tenants de l’ordre social établi ou du nouvel ordre à (r)établir, la politique n’est pas l’art d’opposer les bons et les méchants, ni celui de créer des bons et des méchants, ni celui de surveiller et punir les méchants opposants, les futurs méchants opposants, les supposés méchants opposants, les supposés futurs méchants opposants (« Chez les Papous, il y a les Papous papas… »).
A l’arrivée, le Pouvoir surveille le Peuple, dont il se méfie, le Peuple punit le Pouvoir, qui l’a déçu. Ne serait-il pas temps de sortir du jeu des partis ?… Même Guaino finit par dire des choses intelligentes. Le sens du bien commun, le sens du peuple, le respect du peuple, est-ce si extraordinaire, en démocratie ? A entendre débattre Bouvet et Badiou, on mesure que rien n’est acquis. A lire Chevènement, on comprend que sans le cadre de la Nation, ce sera impossible.


On ne lâche rien!

Printemps Français
 
La question de la semaine

« Votre combat contre Google, d’accord, mais c’est gratuit. »

C’est une bonne question. Nous avons la réponse : cette gratuité est un leurre. La valeur de ce que vous fournissez gratuitement à Google (et Facebook, Twitter, Instagram, Pinterest, LinkedIn,  WhatsApp…) est incomparable par rapport au relatif confort d’utiliser gratuitement ses outils. D’une part vous enrichissez Google et Google investit : il rachète Nest et ses objets connectés dans la maison, il vend du test ADN, il investit dans l’éducation, il est à la pointe du transhumanisme, il va pouvoir remplacer toutes les industries existantes. D’autre part Google voit tout, surveille tout, il est partout chez vous et dans la rue. Vous lui cédez votre vie sous prétexte de ne pas passer par un autre moteur de recherche, une autre messagerie, une autre plateforme vidéo, un autre cloud, etc. Vous lui cédez votre intelligence : son moteur vous entraine à penser comme lui (c’est-à-dire comme tout le monde) avec son système d’autocomplétion qui vous propose des choix sans attendre la fin de votre frappe. Bref, vous gagnez du temps, vous gagnez de l’argent, vous perdez votre âme.



Le conseil de la semaine

Testez le collaboratif solidaire.

On vous en parle souvent mais ça vaut le coup. Au menu, financer un site qui vous permettra de réparer vos vieux appareils sans les jeter (et la revue Socialter n’est pas mal), et ce site qui permettra à certains d’acheter moins cher et contribuer à moins de gâchis. Au fait, vous connaissez la campagne sur les fruits et légumes moches et pas chers ?
© 2014 Printemps Français.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire