Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

mardi 10 décembre 2013

Les Lions monolithes du Srah Tamri, Phnom Kulen…


Chaque nouvelle visite à Angkor et dans ses environs est source de désillusions… Des touristes toujours plus nombreux et irrespectueux des lieux… Des restaurations souvent malvenues, telle celle commise par des Indiens à Ta Prohm, ce temple envoûtant, là où, selon l’expression de Pierre Loti régnaient "les figuiers [en réalité le plus souvent des fromagers  - Tetrameles nudiflora] des ruines", ces figuiers mangeurs de murailles ; heureusement Préah Khan, voisin, n’a pas (encore) subi les outrages de ces restaurateurs impies… Banteay Srey - si cher à Malraux au point qu’il s’appropria nombre de ses richesses - à présent cerné par d’immenses parkings et boutiques de souvenirs dérisoires pour touristes… Et pourtant malgré toutes ces déceptions chaque nouvelle visite peut réserver d’agréables surprises… Comme cette découverte des Lions de Srah Damrei - du Srah Tamri selon la transcription de Jean Boulbet, plus proche d'une oreille de francophone… Taillés à même le roc deux magnifiques Singha, un Éléphant et une énorme Grenouille dominant une forêt encore intacte. Dans un site accessible uniquement en moto, après une demi heure de piste difficile ! 







L'ensemble monolithe de grès de Srah Damrei, datant du Xe siècle


Carte interactive des Sites Archéologiques Khmers (CISARK) : Srah Damrei





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire