Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

vendredi 29 novembre 2013

285 000 Français ordinaires fuient chaque année la France et son socialisme…


Les super riches sont une minorité dans le bataillon des candidats à l’exil…



En France le bon sens de l’opinion publique, à rebours de l'hypocrisie de politiciens et journaleux qui se goinfrent, a parfaitement compris qu’il convient avant toute autre chose de remporter la mère de toutes les batailles : le combat pour une baisse draconienne des dépenses publiques, préalable indispensable à toute baisse conséquente des impôts.

Sans cela, les Français compétents continueront à quitter le navire. D’autant plus que nos voisins opportunistes leur déroulent le tapis rouge. Ainsi Boris Johnson, le maire de Londres (celui-là même qui qualifia la politique fiscale de François Hollande de pire « tyrannie depuis 1789 ») s’est dit prêt à accueillir « tous les Français talentueux ». Et ils sont chaque année de plus en plus nombreux ces Français qui répondent à l’appel de Londres mais aussi à l'offre de bien d'autres capitales.

Le numéro de décembre 2013 - janvier 2014 des Enquêtes du contribuable, qui s’appuie notamment sur la récente étude de Jean-Paul Gourévitch consacrée à l’expatriation des Français, le démontre : à rebours des chiffres que nous assènent la propagande officielle, les super riches sont une minorité dans le bataillon des candidats à l’exil.

À une écrasante majorité, ce sont des entrepreneurs, des cadres, des jeunes diplômés, des retraités, « des gens comme vous et moi » qui entonnent le chant du départ pour un aller bien souvent sans retour.


Les Enquêtes du Contribuable - Expatriation : ces Français qui fuient le socialisme

Ces Français qui s’ expatrient pour fuir le socialisme

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire