Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

jeudi 30 mai 2013

Les catholiques doivent entrer en Résistance !


Le 30 mai 1431 Jeanne d'Arc est brûlée vive à Rouen




Ni maçonnique, ni laïque, la France est catholique…





Le discours prononcé par Alain Escada, secrétaire général de Civitas devant plusieurs milliers de personnes rassemblées à Paris, Place des Pyramides, devant la statue de Ste Jeanne d'Arc, à la fin du défilé du dimanche 13 mai 2012.

*      *
*
« Toute loi portée par les hommes n'a raison de loi que dans la mesure où elle découle de la loi naturelle.
Si elle dévie en quelque point de la loi naturelle, ce n'est alors plus une loi mais une corruption de la loi. »

Saint Thomas d'Aquin, Somme théologique I, II, q 95, a 2

« Si donc il arrive aux dirigeants d'édicter des lois ou de prendre des mesures contraires à (l') ordre moral
et, par conséquent, à la volonté divine, ces dispositions ne peuvent obliger les consciences (…)
Bien plus, en pareil cas, l'autorité cesse d'être elle-même et dégénère en oppression. »

Notre Flanby national, ce mardi dans sa télé à ses ordres, nous a hoqueté une bien naïve explication… Entre moult spasmes, il aurait voulu nous faire entendre que le mot "résistance" est réservé à la Seconde Guerre mondiale et ne peut donc être utilisé par les défenseurs de la Famille… Et la Résistance de l’Europe asservie au communisme ? Nous ne pouvons point l'oublier. Et la Résistance des Français d’Algérie, toutes confessions confondues, unis dans l’OAS contre le FLN et le gaullisme ? Celle-là reste à jamais gravée dans nos chairs et nos mémoires… Et le Conseil national de la Résistance (CNR) fondé le 20 mai 1962 à Rome par Georges Bidault, Jacques Soustelle, Antoine Argoud, Pierre Sergent toujours pour lutter contre la lâcheté de la politique de renoncement de DeGaulle ? Ce CNR-là nous dit qu'un sursaut national viendra nécessairement… Une Résistance que nous écrirons désormais avec un "R" majuscule… Oui, entrons en Résistance… pour défendre la Famille et le droit des Enfants !

*      *

L’abbé Blaïn du Poët écrit au Président Hollande…



Agressé par la police politique à Flanby pour délit de "bonne gueule"
Photo extraite du Portofolio de Louis Witter, reporter photographe :
26 MAI 2013 - "La Rue Qui Se Lêve"


Photo extraite du Portofolio de Louis Witter, reporter photographe : 26 MAI 2013 - "La Rue Qui Se Lêve"

Monsieur le Président, hier, comme de nombreux Français, je me suis rendu à Paris pour manifester, non contre des personnes, mais contre une loi inique que je combattrai autant que Dieu me prêtera vie. Je suis prêtre catholique et fier de l’être malgré mon indignité. Certains pensent que la place d’un prêtre n’est pas dans une manifestation. Dans ce cas, nous étions nombreux hier à n’être pas à notre place si j’en juge par les nombreux confrères croisés dans la foule, y compris certains évêques. Mais pourquoi ne serions-nous pas à notre place ? Ne vient-on pas chercher notre bulletin de vote quand il s’agit d’élection ? Sommes-nous devenus des citoyens de second rang ? La place du Pasteur est d’être avec son troupeau, surtout lorsque celui-ci est menacé par des lois qui visent à le détruire.

Il y a un mois, après une autre manifestation, j’ai écris à votre Ministre de l’Intérieur une lettre à laquelle il n’a pas daigné répondre. Dans cette lettre, je disais ceci : « En tant que prêtre catholique, je rencontre beaucoup de personnes, et notamment beaucoup de jeunes qui commencent à être à bout et qui pourtant sont très loin d’être des extrémistes. Je m’efforce, car c’est mon devoir, de les apaiser, mais je sens bien que cela ne va plus être possible très longtemps. Étant donné que vous êtes responsable de l’ordre intérieur du pays, je tiens à vous le signaler, afin que vous ne puissiez dire que vous n’étiez pas au courant. » Ces propos, je vous les adresse cette fois à vous, Monsieur le Président. Ces jeunes sont de plus en plus à bout, mais leur résistance n’est pas celle de ceux qui ont fait Mai 68 ! Ils ne sont pas violents, mais ils sont vigilants et ils veillent. Leur lutte est la défense de la vérité. Ma place est d’être parmi eux, de les former et de les soutenir dans la résistance qu’ils mènent pour préserver leur avenir.

« Les mots ont toujours un sens. Il faut leur donner leur signification. La Résistance, c’était par rapport au nazisme, à l’Occupation », avez-vous déclaré devant des journalistes à l’issue d’une visite au lycée Buffon. Depuis quand le terme “résistance” est-il réservé dans le dictionnaire à une époque de l’Histoire ? A-t-il un label 1939-1945 ? « Nul n’a le droit d’utiliser ces mots, dites-vous, pour défendre des idées –  si on peut appeler ça des idées – d’aujourd’hui. » Vous avez bien raison de souligner : « si on peut appeler ça des idées », car pour eux, à la différence de leurs aînés de Mai 68, il ne s’agit pas d’idéologie, mais de réalité, de vérité. Vous avez condamné ceux « qui utilisent les mots de la Seconde Guerre mondiale, la lutte contre le nazisme, à des fins qui n’ont plus rien à voir avec ce que ces mots, justement, ont signifié ». N’y a-t-il plus de dictature de nos jours ? Ou auriez-vous donc peur que ces jeunes vous accusent de dictature ? Trop tard, ils le font déjà, et ce n’est pas moi qui irai leur dire qu’ils ont tort.

Monsieur le Président, si les mots ont un sens, pourquoi le mot “mariage”, qui désigne l’union d’un homme et d’une femme, a-t-il perdu cette signification par votre seule volonté et celle d’un lobby ? Vous avez tout fait pour en pervertir le sens et ainsi permettre à une union qui n’a rien de naturelle d’en prendre le nom, et vous osez dire aujourd’hui à ces jeunes qu’ils n’ont pas le droit d’utiliser le mot de “résistance” ! Oui, Monsieur le Président, les mots ont un sens. Et si vous voulez me traiter d’homophobe parce que j’écris que cette union n’a rien de naturelle, je vous réplique tout de suite en vous disant que je ne m’attaque pas aux personnes (que je respecte), ce que signifie l’accusation d’homophobie, mais à des actes qui, que vous le vouliez ou non, sont intrinsèquement mauvais et ne peuvent en aucun cas être assimilés à l’union matrimoniale.

Monsieur le Président, ces jeunes je les aime et je suis prêt à mourir pour les défendre. Si je leur enseigne que le Christ a dit : « Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu », je leur dit aussi que, par la voix du premier Pape, il a affirmé haut et clair : « Il vaut mieux obéir à Dieu qu’aux hommes ». Si vous vous attaquez aux jeunes et aux familles, alors il vous faudra d’abord passer sur mon corps et sur les corps de beaucoup de prêtres.

Recevez, Monsieur le Président, l’assurance de mon respect pour votre fonction
et de mes prières pour votre personne.

Abbé François-Marie Blaïn du Poët+


Diacre Keith Fournier : il est temps de rejoindre la nouvelle Résistance française…




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire