Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

samedi 28 septembre 2013

Fonsegrives accueille "Le Serment de l'Orane", une pièce en mémoire de l'Algérie Française








Contact Claude Nal :
- son site : http://www.jh-dhonneur.fr/Orane.htm
- courriel : claude.nal@numericable.fr
- téléphone : 04 91 82 01 37


Le Serment de l’ORANE


[du nom de la ville d’Oran : en arabe Wahrān (وهران), là où viennent les lions s'abreuver]
 Une pièce de théâtre historico-dramatique en trois actes et un prologue
dont le thème central est axé sur
l'agonie de l'Algérie Française


Un drame historique, raccourci de 132 années de l’existence de l’Algérie française puis de la tragédie de sa lente agonie, sentie et vécue par une poignée d'étudiants d'Oran…

Un prologue animé par un "prof d'histoire" rappelle magistralement les faits de l’Antiquité à 1830, puis la présence française de 1830-1960…

L’année 1961 se cristallise sur l’une de ces journées donnant le ton des événements, entre les premiers assassinats perpétrés par le FLN dit Front de Libération Nationale le 1er novembre 1954, et la fin 1961, année de résistance désespérée symbolisée par l’OAS, notre respectée Organisation Armée Secrète.

Le jour ultime de la Présence française et l'avènement de l’Algérie nouvelle sont entachés par cette journée d'ivresse sanguinaire le 5 juillet 1962 à Oran.

L’exode des Français d’Algérie et les premiers instants des étudiants exilés en Métropole nourrissent le troisième acte… premières retrouvailles à Marseille… reprise malgré tout des activités estudiantines…

La pièce se conclura  par « Le serment de l’Orane »


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire