Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

samedi 15 juin 2013

Sa Sainteté le Pape François adresse à la Résistance française un message d'espérance… un appel à l'insoumission aux lois bafouant le droit naturel…




Sa Sainteté le Pape François a invité ce samedi des parlementaires français membres du Groupe d’amitié France-Saint-Siège du Sénat et du Groupe d’études à vocation internationale, Gevi-Saint-Siège, de l’Assemblée nationale à ne pas hésiter à "abroger" les lois si nécessaire, pour leur "apporter l'indispensable qualité qui élève et anoblit la personne humaine".

Les propos du pontife qui recevait une délégation de sénateurs et députés, dont des socialistes, venus de France faisaient clairement allusion à toutes les législations pouvant être considérées comme contraires aux principes de l'Église catholique, de l'avortement à l'euthanasie en passant par le dit mariage pédés-gouines* et l'adoption par ceux-là.

Si le ton du discours reste moins dur que lorsque Sa Sainteté Paul VI reçut le président Valéry Giscard d'Estaing après la loi criminelle sur l'élimination à volonté des fœtus encombrants, cette invitation déterminée à l'insoumission y gagne en efficacité et force de persuasion…

Sa Sainteté le Pape François a prononcé un discours, alors que l’audience privée n’en exigeait aucunement :
« Au-delà des différentes sensibilités politiques que vous représentez, votre présence manifeste la qualité des relations entre votre pays et le Saint-Siège.

Cette rencontre est pour moi l’occasion de souligner les relations de confiance qui existent généralement en France entre les responsables de la vie publique et ceux de l’Église catholique, que ce soit au niveau national ou au niveau régional ou local. Le principe de laïcité, qui gouverne les relations entre l’État français et les différentes confessions religieuses, ne doit pas signifier en soi une hostilité à la réalité religieuse, ou une exclusion des religions du champ social et des débats qui l’animent. On peut se féliciter que la société française redécouvre des propositions faites par l’Église, entre autres, qui offrent une certaine vision de la personne et de sa dignité en vue du bien commun.

L’Église désire ainsi apporter sa contribution spécifique sur des questions profondes qui engagent une vision plus complète de la personne et de son destin, de la société et de son destin. Cette contribution ne se situe pas uniquement dans le domaine anthropologique ou sociétal, mais aussi dans les domaines politique, économique et culturel. En tant qu’élus d’une nation vers laquelle les yeux du monde se tournent souvent il est de votre devoir, je crois, de contribuer de manière efficace et continue à l’amélioration de la vie de vos concitoyens, que vous connaissez particulièrement à travers les innombrables contacts locaux que vous cultivez et qui vous rendent sensibles à leurs vraies nécessités.

Votre tâche est certes technique et juridique, consistant à proposer des lois, à les amender ou même à les abroger. Il vous est aussi nécessaire de leur insuffler un supplément, un esprit, une âme dirais-je, qui ne reflète pas uniquement les modes et les idées du moment, mais qui leur apporte l’indispensable qualité qui élève et anoblit la personne humaine. Je vous formule donc mes encouragements les plus chaleureux pour continuer dans votre noble mission, cherchant toujours le bien de la personne en promouvant la fraternité dans votre beau pays.

Que Dieu vous bénisse ! »


Pape François : "ne laissez personne voler votre espoir !"

*Pape François : "un chrétien doit éviter d'être politiquement correct"…

Le Pape appelle à abroger la loi Taubira : merci François ! Il n’a pas sa langue dans la poche, notre pape François, et c’est pour cela qu’on l’aime.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire