Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

mardi 25 février 2014

Newsletter du Printemps Français n°39 du 24 février 2014

Newsletter du Printemps Français.
Ce message ne s'affiche pas correctement ? Affichez le dans votre navigateur.
Newsletter n°39 - 24 février 2014
Printemps Français

L’article de la semaine
La nature se dénature, mais la nature est-elle un tout ? Ne cédons-nous pas à un fantasme totalitaire d’un retour utopique à une pureté originelle, au fantasme d’une loi naturelle immédiatement intelligible sous nos constructions sociales ? Rien n’est si simple. Prenons le temps de bâtir de vrais arguments dans notre opposition à la dénaturation, sans nous aussi procéder à des réductions idéologiquement suspectes. On peut aussi s’intéresser à la bioéthique ou aux Lego (qui étaient bien supérieurs aux Playmobil, tant pis, j’assume), en matière de nature.






L'action de la semaine

« Femens »

Alors que le procès des Femens pour la profanation de N-D de Paris est de nouveau reporté à juillet prochain, des sentinelles se sont postées ce mercredi devant la poste du Bd Haussmann pour réclamer le retrait du timbre à leur effigie!
On ne lâche rien!




Éditorial

Rien à dire.
On va éviter de parler du deux poids-deux mesures avec l’affaire de Nantes parce que ça commence à être un peu lassant : la preuve a été si superlativement apportée de la mauvaise fois conjuguée des partis au pouvoir et des médias de masse qu’on ne va pas en rajouter. Sauf ce point de vue partisan, qui nous aidera à relativiser nos propres prises de parole énervées ; et cette délicate perle des antifascistes antisémites, qui a suscité une indignation timide et étranglés : compliquée de penser en dehors des cases, ou juste de considérer la vérité en face.
On ne va d’ailleurs pas non plus parler des intellectuels qui essayent de débattre intelligemment, c’est devenu dangereux : Laurent Bouvet se retrouve soralisé par un obscur lyonnais, le Vatican est condamné sans appel au nom d’intérêts partisans, et les laïcards de service hurlent au loup en voyant que Musulmans et Catholiques sont capables de s’allier contre un pouvoir mortifère : c’est sûr, il vaudrait mieux laisser faire le gouvernement, on mourrait lumineux et fiers au lieu de vivre obscurcis et ignorants. Quand on en est à ce niveau de sectarisme, autant tirer l’échelle et vivre entre bobos laïcs anticléricaux, c’est plus sûr, on ne risque pas de s’enrhumer.
On évitera aussi de parler de choses drôles parce que ça devient compliqué : la page facebook parodique « tous à poil revisité » vient d’être censurée parce qu’ils ont osé montrer la bistouquette à Jean-Marc, qui n’avait pourtant rien de scandaleux (et pourquoi Facebook n’avait-il pas censuré le zizi à Manuel ou les nénés à Najat ?) . Pour rigoler prudemment, on regardera le remarquable reportage sur la visite de François Hollande au Salon de l’agriculture, sur le site de l’Élysée, et on lira l’excellent point presse de David Assouline, porte-parole du PS. C’est moins drôle mais ça ne risque pas la censure (on peut mettre le mettre en ligne sur le site de l’UMP, vu ce qu’il dit).
Comme on parle pas beaucoup, on saluera avec frayeur la franchise des dominants qui nous gouvernent et de ceux qui espèrent nous gouverner. Mais ça ne nous empêchera pas de continuer à lutter – et d’ailleurs, imprimez ces posters pour inciter à la prudence digitale.


On ne lâche rien!

Printemps Français
 

La question de la semaine

« Les JRE, ça n’a pas bien marché, non ? »

C’est une bonne question idiote. Et nous avons la réponse. François Taillandier, on l’aime bien, il est réac et comme il a des élégances il écrit dans L’Huma, c’est assez drôle. Quand il nous explique que le Printemps Français ferait mieux de s’exciter sur le passé simple et qu’on a loupé le coche en n’attaquant pas Hachette, il a juste quelques métros de retard. Oui, François, ça nous énerve que le passé simple soit supprimé. Ce qui nous énerve aussi, c’est tout le reste, le tu, le téléphone, les expressions supprimées, le politiquement correct, la laïcisation d’Alice détective (tu ne nous en voudras pas, François, de parler aussi de littérature “genrée”), la disparition du missionnaire catholique dans Jo, Zette et Jocko (remplacé par un ethnologue suédois, bonjour le cadeau aux eskimos) et la réécriture de Verlaine dans un manuel scolaire. Ça nous a énervés, en tout cas, parce que le Club des Cinq ça date de 2011 et que le Printemps Français est né au printemps 2013 – alors nos militants se sont émus et énervés à l’époque mais pas là tout de suite, parce que tout de suite c’est autre chose qui est en jeu. Mais toi, François, tu écris dans L’Huma et tu l’as lu dans Le Débat, et tu n’as découvert tout ça qu’un peu tard, eh oui, François, un peu tard, comme bon nombre de ceux qui ne s’engagent pas à temps.


Le conseil de la semaine

« Construisez une éolienne »

Pas une qui pollue le paysage et enrichit votre maire intègre ou votre conseiller municipal vertueux, une à vous, petite, dans votre jardin, à votre dimension. Vous êtes libres dans vos opinions, vous ne voulez pas que vos enfants soient éduqués par l’État ? Eh bien, assumez votre énergie. Comme action, c’est plus facile que de traquer les portails écotaxe (y en a plus guère, de toute façon) et plus engageant que de liker des pages facebook



© 2014 Printemps Français.
Vous recevez ce message car vous avez correspondu avec nous ou vous vous êtes abonné à notre newsletter. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien ci-dessous.
Email Marketing Powered by MailChimp



Suivre le Printemps Français sur Facebook

Flanby, livreur de pizzas ou petit-coursier à Obama ?
Francs-maçs de l'UMP ou socialauds, imams laïcards de Riposte laïque… Ferdinand Buisson, Peillon, Tassin, Cassen, Brazon même combat !

Après le désastre en Libye, BHL sur les ruines de l'Ukraine…


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire