Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

mardi 24 septembre 2013

Nassim Nicholas Taleb : Antifragile, les bienfaits du désordre…




Libano-New-Yorkais, Nassim Nicholas Taleb est écrivain, ancien trader, statisticien et philosophe des sciences du hasard. Depuis 2007, il est l’un des essayistes les plus lus et les plus traduits dans le monde. Il a été le seul à avoir anticipé la crise financière et son ampleur. Taleb se consacre aujourd’hui à l’écriture et enseigne les rapports entre l’épistémologie des probabilités et les sciences de l’incertitude, et notamment la « prise de décision en situation d’opacité » à l’université de New York où il a reçu le titre de Distinguished Professor ainsi qu’au Centre d’Économie de la Sorbonne où il est professeur invité. Best-seller traduit en trente-trois langues, son premier ouvrage, Le Hasard sauvage, a paru aux Belles Lettres en 2005. Le Cygne Noir (Les Belles Lettres, 2007) a été vendu à trois millions d’exemplaires dans le monde. Antifragile est le troisième volet de cette philosophie aux vertus tonifiantes.






Le hasard nous rend meilleurs

Avec ce provocant paradoxe, Nassim Nicholas Taleb, l'auteur du best-seller Le Cygne Noir, nous offre un enseignement d'une portée révolutionnaire : comment non seulement surmonter les cataclysmes de notre temps – ces Cygnes Noirs qui fondent sur un homme, une culture, une civilisation, les bouleversent et les réduisent à néant –, mais en faire une source de bienfaits.

De même que le corps humain se renforce à mesure qu'il est soumis au stress et à l’effort, de même que les mouvements populaires grandissent lorsqu’ils sont réprimés, de même le vivant en général se développe d’autant mieux qu’il est confronté à des facteurs de désordre, de volatilité ou à quoi que ce soit à même de le troubler. Cette faculté à non seulement tirer profit du chaos mais à en avoir besoin pour devenir meilleur est « l’antifragile », à l’image de l’antique Hydre de Lerne dont les têtes se multipliaient à mesure qu’elles étaient coupées.

Riche, limpide et spirituel, promenant son lecteur dans les rues tonitruantes de Brooklyn, les chemins de la pensée antique, les dédales de l’affaire Kerviel, de la « gauche caviar » ou les méandres des neurosciences avec autant d’aisance et de légèreté profonde, ce livre, dont la science n’est jamais sans conscience, laisse une question en suspens : êtes-vous prêt à devenir antifragile ?


Nassim Nicholas Taleb's Home Page

Charles Dereeper : L'article le plus intelligent de 2013 que j'ai lu

La lime : Antifragile (NN Taleb) "Livre passionnant dont je vous conseille la lecture. Taleb se fait beaucoup d'ennemis parce qu'il dit du mal, en le justifiant par des arguments fondamentaux, des universitaires, des banquiers, des PDGs et des politiques"…

The New York Times : « Comment non seulement se prémunir du chaos et lui résister, mais l’utiliser pour devenir meilleur : voilà la proposition radicale d’Antifragile. Extrêmement ambitieux et pluridisciplinaire, Antifragile propose une méthode pour se repérer dans le monde contemporain, ce monde que nous ne comprenons pas et qui d’ailleurs est trop soumis à l’incertitude pour pouvoir être compris. Plein de finesse et d’esprit, le discours de Taleb n’en est pas moins révolutionnaire : ce qui n’est pas antifragile est voué au déclin. »

The Wall Street Journal : « Voici un livre audacieux, divertissant et intelligent, où la profondeur se mêle au sens de la formule et à celui de la narration. »

The Times : « Un tournant dans la pensée moderne. »

The Observer : « Hautement iconoclaste, mais tellement agréable à lire : le modus vivendi de l’honnête homme du XXIe siècle. »

2 commentaires:

  1. Dans la même veine, je viens de lire un article de Nathalie Janson sur l'éloge de la déflation, où elle distingue déflation des prix qui est positive et déflation monétaire.
    Si je comprends N. N. Taleb, du Chaos, utilisé à bon escient, peut sortir un nouvel ordre, ce qui est un axiome maçonnique après l'Egypte ancienne et les Illuminati.
    Asservissement ou libération à partir du chaos ?
    Il est évident que le résultat ne sera pas le même pour tous. De là à provoquer le chaos pour en faire sa propre promotion, l'Histoire en est pleine. Mais ai-je bien compris ce que veut dire l'auteur ?

    RépondreSupprimer
  2. Taleb, nonobstant une immense culture, est profondément marqué par son expérience de trader… Ses stratégies de prise de risque se fondent sur sa familiarité avec les marchés. En opposition avec la pratique de ceux dont le credo reste la modélisation mathématique… Ses écrits ont d’abord attiré les milieux proches des marchés… L’empirisme contre la théorie ! Sa pensée économique reste celle d’un libéral dans la lignée, entre autres, de Karl Popper. Si ses conceptions peuvent être étendues à de vastes champs de la nature et des activités humaines, il ne faut jamais oublier les fondements pratiques de sa vision. Sa vision de deux mondes : le mediocristan et l'extremistan reste paticulièrement féconde…

    RépondreSupprimer