Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

mercredi 1 janvier 2014

Le Président Alexandre Loukachenko s'adresse à la Biélorussie, la Russie Blanche…


Un témoignage sur la Biélorussie, si diffamée par nos médias occidentaux. Un document qu'apprécieront et envieront pour leur pays tous ceux attachés à la Nation, aux valeurs ancestrales, à la famille… Les images de fin de cette vidéo sont particulièrement significatives et belles…



Le temps qui nous est accordé est la richesse inestimable de nos vies. Dans de tels moments, lorsque l'année suivante vient à nous, nous sentons fortement que le temps passe vite et qu’il est important de se concentrer sur les choses essentielles de la vie : la maison, la famille, la chaleur spirituelle de ceux que nous aimons.

Malgré les superstitions, la 13ème année du nouveau siècle ne fut pas malheureuse. Chacun d'entre nous peut se souvenir, en cet instant, des événements et des rencontres les plus marquants de l’année, et remercier le ciel pour les minutes, les heures et les jours qui nous ont donné une chance d’éprouver la joie et la plénitude de la vie.

L'année est passée comme un souffle. Nous avons ressemblé à une grande famille. Chacun d'entre nous a été partie intégrale d'une entité plus grande et fière, qui s’appelle la Biélorussie.

Cette unité a été inscrite au plus profond de nos cœurs lors du serment sacré prononcé sur les places du Drapeau national.

Ce sentiment nous habite à tel point, que parfois nous ne nous en rendons même plus compte et nous oublions ce bonheur inestimable de vivre libres sur notre terre, d’en humer l’air, d’en boire son eau cristalline, par ses fils aimés et par ses anciens protégés. Et de savoir que sur nous, personne n'est impérieux, excepté notre raison et notre conscience.

Que nous connaissions ce bonheur sur notre terre, que nous avons su le défendre, remplit nos cœurs de confiance et d'espoir.

Enfants et adultes, riches et pauvres, jeunes et vieillards, nous partageons un patrimoine inestimable : notre Biélorussie. Elle est une maison accueillante et confortable que nous devons préserver comme le bien le plus précieux et le transmettre aux nouvelles générations.

Cela ne fut ni simple ni facile, et nous n'avons pas accompli tout ce que nous avions planifié. Néanmoins, l'année fut riche en événements qui laisseront une belle empreinte dans l'histoire.

Nous sommes tout près de résoudre le problème démographique. Pour la première fois depuis 1990, notre population est assurée de son renouvellement. Nous avons lancé le projet innovateur de construire la première centrale nucléaire de Biélorussie. BelAZ a assemblé le premier dumper de 450 tonnes sur ses chaînes de montage.

Nous avons construit plus de 5 millions de mètres carrés de logement. Pour la première fois, l'exportation de nourriture de Biélorussie a excédé les 5 milliards de dollars.

En 2013, nous sommes devenus plus riches du point de vue du simple bonheur humain. Le nombre de mariages a augmenté de près de 10000 ; le nombre de nouveau-nés a dépassé d'environ 4000 celui de l'année 2012.

Notre pays est ainsi désormais classé parmi les cinquante premiers états dans l'index de développement humain des Nations Unies.

Probablement, certains d'entre nous furent plus chanceux que d’autres en 2013. Et pourtant, quelques secondes avant que l'horloge ne sonne les douze coups de minuit, nous espérons que le nouvel an sera encore plus généreux et générateur de succès que l’année écoulée et que nous réussirons toutes nos entreprises.

Mais évidemment, en faisant des vœux et des projets, nous devons également penser que si nous avons échoué l'année dernière, c’est aussi parce que nous fûmes parfois passifs et responsables de notre infortune. Toutes les avancées ne surviendront que si nous faisons le maximum, par le travail et l’esprit, pour les rendre possibles.

Nous devrons augmenter nos efforts afin de ne pas perdre ce que nous avons déjà accompli, ne compter que sur nos propres forces et nos ressources, tout en les utilisant avec sagesse.

La loi de la vie est simple. Tout que nous recevons sans effort disparaîtra comme la rosée dans le soleil du matin. Aucune douleur, aucune faveur. N’est tangible que ce qui est acquis par un travail honnête et obstiné.

Chers amis,

On appelle la Biélorussie le pays des gens braves. C'est une affaire d'honneur pour nous que d'afficher nos meilleurs traits au cours de l'année prochaine, placée sous le signe de l’Hospitalité.

Nous tous devons prendre la responsabilité du bien-être général et du confort, être respectueux des autres gens, contribuer à la prospérité du pays natal, s’aider l'un l'autre, prendre soin des enfants et des personnes âgées. Nous avons besoin de devenir plus affectueux, attentifs et charitables. Nous devrions nous souvenir que chaque moment dans la vie est inestimable et unique.

En ce moment solennel, je veux envoyer mes meilleures salutations à chacun d'entre vous. Je souhaite une Bonne année à nos pères et mères, frères et sœurs, enfants et petits-enfants.

Évidemment, je tiens à remercier surtout nos femmes aimées et aimantes qui s'occupent de nous. Vous nous donnez la bonne humeur, la force, le désir d’avancer, de créer et d’améliorer nos vies.

Ce soir, je veux remercier nos enseignants et docteurs, gardiens de nos âmes et de nos cœurs, dont la sagesse et les soins nous rendent intelligents et nous maintiennent en bonne santé.

Je remercie nos scientifiques dont les esprits curieux renouvellent et transfigurent le monde.

Je remercie nos spécialistes, ouvriers, entrepreneurs, nos fermiers qui créent notre richesse matérielle.

Je remercie ceux qui servent dans les Forces armées et les corps de maintien de l'ordre pour protéger la paix, l'ordre public.

Je remercie chacun d’entre vous qui aide à construire notre Biélorussie, notre maison commune.

Nous saurons appréhender la nouvelle année qui vient, et saurons rester des exemples pour nos enfants. Le monde ne repose ni sur des éléphants ni sur des baleines comme nos grands anciens avaient l'habitude de le croire dans les temps immémoriaux, ni sur l'argent comme certains le croient aujourd'hui.
L'amour et la solidarité ont été, de tous temps, et pour toujours les piliers du monde.
Nous devons nous en souvenir en cette nuit de la Saint-Sylvestre.

Je vous souhaite la paix, la gentillesse et l'amour, mes chers amis !
Bonne année !

Alexandre Loukachenko
Président de la République de Biélorussie



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire