Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

lundi 31 mars 2014

L'honneur du Chevalier Bayard vengé… le socialopard Cohen se prend une fessée…

Des facéties électorales pour pas grand chose… Le seul vrai problème est et demeure le système…  La gôche et les socialauds enfumeront, voudront croire, faire croire ou ignorer que leur boulet c’est Flanby… Malgré tout quelques satisfactions.  La grosse fessée de Cohen à Toulouse. Et surtout l’échec cuisant de Marine Le Pen et de sa garde rapprochée… Son mentor, franc-maçon Philippot, battu à Forbach… Son compagnon Alliot battu à Perpignan… Collard, l’avocat opportuniste battu à Saint-Gilles du Gard… Une telle concordance ne peut être le fait du hasard. Et l’on se prend alors à rêver : quel aurait dû être l’immense succès du Front National s’il ne s’était dénaturé en vendant son âme au système…
En débaptisant le pont dédié au Chevalier Bayard, Cohen, maire de Toulouse, a osé avec une clique de quillards communistes célébrer le 19 mars 1962, jour de la capitulation de l'Infâme criminel compulsif DeGaulle devant le FLN… Capitulation du 19 mars 1962 qui fera encore du sang versé pour la plus grande satisfaction haineuse de DeGaulle… Le sang de centaines de milliers de Français d'Algérie, soldats harkis et leurs familles pour la plupart, trahis par une France parjure… aussi celui de Fernandez, Gomez, Pérez et encore de Toledano, Bensoussan, Lévy… et Cohen… Oui, des Cohen ont également été assassinés en Algérie par le FLN après ce 19 mars 1962… Des Cohen, Français d'Algérie, portant le même patronyme que vous, infâme maire de Toulouse… 

Et voilà que le grand jour de la revanche arrive.  Les Toulousains ont mis un grand coup de pied au cul de ce maire indigne,  compagnon des socialauds squatteurs du pouvoir républicain… Une défaite, celle de cet infâme maire, qui sera alors célébrée dans la joie… Une défaite qui sera la victoire des Toulousains… Une victoire à laquelle les Français d'Algérie, très nombreux dans cette bonne ville de Toulouse, auront apporté toute leur contribution lors de cette campagne électorale. Et ont répondu massivement présents ce jour où a été déposé leur bulletin dans l'urne fatale à Cohen… 







Quand Cohen assassine le Chevalier Bayard… avec l'outrecuidance des Quillards du 19-Mars1962

"19 mars 1962" : Pierre Cohen maire socialiste de Toulouse s'obstine…

Toulouse : Le pont de l'Infâmie… 19 mars 1962,  un "maire" ose célébrer une capitulation !!!

Le 19 mars : un déni d'honneur, un déni de mémoire

Toulouse : le pont du Chevalier Bayard lavé des outrages infligés par le socialaud Cohen…

Sur le "Pont Bayard" Toulouse érige la statue de l'infamie dédiée à son maire Pierre Cohen…

"Pont Bayard" de Toulouse : capitulation de Cohen, député-maire-pas-longtemps-encore !

Ce samedi, Pierre Cohen inaugure le pont du 19 mars 1962 : article édifiant par ses commentaires lucides à l'égard de Cohen  et ses commanditaires communistes de la FNACA, les Gavoury, Dandelott, Pouillot, des "bataillons de la quille du 19 mars"

Guillaume Zeller : Le 19 mars ne peut pas célébrer la « paix en Algérie »

Manuel Gomez : "Accords d’Évian : fin de la protection des Français en Algérie"…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire